« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue

Article mis en ligne le 14 mars 2017

logo imprimer

Je reproduis ci-après le texte que m’a envoyé une archéozoologue qui a pris le temps d’examiner quelques-unes des images diffusées par Thierry Jamin dans le cadre de sa campagne de financement de supposées « momies aliens » (voir Thierry Jamin et les Zitis). Comme elle l’explique elle-même, il est difficile d’être très affirmatif sur des images de mauvaise qualité tirées de vidéos ; cependant, comme le lecteur pourra le constater, les incohérences anatomiques sont suffisamment nombreuses pour que l’hypothèse du fake en soit grandement renforcée... - Irna

Qui suis-je ?

Ayant visionné les vidéos de « Alien Project » j’ai été interpellée par les inventions ostéologiques qui ont été conçues pour l’occasion. Archéozoologue de formation, je trouve important d’amener les gens à se poser de véritables questions sur ce qu’on peut leur présenter car quiconque ayant vu les vidéos est capable d’y trouver des incohérences. Je ne prétends pas faire une étude archéozoologique du matériel présenté par les dirigeants du projet parce que je me base sur l’étude d’images issues des vidéos (et donc de moins bonne qualité que si j’avais les véritables radios sous les mains) et que je n’ai pas les « momies » sous les yeux.

Je tiens également à préciser que je prends sur mon temps pour faire cette courte analyse et que mon seul but dans cette affaire est d’amener les gens à réfléchir. Je ne vais donc ici que m’attarder sur les aspects ostéologiques et biologiques en proposant d’ouvrir le débat à d’autres spécialistes si débat il doit y avoir. Chaque personne devrait être à même de se forger sa propre opinion avec les bases de l’anatomie (humaine et animale) qui sont facilement accessibles sur internet.

Quels sont mes outils ?

D’abord je dois vous expliquer le travail des archéozoologues. Nous étudions les restes animaux issus des sites archéologiques et pour ce faire nous disposons d’un certain nombre d’ouvrages d’anatomie comparée (que le lecteur retrouvera à la fin de ce papier) et d’une collection d’ossements réels, archéologiques et actuels. Notre travail est fondé sur la reconnaissance des os et des espèces par comparaison avec toutes les espèces connues. Étant donné qu’aucune espèce extraterrestre n’est actuellement connue, il m’est ici impossible d’avoir un comparatif. En revanche nous connaissons les squelettes de chaque être vivant, humain et animal en fonction des lieux que nous étudions. Pour ma part j’ai travaillé en France sur les périodes allant de l’âge du Bronze au Médiéval. Nous avons donc l’œil exercé à la spécifité de chaque espèce et nous connaissons chaque stade d’évolution des squelettes en fonction de l’âge. Nous sommes donc capables de savoir si tel os peut s’articuler avec tel autre et s’il s’agit du même animal. La figure ci-dessous montre le type de mobilier qu’un archéozoologue peut avoir l’habitude d’avoir sous les yeux et j’invite chaque lecteur à visiter un muséum d’histoire naturelle et à lire les ouvrages cités en bibliographie pour comprendre comment nous sommes capables de comprendre ce matériel.

Je vais donc ici me baser sur les multiples incohérences biologiques et la reconnaissance de certains os pour apporter de nouvelles réflexions à ces pseudo-scientifiques. Encore une fois, ce papier ne constitue en rien une étude archéozoologique et ne contient que de rapides observations.

Des « momies » ?

Je passerai outre le fait que l’aspect des momies me fait très fortement penser à du plâtre sur du papier mâché. Avec ce genre de choses on ne voit que ce que l’on veut voir et l’on ne trouve que ce que l’on cherche.

Premièrement, jamais il ne serait venu à l’idée de véritables scientifiques de manipuler ces objets comme ces gens le font. En les trimballant de ci de là, les retournant, en approchant leur bouche, leur nez et sans se couvrir les cheveux. Des analyses ADN et C14 qui pourraient donc être biaisées et des champignons qui vont se développer sur les tissus organiques (à condition qu’il y en ait) et les dégrader. Bravo.

