logo article ou rubrique
La notice de la mystérieuse géomètrie sacrée des Anciens
Article mis en ligne le 14 avril 2020

par Gollum Illuminati

0 commentaires

Lorsque l’on fait remarquer à Quentin Leplat que ses tracés n’obéissent qu’à son bon vouloir et qu’il se contente de donner des justifications a posteriori, celui-ci nous sort alors de son chapeau une notice censée expliquer la validité magique de tel ou tel angle.
Voici donc, selon cette notice, les seuls angles autorisés à être considérés comme représentatifs de la géométrie des Anciens dont seuls Howard Crowhurst et Quentin Leplat sont à même de lister les lois :

Oh mais attendez, suis-je bête, il faut bien lire jusqu’au bout :

Finalement cette liste n’est donc pas exhaustive et est susceptible de varier selon le bon vouloir de son auteur (sans doute selon les résultats qu’il obtient ?).
Mais jamais dans des proportions trop importantes qu’on nous dit.
Regardons cela de plus près.

Oh tiens, un rectangle de 50x23, il ne me semble pas avoir vu ça dans la fameuse liste. Cette proportion semble pourtant contradictoire avec ce qui est expliqué dans la notice de référence :

Oh bah mince alors, maintenant un rectangle composé de 2618 carrés sur 1000. Il ne me semble pas avoir vu ça dans la liste non plus.

Je vois bien un 22.62° dans la liste, mais d’où sort ce 22.63° ?

Un triangle 8-15-17 (8 carrés sur 15), je ne vois pas de trace dans la notice des Anciens...

24.09°, 24.20°, 24.40°... est-ce qu’il y a une annexe cachée que je n’aurais pas vue en lien avec la notice de monsieur Leplat ?

Voici maintenant un rectangle de 1618 carrés sur 1000. Bon, ok, au point où on en est...

31.79°, ne me demandez pas d’où ça sort...

Ah mais attendez, c’était précisé où ça dans la notice qu’en plus on avait le droit d’additionner les angles ? Je n’ose même pas imaginer le nombre d’angles supplémentaires qui en découle... (au passage un nouveau rectangle de 40 carrés sur 1...)

27.63°, j’imagine que c’est justifié par le fait que ça valide ?

On pourrait continuer comme ça encore pendant longtemps, tant les exceptions à la règle sont nombreuses.

Finalement à chaque nouvelle situation, de nouvelles règles. Où est la cohérence ?
On serait tenté de croire que la notice que brandit Quentin Leplat n’est que de l’enfumage destiné à faire croire à un semblant de démarche scientifique.

Se contenter de produire des modules à base de carrés peut-il être considéré comme la preuve d’une intentionnalité ? Pour cela il convient tout d’abord de se poser la question de savoir si un module de carrés est une particularité. La réponse est NON.
En effet, il sera TOUJOURS possible de bricoler une figure composée de carrés, à partir du moment où la proportion du rectangle tracé pourra s’écrire sous forme de fraction de 2 nombres entiers relatifs (c’est à dire un nombre rationnel). Il suffira alors d’arrondir au besoin les valeurs pour créer notre module de carrés.
Prenons un exemple concret. Dans sa vidéo de réponse, Quentin vérifie un de nos tracés et explique qu’au lieu de 26.56°, l’angle entre les 2 antennes relais en question serait en réalité de 27.02°.
Et bien soit.
Dans un triangle rectangle, la tangente d’un angle est égale à l’angle opposé divisé par l’angle adjacent.

Ainsi, si notre côté AB vaut 1, alors tan(27.02°) = BC/1, c’est à dire BC = tan(27.02°)
Ce qui nous donne un côté BC de valeur 0.5099.
On arrondit à 0.51, puis on convertit nos 2 valeurs en nombres entiers, ce qui nous donne ainsi un module de 51 carrés sur 100.
La tangente inverse de 51/100 nous donnera un angle de 27.0215816°, largement dans les clous de la marge d’erreur acceptée par Howard et Quentin (0.02° selon eux - mais dans les faits...).
51 carrés sur 100 ne se trouve pas dans la notice, mais cette notice n’étant pas suivie par ses auteurs eux-mêmes, pourquoi devrions-nous la suivre à la lettre ?

Etant donné qu’il est possible de construire des modules à base de carrés absolument partout, il n’y a donc rien de particulier à en trouver là où l’on veut. Les tracés de Howard et Quentin, n’étant précédés par aucune réflexion, ne reposant sur aucune règle prédictive, n’ont donc pas la moindre valeur démonstrative.