« La Révélation des Pyramides » : Au centre des terres émergées

Article mis en ligne le 24 mars 2013

logo imprimer

    traductions de cet article :
  • English

Du film La Révélation des Pyramides, de Jacques Grimault et Patrice Pooyard :

53 mn 27 s

C’est Gizeh le point le plus central du monde

Cette idée de Gizeh « centre du monde », ou « centre des terres émergées », qu’on retrouve non seulement dans le film mais aussi sur le blog de M. Grimault, et assez régulièrement dans les interventions des auteurs, par exemple ici (« comment se fait-il que cet déifice [sic] occupe le milieu des terres émergées ») ou (« pourquoi au centre des terres émergées ? »), est un grand classique des « pyramidomanes ». La forme peut changer légèrement (« intersection du 30ème parallèle et du méridien qui sépare en deux parties égales les terres émergées » ; « intersection de la plus longue latitude et la plus longue longitude » - sic ! ; « centre de gravité des terres émergées » ; « centre géographique sur les terres émergées » ; « Le méridien et la latitude - re-sic ! - passant par le sommet de la pyramide traversent le maximum de terres et le minimum de mers » ; etc.), mais l’idée principale reste la même, celle d’une position centrale de Gizeh, non par rapport au monde, ce qui n’aurait aucun sens sur la sphère terrestre, mais par rapport à l’ensemble des terres émergées.

Encore faut-il définir ce qu’on entend par « centre des terres émergées ». L’éminent géographe Roger Brunet - inventeur du concept « d’omphalomanie », recherche obsessionnelle du nombril du monde - s’est penché sur la question dans un article intitulé « Où se trouve le centre du monde » publié en 1998 dans la revue Mappemonde, et montre qu’il existe de multiples définitions de « centre » et plusieurs modes de calcul d’un « centre des terres émergées ». Il propose par exemple :
- le point zéro (lat 0°, long 0°), qui se trouve en mer au large de l’Afrique ;
- le quadrangle le plus central, celui qui se trouve à l’intersection du « fuseau » le plus continental (entre les méridiens 20° et 30° E) et de la « zone » la plus continentale (entre les parallèles 40° et 50° N) ; ce quadrangle se trouve en Europe, centré sur la Roumanie ;
- le « point médian », celui où se croisent le parallèle (23°05 N) et le méridien (28°03 E) qui séparent en deux parties égales les masses continentales ; ce point a donc « autant de terres au nord qu’au sud, à l’est qu’à l’ouest », et se trouve au sud-ouest de l’Egypte (et non sur Gizeh). R. Brunet fait toutefois remarquer que l’opposé de ce point sur la sphère, au nord-est d’Hawaï dans le Pacifique, peut tout autant prétendre au titre de « centre » ou « point médian » : lui aussi a « autant de terres au nord qu’au sud, à l’est qu’à l’ouest »...
- le « centre de gravité » ou barycentre des continents : « Le centre de
gravité est tel que, si toutes les terres émergées [...] étaient figurées comme des plaques un peu lourdes de même matière et d’épaisseur constante, collées sur un support uniforme, plat et très léger, l’ensemble y tiendrait en équilibre sur une pointe d’épingle. » Ce centre de gravité se trouve dans le Sahara, au nord-est de N’Djamena.
- le point le plus « continental » du monde, c’est-à-dire le plus éloigné de toute mer, se trouve dans l’extrême ouest de la Mongolie.

Une autre définition possible, que R. Brunet ne mentionne pas, celle de « centre géographique » proprement dit, serait celle du point « le moins éloigné de tous les autres », qui nécessite de trouver le point dont la moyenne de ses distances à tous les autres points de la planète est la plus basse. Ce calcul a été fait en 1973 par Andrew J. Woods à la demande de l’Institute for Creation Research, un institut créationniste qui souhaitait prouver que le « centre de la Terre » tombait quelque part en Terre Sainte, « centre » du monde biblique. Le résultat de ce calcul, confirmé ensuite par un chercheur indépendant, donne un centre en Turquie, quelque part au sud-est d’Ankara.

Enfin, une dernière définition possible du « centre des terres émergées » pourrait être celle de « pôle de l’hémisphère continental » ; en effet, la répartition des continents et océans sur la Terre est telle qu’on peut définir un hémisphère quasi-océanique centré sur le Pacifique, et un hémisphère continental regroupant 85 % des terres émergées. Cet hémisphère terrestre est centré sur l’île Dumet, au large de Piriac en Loire-Atlantique, île qui revendique donc le titre de « nombril du monde ». Mais le même titre, selon un calcul un peu différent, est aussi revendiqué par le village de Montfaucon-Montigné dans le Maine-et-Loire... Vous avez dit omphalomanie ?