Quel matériel nous présentent les vidéos ?

Des momies complètes, des mains, des têtes. Le fil d’Ariane de ces types est la ressemblance entre les crânes ovoïdes et des mains à trois doigts. En revanche aucun rapport entre la main gigantesque à 3 doigts et les petites mains des individus puisque ni le nombre ni la forme des os ne correspond, nous y reviendrons.

Les têtes

L’une des vidéos montre Edson Salazar Vivanco expliciter le fait que les têtes sont bien des crânes. Il est possible qu’il s’agisse de crânes au vu de la forme mais je suggérerais plusieurs choses. D’abord il peut s’agir d’assemblages de plusieurs crânes, ensuite il peut s’agir de différentes espèces et enfin il est très probable que les crânes aient été épurés des parties jugées « non alien ». A première vue les reliefs m’ont fait penser à des crânes de canidés, mais puisque ces restes ont été trouvés au Pérou, il est plutôt probable qu’il soit question de crânes de primates voir de très jeunes humains (surtout si comme le dit M. Salazar « une suture est visible »). Ce qui me fait dire cela c’est « l’arcade sourcilière » prononcée et la forme des pariétaux qui sont assez « ronds » (l’image ci-dessous présente un crâne de chimpanzé) ainsi que la partie occipitale qui semble présenter un « chignon ». Il est possible d’imaginer que les crânes aient été rabotés au niveau des maxillaires et des zygomatiques. Cette hypothèse pourrait être renforcée par le fait qu’aucune dent n’est visible sur les radios. Il n’y a donc ni maxillaires ni mandibule. Notons que la position de l’occiput est assez incongrue car placé sous le milieu du crâne et non à l’arrière, et de toute évidence la bête ne pourrait alors pas être capable de bouger sa tête comme tout animal (y compris humain).

Source

La colonne vertébrale

En parlant de l’occiput cela m’amène à faire remarquer au lecteur l’absence totale de vertèbres séparées les unes des autres (du moins pour ce qui est censé constituer les cervicales) et donc l’impossibilité totale pour l’individu de se mouvoir ou même de bouger la tête. Il semblerait que la colonne vertébrale soit symbolisée par un seul os long mais je ne m’appesantirai pas sur ce détail puisque je ne le distingue que trop mal sur les images dont je dispose.

La cage thoracique

Celle-ci semble constituée de véritables côtes posées les unes en-dessous des autres sans cohérence anatomique. Elles paraissent également trop épaisses pour la stature de la chose et aucun os n’apparait au niveau du sternum. Notons également l’absence de côtes flottantes, entre autre nécessaires à la flexibilité des êtres vivants. La cage thoracique est également située bien trop bas et ne pourrait biologiquement pas laisser la place à des organes tels que les intestins. Les os sont donc trop mal imbriqués pour que la chose puisse espérer se servir de ses poumons.

La ceinture scapulaire (bras, épaules)

Les images ne me permettent pas de distinguer la forme des scapulas (omoplates) et des clavicules. Il est possible que les humérus (à condition qu’il s’agisse bien d’humérus et non de fémurs) appartiennent à un ou des individus n’ayant pas terminé leur croissance (je pense ici à de jeunes humains ou des primates) puisque les extrémités proximales ne semblent pas complètes et ont cet aspect particulier des individus immatures. En revanche il manque les épiphyses (surface articulaire qui se soude avec la diaphyse à un certain âge en fonction de l’espèce, CF R. Barone 1976), donc s’il s’agissait réellement de momies les épiphyses auraient dû se trouver à leur place. Il n’est pas exclu que l’extrémité distale des os ait été rognée afin de mieux correspondre aux attentes des « artistes ».

Ce qui est censé constituer le radius est plausible mais l’absence d’ulna (anciennement appelé cubitus) à ses côtés implique l’impossibilité pour l’individu de tourner les mains et même de plier les bras. Quant aux os du poignet ils sont tous absents et les quelques phalanges (primate ou humain) utilisées pour les mains n’autorisent pas l’individu à se servir de celles-ci. Je ne m’attarde pas sur les poignets et les mains car les incohérences me paraissent ici bien trop évidentes pour être expliquées en détail.

