logo article ou rubrique
Avant-propos
Article mis en ligne le 8 juin 2006

par Irna

2 commentaires Voir les commentaires

Pourquoi s’intéresser à la personnalité de M. Osmanagic ou des membres de l’équipe rassemblée par la Fondation "Pyramide du Soleil" ? Les défenseurs des pyramides ont tendance à rejeter les questions portant sur les qualifications de M. Osmanagic et de ses collaborateurs comme des attaques ad hominem et réclament à grands cris que les "découvertes" soient évaluées indépendamment de la personnalité des découvreurs (voir par exemple ce message (en) sur le forum bosnian-pyramid.com).

Or, la recherche d’informations précises sur l’équipe des pyramides me paraît dans cette affaire particulièrement importante. Non pas pour utiliser l’argument d’autorité ("M. Osmanagic n’est pas archéologue donc sa découverte n’a aucune valeur"), mais parce que :
- des fouilles archéologiques demandent une compétence technique et scientifique élevée ; toute personne ayant participé à un chantier de fouilles, particulièrement en préhistoire, sait à quel point il est facile "d’inventer" des artefacts, ou au contraire de détruire irrémédiablement des artefacts ou indices essentiels. Toute fouille, par nature, est destructrice (une fois les sédiments et objets enlevés, on ne pourra jamais reconstituer le site en l’état), et on est en droit d’attendre de l’équipe un minimum de qualifications et de précautions dans la façon dont le chantier est mené.
- c’est a fortiori encore plus nécessaire ici, dans la mesure où les revendications à propos de ce site sont extraordinaires (pyramides colossales bien plus anciennes que les pyramides d’Egypte, dans une région où l’on n’a aucune autre trace de l’existence d’une civilisation susceptible d’avoir érigé ces monuments). A une telle revendication, qui si elle était confirmée remettrait en question une bonne partie de ce qu’on sait sur la préhistoire de l’Europe, il faut des preuves scientifiques indiscutables ; en ce sens la qualification scientifique de l’équipe est essentielle.
- enfin, M. Osmanagic et la Fondation eux-mêmes ne se privent pas d’utiliser - ou de tenter d’utiliser - l’argument d’autorité (tel soutien scientifique est qualifié de "candidat au prix Nobel", tel autre de "leader archaeologist" etc.). Dans la mesure où ces qualificatifs sont, on le verra, souvent sujets à caution, un doute légitime a pu s’installer sur les compétences - et la composition - réelles de l’équipe.