Reste qu’aucun de ces calculs, quelle que soit la méthode utilisée, n’indique Gizeh comme « centre du monde » ; celui qui s’en approche le plus près, le « point médian » de Roger Brunet, en est quand même à plus de 800 kilomètres. D’où vient donc cette idée de Gizeh « centre des terres » ? La source de Jacques Grimault est indiquée dans le film :

1 h 22 mn 19 s

L’abbé Moreux, un astronome, avait fait remarquer au XXème siècle que le méridien qui passait par la grande pyramide séparait les terres émergées de la Terre en deux surfaces égales, faisant encore de Gizeh le point central de la planète.

L’ouvrage dont on aperçoit la couverture dans le film est La science mystérieuse des Pharaons de Théophile Moreux, publié en 1926 et réédité une dizaine de fois. Curieux personnage que cet abbé Moreux : astronome reconnu et vulgarisateur prolifique, il s’est aussi, comme son collègue et ami Camille Flammarion, beaucoup intéressé à des domaines, disons moins scientifiques : astrologie, alchimie, ésotérisme, Atlantide...

Il explique dans son livre 1° que « le méridien de la Grande Pyramide est celui qui traverse le plus de continents » ; 2° qu’il « divise aussi les terres émergées à l’Est et à l’Ouest en deux parties égales » :

Il explique également que ce même méridien de la Grande Pyramide « divise [le delta du Nil] en deux parties égales », et que « les diagonales de la Grande Pyramide, prolongées, renferment exactement le delta du Nil » :

Mais l’abbé Moreux n’a rien inventé : ces idées, de même que les cartes qui les accompagnent, sont des copies exactes de ce qu’on trouvait déjà chez Charles Piazzi Smyth, le véritable « père », avec John Taylor, de la « pyramidologie » :

Ces pages figurent page xxii de l’ouvrage de Piazzi Smyth Our inheritance in the Great Pyramid, publié en 1864, et disponible ici. C’est là la véritable origine de cette idée de Gizeh « au centre des terres émergées », qui a été ensuite reprise par une multitude de « pyramidologues ». Voici ce qu’en dit Piazzi Smyth pages 67 et 68 de son livre :

For, proceeding along the globe due north and due south of the Great Pyramid, it has been found by a good physical geographer as well as engineer, William Petrie [1], that there is more earth and less sea in that meridian than in any other meridian all the world round [...]. Again, taking the distribution of land and sea in parallels of latitude, there is more land surface in the Great Pyramid’s parallel of 30°, than in any other. And finally, on carefully summing up all the dryland habitable by man all the wide world over, the centre of the whole falls within the Great Pyramid’s territory of Lower Egypt.

(Car, en avançant sur le globe plein nord et plein sud de la Grande Pyramide, il a été déterminé par un bon géographe physicien et ingénieur, William Petrie, qu’il y a plus de terre et moins de mer sur ce méridien que sur n’importe quel autre [...]. De même, en considérant la distribution des terres et des mers selon les parallèles de latitude, il y a plus de surface de terre sur le parallèle 30° de la Grande Pyramide que sur n’importe quel autre. Et finalement, en additionnant soigneusement toutes les terres émergées habitables par l’homme dans le monde entier, le centre du tout tombe sur le territoire de la Grande Pyramide en Basse Egypte.)

Malheureusement pour l’abbé Moreux, Jacques Grimault, et tous les auteurs « alternatifs » qui ont repris les affirmations de Piazzi Smyth sans les vérifier, rien de tout cela n’est confirmé. Même sans procéder à des calculs compliqués, il est facile de voir, comme noté ici ou , que ni le méridien ni le parallèle de Gizeh ne sont ceux qui traversent « le plus de terres » :

Source

A noter que l’estimation « à vue de nez » sur la carte de Piazzi Smyth ci-dessus (méridien en bleu et parallèle en orange pour ceux qui « traversent le plus de terres ») [2], retombe bien sur la zone identifiée plus haut, et plus scientifiquement, par R. Brunet comme « quadrangle le plus central », à l’Est de l’Europe. Comme on l’a vu, Gizeh ne correspond à aucun des centres des terres émergées, quel que soit le mode de calcul utilisé.