Les bras ne sont donc pas du tout plausibles puisque totalement inarticulables, depuis les épaules jusqu’aux doigts.

Ceinture pelvienne (hanches et jambes)

Ce qui constitue les hanches n’est qu’un conglomérat de choses les unes sur les autres alors que les os pelviens de chaque être vivant sont parfaitement distincts et identifiables. Je ne pense pas que les os soient ceux de jambes. D’abord les fémurs, on voit ici clairement qu’ils appartiennent à des individus immatures car cette fois les épiphyses sont présentes mais elles semblent mises approximativement. Ensuite, s’agit-il réellement de fémurs ? Je n’en crois rien et je pense même que la jambe droite est un humérus (humain ou primate). Les têtes fémorales chez les bipèdes sont normalement bien plus marquées que ce que laissent voir les radios, afin que les fémurs puissent s’articuler correctement avec les os pelviens et ainsi autoriser la bête à se mouvoir. Les images dont je dispose ne me permettent pas d’affirmer mes dires mais je pense que l’os de la jambe droite de l’individu est différent de celui de la jambe gauche. Il est possible que l’on ait ici des os d’individus différents car la taille et la forme des diaphyses n’est pas la même et les épiphyses semblent à un stade de « soudure » différent pour la « jambe » droite et la « jambe » gauche. Les « genoux » ne ressemblent à rien de connu et cela pour la simple et bonne raison que de telles articulations à ce niveau n’autorisent pas un individu à simplement se tenir debout. De plus les patella (rotules) sont indiscernables.

Je distingue trop mal les tibias pour en parler mais nous noterons l’absence de fibula qui est improbable si la bête avait voulu se servir de ses pieds. Les os des pieds et des chevilles tels qu’ils semblent agencés ne permettent pas à l’individu de faire ne serait-ce qu’un pas et là j’invite les lecteurs à regarder et tâter leurs pieds pour se faire une idée. Pour ceux persuadés du caractère reptilien de la chose je les invite à regarder de plus près les squelettes de crocodiles. Leurs pieds sont agencés de manière à être totalement articulables avec le tibia et la fibula et c’est pour cette raison que les os sont « à plat ». Imaginer de tels pieds pour un être bipède est impossible (surtout sans fibula) car aucune flexibilité n’est permise et le poids du corps écraserait simplement le pied. Aïe.

Conclusion sur la momie :

Biologiquement incompatible même en considérant toutes les formes de vie possible, et ce quelles que soient les conditions atmosphériques (avec ou sans gravité). Je pense que tous les os sont issus de très jeunes individus et proviennent d’humains ou de primates. L’immaturité des sujets est un problème pour déterminer l’espèce puisque les os ne sont pas complètements formés. En tout cas je pense que ces os viennent de différents individus d’âges différents et de milieux différents. Il est à noter que l’état de décomposition de chaque os n’est certainement pas le même et que ces décompositions n’ont pas été effectués dans les mêmes conditions. Effectivement, les épiphyses si elles ne sont pas encore soudées à la diaphyse sont reliées par du cartilage qui disparaît après les tissus mous. Ainsi, si le cartilage disparaît l’épiphyse et la diaphyse ne sont plus reliées, l’épiphyse peut alors être perdue ou avoir l’air d’un simple caillou lors d’une fouille et être laissée de côté (hors contexte de momification où tous les os restent en connexion). Ainsi, si les os représentant ici les humérus ne possèdent pas d’épiphyse cela veut dire qu’ils ont été agencés après décomposition totale des corps. Tandis que pour les os représentant les fémurs, la décomposition ou le contexte ont permis de conserver les épiphyses. J’invite le lecteur à aller jeter un œil aux « fermes des corps » qui ont permis de faire avancer la recherche de manière considérable dans les processus de décomposition des corps.