Que faut-il conclure de cet exemple, apparemment assez anecdotique ?
1° Que M. Grimault reprend à son compte des « vieilles lunes » de la pyramidologie, sans se donner, plus que ses prédécesseurs, la peine de vérifier quoi que ce soit ;
2° Que les références sur lesquelles il s’appuie n’ont pas l’air de faire beaucoup de place à la science actuelle : sans même parler du fait d’utiliser un Zecharia Sitchin comme source, force est de constater qu’il s’appuie surtout sur des auteurs anciens : l’abbé Moreux et Piazzi Smyth pour la localisation géographique de Gizeh, Champollion pour les hiéroglyphes, comme si l’égyptologie était une science figée depuis le XIXème siècle et le début du XXème siècle ;
3° Que beaucoup des « faits » sur lesquels s’appuie le film (cf l’intro du film : « Tout ce qui va suivre repose sur des faits ») ne sont des mystères qu’à la condition d’ignorer une grande partie de ce qui a été publié, en particulier en anglais, depuis des dizaines d’années (voir l’exemple des vases de pierre) et de se reposer principalement sur des ouvrages largement dépassés...

Notes :

[1Il s’agit du père du fondateur de l’égyptologie scientifique, William Matthew Flinders Petrie ; William Petrie père partageait les idées « pyramidologistes » de son ami Piazzi Smyth, idées dont son propre fils devait montrer l’inanité par la suite.

[2Précision : cette estimation « à vue de nez » n’est pas faite directement sur la carte de Piazzi Smyth, qui est une projection cylindrique équivalente : elle conserve les surfaces mais pas les distances et les angles ; le seul moyen simple d’avoir une estimation à peu près juste sans rentrer dans des considérations complexes consiste à travailler sur un globe, pour éviter les déformations dues à la projection cartographique choisie.


Forum
Répondre à cet article
"La Révélation des Pyramides" : Au centre des terres émergées
kuota - le 14 mai 2014

Bonjour.

Pour ma part je ne me suis pas attardé sur les détails discutables du documentaire, ou encore sa forme, j’ai bien vu des approximations, des raccourcis discutables. J’ai plutôt choisi d’approfondir les points les plus étonnants. Par exemple, la distance entre l’Ile de Paque et le sommet de la Grande Pyramide qui est de 16180.3 km très exactement.
Le point central de l’Ile de Paque étant choisie d’office dans google maps, tout le monde peut le vérifier.

J’ai vérifier les alignement avec les sites antiques, mais aussi les distances avancées. Au final, j’y ai découvert bien des choses que l’auteur n’a pas encore évoqué et qui m’ont scotché dans mon fauteuils...

J’ai vérifier l’hypothèse d’une connaissance de la vitesse de la lumière.... et si on réalise que les plans de la grande pyramide sont codés dans des équations mathématiques qui utilise des constantes universelles, on peut écrire le plan avec des équations mathématiques. Et cela nous mène de manière étonnante vers la connaissance du mètre, de la seconde, de la vitesse de la lumière. Je sais cela semble impossible.... c’est ce que j’ai cru au départ.

Par exemple avez vous remarqué qu’elle est la latitude 29.972458 sur Guiseh ? Elle passe par la chambre haute ! Un hasard....? Impossible à cause de la tectonique des plaques ? J’en doutes, car la tectonique n’a pas déplacé ce continent de plus d’une quinzaine de mètre depuis sa construction supposée.... ce qui nous amènerai alors avec une latitude exactement au sommet de la pyramide ! Si on n’utilise les probabilités scientifiques, on ne peut que s’incliner devant les chiffres.

Au final, il est possible de trouver presque une dizaine de références cachée à la vitesse de la lumière dans l’antiquité. Mais je me garderai de vous les donner.... je vous laisse chercher car mon but n’est pas de convaincre, mais de faire réfléchir ceux qui le souhaitent

"La Révélation des Pyramides" : Au centre des terres émergées
Irna - le 16 mai 2014