La grande main :

Bon je pense que tout le monde aura remarqué l’incohérence totale entre le nombre d’os, leur taille (les petits derrière les grands sans logique anatomique probable) et le surnombre d’os cassés vers ce qui s’apparenterait aux métacarpes.

Les trois premières phalanges pourraient être celles d’humains adultes, le reste des os est constitué de phalanges et métapodes agencés de manière peu probable et que je suppose venir d’humains également. Les os cassés semblent avoir une densité différente des autres et ce parce qu’il s’agit d’os longs et non d’os courts (comme les métapodes et les phalanges). Ensuite parmi ces os longs il semblerait que nous retrouvions des ulnas (certainement humaines d’individus adultes) en vrac (os du bras) et des phalanges. Je pense qu’il s’agit ici d’os humains, car les phalanges et les métacarpes sont assez courts et les corticales assez peu épaisses par rapport à celles de primates par exemple. A première vue on pourrait penser à des os d’oiseaux car ceux-ci sont creux et tubulaires, mais ici la radio laisse penser qu’il y a du spongieux dans tous les os ce qui est le propre des os humains.

Conclusion :

La détermination des os n’est pas aisée sur ce genre de matériel mais les incohérences anatomiques et biologiques sont bien trop nombreuses pour espérer que ces chimères aient vraiment existé. De plus nous avons pu montrer que certains os sont manquants et rendent donc l’hypothèse de momies totalement impossibles. La reconnaissance de certains os montre également qu’il n’y a pas de mystère dans la confection de ces momies.

A présent il serait de bon ton de se poser les bonnes questions, à savoir, est-ce nécessaire de faire des analyses aussi coûteuses que celles ADN et C14 quand des spécialistes sont capables, à l’œil nu, de reconnaitre le fake dans cet étalage de fausses preuves ? Quelles analyses moins coûteuses et plus cohérentes auraient pu être réalisées sur ces objets ? D’où proviennent les os qui constituent les « momies » ?

Je vais revenir sur un dernier point. Le fait qu’il s’agisse ici d’os d’individus immatures (individus dont la croissance n’est pas terminée) dont certains ont des épiphyses soudées et d’autres non implique des degrés de décomposition différents. Ces types ont-ils utilisé des individus récents ou des os issus de contextes archéologiques ? Je laisse au lecteur le soin de tourner et retourner ces questions dans sa tête puisque les seules personnes à même de leur apporter les réponses sont les créateurs des « momies ».

M. P.


Bibliographie

- BARONE R., 2010, Anatomie comparée des mammifères domestiques, 5e édition, Paris : Vigot, tome 1.
- CHAIX L., MENIEL P., 2001, Archéozoologie : les animaux et l’archéologie, Paris : édition Errance.
- SCHMID E., 1972, Atlas of animal bones for prehistorians, archaeologists and quaternary geologists, Amsterdam ; Oxford ; New-York : Elsevier Publishing Company.
- WILSON B., GRIGSON C., PAYNE S., 1982, Ageing and sexing animal bones from archaeological sites, s.l. : B.A.R.


Forum
Répondre à cet article
« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
shinichi - le 14 mars 2017

De toute façon, le financement a été donné , ils vont faire les analyses donc pourquoi tiré des conclusions de personnes qui n’ont pas pu voir et encore moins examiner les artéfact en vrai ?

Les analyses le diront tout simplement si c’est vrai ou fake, mais vu qu’il va vraiment faire les analyses , ou est le problème ? Il n’arnaque personne vu qu’il montrera les résultats , les prix et les labos ... Donc il ne tire pas d’intérêt ici...Et il n’a jamais dit que c’était 100% sûr que ce ne soit pas un fake, d’après tout ce que j’ai pu voir.

Les analyses détermineront si c’est un fake de quel nature il sera donc patience dans quoi 2 mois peut être un peu plus on saura tout.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 14 mars 2017

Bonjour Shinichi,
je me demande si vous avez bien compris la portée de ce texte ?

- L’auteur ne tire pas de conclusion, elle est d’une extrême prudence justement parce qu’elle n’a pas eu accès aux radios originales ni aux objets, et elle le dit ;
- ce qu’elle montre cependant, c’est qu’il y a quelques évidences dont curieusement aucun des "spécialistes" que M. Jamin dit avoir consultés ne fait état ;
- et qu’il est très probable qu’il y avait des analyses et études basiques à faire avant de recourir à des analyses plus sophistiquées et très probablement inutiles.

M. Jamin n’a peut-être jamais dit qu’il était 100 % sûr (quoique... revoyez ses déclarations mentionnées dans mon article précédent), cela ne l’empêche pas d’appeler son projet « Alien Project », et d’annoncer avant toute analyse sérieuse la suite avec un livre et un film...

J’attends effectivement de voir ce qu’il montrera exactement, d’ici là je reste très sceptique...

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Shizat - le 14 mars 2017

Je ne comprends pas le but de ce texte. Oui en fait je comprends que c’est une campagne de salissage contre Thierry Jamin mais sans plus.
Pour avoir une meilleure analyse elle devrait voir les artefact ; le mot est bien choisi... car c’est une analyse non complete. Pour completer l’analyse elle devrait faire des analyse plus poussées car une simple radio donnera qu’un apercu du probleme. Si l’analyse n’est pas convaincante elle ira aux test d’ADN de plusieurs parties pour voir si elles proviennent tous du meme. Merci pour son point de vu qui en parties explique ce qui a déja été dit par Thierry Jamin soit : Les reliques ont des truc inexpliqué par exemple les phalanges(deja expliquer par Thierry.)

Mais d’autre truc qui défie tout entendement comme le cartillage entre les os qui semble les unir. Et d’autre trucs que votre spécialiste a distance n’a pu voir sur les images de mauvaises qualités.

Je ne dis pas que votre amie ne connait pas son domaine, seulement qu’elle ne possede pas tous les élements pour juger. Pour prendre sa conclusion : je ne peu pas avoir des analyses poussé, mais il s’agit ici d’une chimere si je me base sur ce que jai vu. On sait comment ca se finirait si un Ufologue dirait d’une photo d’ovni, a partir d’une photo sur internet, que c’est un vrai. Oui car meme si votre amie maurait dit que ces reliques sont vraies je ne l’aurais aucunement cru. Cependant, si elle peut et veut se rendre sur les lieu et analyser les radio et reliques sur place, son jugement prendra une toute autre ampleur. Mais si elle doute comme Thierry semble douter ca se finira en analyse d’ADN... économisons du temps, passons aux test d’ADN.. Cet affaire est une publicité pour le vol de relique dans les pays pauvre.

PS : Thierry Jamin est passé pour moi au titre de huaqueros car cette publicité entrainera pleins d’autre vol archéologique. On devrait bannir le vol en toute occasion, et non juste quand ca nous chante pour faire jolie.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 15 mars 2017

Bonjour Shizat,

je comprends que c’est une campagne de salissage contre Thierry Jamin

Je pense que vous avez mal compris : ce texte est une série d’observations faites sur les documents proposés par M. Jamin, observations qui montrent que M. Jamin et son médecin oublient de dire des choses essentielles sur ces "momies". Ce n’est pas "salir" M. Jamin que de constater que sa présentation de ces objets est pour le moins incomplète, c’est juste un constat - à chacun d’en tirer les conclusions qu’il veut.

Pour avoir une meilleure analyse elle devrait voir les artefact ; le mot est bien choisi... car c’est une analyse non complete.

Mais à aucun moment l’auteure n’a prétendu faire une analyse complète ; comme elle le dit elle-même : « Je ne prétends pas faire une étude archéozoologique du matériel présenté par les dirigeants du projet ». Si M. Jamin avait mis en ligne des documents plus sérieux (photos HD et radios), elle aurait pu faire une analyse plus sérieuse. Là elle est obligée de limiter ses observations à ce qui est publié.

Cependant, si elle peut et veut se rendre sur les lieu et analyser les radio et reliques sur place, son jugement prendra une toute autre ampleur.