Je n’ai pas l’intention de passer des heures à chercher des références cachées à la vitesse de la lumière déguisée en angles, radians, mètres ou coudées, la numérologie ne me passionne pas. De deux choses l’une : ou ces références cachées sont plus que du hasard, c’est-à-dire qu’on les découvre selon une méthodologie scientifique et elles sont statistiquement significatives (et cela c’est démontrable grâce aux outils mathématiques), et dans ce cas la meilleure chose à faire est de publier  : une démarche solide résistera à l’examen par les pairs, l’analyse statistique pourra être vérifiée, et les idées de M. Grimault pourront être débattues sérieusement ; ou bien on ne trouve ces références que parce qu’on les cherche, et qu’à force de retourner des dizaines de valeurs dans tous les sens on finit toujours pas trouver ce qu’on cherche, quoi que ce soit...
Personnellement, si les jeux de chiffres ne m’intéressent guère, je me suis penchée sur d’autres aspects du documentaire qui m’étaient plus familiers, et ce que j’en ai vu ne me donne absolument pas confiance dans la démarche de M. Grimault, qui n’est pas une démarche scientifique. L’histoire de "l’équateur penché" et des alignements de sites antiques en est un exemple caractéristique : pour que la démonstration soit valable, il faut soit prendre en compte tous les sites antiques - bien évidemment impossible, d’autant qu’on n’en connaît qu’une faible partie ; soit définir précisément à l’avance les critères utilisés pour retenir tel site et pas tel autre, ce que M. Grimault n’a jamais fait, laissant très nettement l’impression qu’il n’utilise que les sites dont la position l’arrange parce qu’il peut les rattacher à tel ou tel de ses alignements...

PS : le chiffre que vous donnez pour la latitude de Gizeh ne correspond pas à celui de la vitesse de la lumière, mais il s’agit sans doute d’une faute de frappe ?

"La Révélation des Pyramides" : Au centre des terres émergées
kuota - le 18 mai 2014

Pour avoir fait des évaluations statistiques des probabilités... je dois dire qu’elles sont scientifiquement très parlantes. Les références aux distances en km des sites sacrés les plus anciens ou énigmatiques est surprenante. L’équateur penché, ce n’est pas juste un alignement de site, c’est une organisation avec des distances qui nous renvois très précisément à celle des bâtisseurs de cathédrales utilisant la canne de 52.36, 32.36, 20, 12.36 et 7.64 cm... sauf qu’on exprime cette fois ci les distances en milliers de km.

Paques : Gizeh 16180.3 km, Mais à l’opposé de cette droite ce trouve un autre site étonnant à 16180.3 km (je vous laisse chercher), ceci n’est pas affaire de numérologie, c’est une distance, cela se mesure. De la même manière qu’une direction et un angle se mesure avec des outils de la science.... la marge d’erreur est si faible que la hasard n’a pas sa place la dedans.

Il en est de même avec la connaissance du mètre bien avant Talleyrand, tout semble indiqué que cela fut le cas, de nombreuses mesures de distances et dimensions me semble le confirmer. C’est dommage que vous ne creusiez pas les distances de cet équateur, je pense que vous allez rater de découvertes étonnantes.... et qui sait entrer dans l’histoire de l’archéologie !!!

PS : oui j’ai fait une faute de frappe : 29.9792458.... j’ai oublié un 9... mais attention, les références à C peuvent être caché par des clefs de cryptage universelle : racine carré, ou le carré... il y en a d’autres.... ce n’est pas une question de tirer les calculs vers ce qu’on recherche... la racine carré, la mise au carré, sont des aussi des outils scientifiques.

"La Révélation des Pyramides" : Au centre des terres émergées
Irna - le 19 mai 2014

Comme je l’ai dit, je n’ai ni le temps, ni les compétences, ni l’envie de me pencher sur ce genre de calculs. Si vous pensez tenir quelque chose de solide, ne faites pas comme M. Grimault : publiez ! Faites un article solide, contenant vos démonstrations, vos calculs de probabilités, et soumettez-le à la critique.

« La Révélation des Pyramides » : Au centre des terres émergées
Ontologia - le 26 septembre 2016

Kuota,
Vous dites "Mais à l’opposé de cette droite ce trouve un autre site étonnant à 16180.3 km (je vous laisse chercher)"
J’ai cherché cette opposé, connaissant l’angle exacte de l’équateur penché (30,640°), et j’avoue me trouver au milieu de l’eau, au large des îles Fidgi, à 16187km de Gizeh
Ici exactement

Je ne vois pas de quel site étonnant vous parlez
D’abord, il ne s’agit pas d’une droite, mais d’une courbe.
Constatant statistiquement que les sites sont distribués avec une marge moyenne de 33km autour de la "ligne", et d’un maxi à 172km, il se peut que vous parliez d’un site sur les îles Fidgi ?

pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2006-2018 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Haut de page
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.1.25
amélioré par Pigédius
Hébergeur : L'Autre Net