Non, ce n’est pas comme cela que fonctionne la science ; on ne peut pas clamer avoir fait une découverte extraordinaire tout en refusant de communiquer les documents (je vous rappelle que M. Jamin a refusé de publier les radios et les noms des "nombreux" spécialistes qui se seraient penchés sur l’histoire), et dire aux scientifiques "vous n’avez qu’à venir ici et faire vos propres analyses. C’est M. Jamin qui cherche à convaincre, qui affirme qu’il a trouvé des trucs suffisamment bizarres pour qu’il y ait besoin de 30 000 € pour faire des analyses, c’est à lui de fournir la documentation à l’appui. Dans l’état actuel des choses, on ne peut analyser que des documents incomplets et de mauvaise qualité, mais ça suffit déjà à montrer que M. Jamin n’a pas procédé avec rigueur et présente une vision très orientée et partiale de ces objets.

Je suis bien d’accord avec vous cependant sur le fait que l’association de M. Jamin avec des huaqueros n’est pas acceptable !

Cordialement, Irna

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Mist - le 28 mars 2017

"Pour completer l’analyse elle devrait faire des analyse plus poussées car une simple radio donnera qu’un apercu du probleme. "

L’observation de ces quelques clichés, et la lecture de cet article, montre déjà que ce squelette est anatomiquement non fonctionnel, ce qui est une information en soit.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 17 novembre 2017

Bonjour Irna,
j’ai soutenu cette affaire depuis le début, et là un GRAND doute m’assaille :D
cela concerne les petits gris, j’ai vu une video péruvienne : https://www.youtube.com/watch?v=7DUsGtQMfxg
c’est malheureusement pour moi un choc, la boite crânienne d’une vigogne !!! cela correspond parfaitement !

je voudrai vous poser une question, car sur le site de thierry Jamin personne ne me répond ou par une blagounette ...
je ne suis par zoologiste ni quoi que ce soit, mais j’ai remarqué que sur l’ensembles des crânes de mamifere que j’ai observé
j’ai constaté que les Apophyses Mastoïdes sont orientées vers l’avant du crâne : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mastoïde

Sur le site Alien project/Facebook : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=868157040027270&set=a.858756414300666.1073741895.100004989461239&type=3&theater
on peut voir le croquis d’un des crânes expertisé de petit gris, avec les apophyses à l’envers
ce qui confirmerait bien l’origine d’un crâne Vigogne inversé dont on aurai raboté la face antérieure et gardé que la boite crânienne,
pour constituer la tête d’un petit gris.

Si vous me confirmez la mauvaise orientation des apophyses vous m’aurez convaincu.
merci pour votre aide

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 17 novembre 2017

Bonjour Roro,

Un crâne de vigogne adulte est probablement trop gros pour convenir. Il est plus probable que c’est un crâne de petit carnivore comme un chat ou un chien (ils en présentent après la vigogne dans la vidéo que vous montrez mais je ne sais pas ce qu’ils disent car je ne parle pas espagnol). Vous pouvez voir cette vidéo de StopScience qui amène des arguments de morphologie comparative : https://www.youtube.com/watch?v=_MewzSO2AMg (vers 16 min.).

Je n’ai pas vu l’image avec les processus mastoïdiens sur le site auquel vous référez. Il faut faire attention parce que ceux-ci sont plus ou moins développés selon les espèces. Mais si vous voulez un autre argument factuel qui montre que c’est un crâne de mammifère bien terrestre, regardez cette radio : http://ekladata.com/z8K0AXxUW0hHXo9USLnryFqStv8.jpg (tirée de cette page http://mystere-paranormal.over-blog.com/2017/08/alien-project-les-momies-du-perou.html). Selon Jamin et son équipe, la bouche se trouve du côté droit de la photo (on distingue la masse claire des oreilles internes en bas et en haut). Toujours selon eux, le carré rouge serait le foramen magnum (une ouverture dans les os occipitaux qui permet le passage du tube neural). À droite de ce carré, vous avez une ligne foncée ; et si vous regardez bien, le carré se trouve au centre d’une bande osseuse qui traverse la photo de bord en bord, en diminuant de hauteur vers la gauche.

Regardez la diapo 36 sur cette présentation : http://slideplayer.com/slide/4570030/ . On voit un crâne de chat en vue latérale, à gauche, et ventrale, à droite*. La vue ventrale montre une série d’os en bleu au bas du crâne. Prenez les trois qui forment une ligne médiane, de bas vers le haut : le basioccipital, le basisphénoïde et le présphénoïde. Mentalement, faites faire une rotation de l’avant du crâne de chat (en haut) vers la gauche et vous obtiendrez assez bien ce qu’on voit dans la radio précédente : le basisphénoïde correspond à l’os sur lequel il y a le carré rouge ; on distingue bien la suture entre cet os et le basioccipital qui correspond à la ligne foncée dont je parlais plus haut. Des pièces osseuses semblent avoir été "rabotées" (comme les bulles tympaniques) mais les similitudes sont assez claires.

Sur la vue ventrale du crâne de chat, vous voyez que le vrai foramen magnum se trouve du côté du basioccipital (en bas) donc, en fait, du côté de la pseudo-bouche du crâne de "reptilien". Cela explique la présence des oreilles internes du côté de la pseudo-bouche : elles sont dans les bulles tympaniques (je simplifie), donc proches des os occipitaux. (Sur cette vue ventrale, les processus mastoïdiens sont disposés latéralement vers l’arrière des bulles mais ils sont de taille réduite.) À mon avis, le faux foramen magnum (carré rouge) a été fait avec un instrument comme un gros poinçon ou un tournevis dans le but de placer la tête sur le cou des "poupées".

Chez les petits carnivores, il y a bien 2 sutures coronales (transverses) qui divisent la portion dorsale de cette région du crâne en trois tiers de taille non égale : une entre les os frontaux et les pariétaux, et une entre les pariétaux et les occipitaux (avec l’interpariétal, quand présent). Elles sont visibles sur la vue latérale du crâne de chat de la diapo mais il faut avoir l’oeil pour les reconnaitre (cherchez "frontal", "parietal", "interparietal", et "nuchal crest").

Desnes Diev

* Comme la référence d’où provient cette image ne se trouve pas sur la diapo, la voici : Liem et al. (2001 ?) "Functional Anatomy of the Vertebrates : An Evolutionary Perspective" Brooks Cole.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 17 novembre 2017

Desnes Diev,
désolée pour les messages bloqués, le système anti-spam du site n’aime pas trop quand il y a plusieurs liens dans un message !

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 17 novembre 2017

Merci Irna,

Ça me rassure que vous ayez éliminé mes doublons. J’essayais de voir ce qui ne fonctionnait pas. Désolé.

Desnes Diev

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 17 novembre 2017

Pas de problème ! C’est moi qui suis désolée pour les dysfonctionnements de l’antispam !

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 17 novembre 2017

Bonjour Roro,
je n’arrive pas à voir les mastoïdes sur l’image de José Rios, mais je ne suis pas zoologiste non plus :)
Mais je pense effectivement que l’hypothèse d’un crâne de petit mammifère inversé est de loin la plus probable, voir aussi les remarques très éclairantes de Desnes Diev. Je ne suis pas sûre de tout comprendre de ce que dit Salas-Gismondi dans cette vidéo, mais je n’ai pas l’impression qu’il affirme qu’il s’agit d’un crâne de vigogne (ou de chien ou de chat), il se contente de montrer ces trois crânes pour expliquer à quel point on y retrouve certaines caractéristiques des crânes des "petits gris"...

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 17 novembre 2017

re bonjour Irna,
dernière question, est-ce que sur un crâne supposé reptilien il existe des sutures crâniennes avec une orientation coronale divisant le crâne en 3 tiers ?
car c’est le constat de l’analyse du centre de résonance avancé scanner Multicorte :

https://www.facebook.com/AlienProjectPeru/photos/a.1632322717072359.1073741828.1632225147082116/1744964389141524/?type=3&theater

merci
Roro

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
L.Despoutres - le 17 novembre 2017

dernière question, est-ce que sur un crâne supposé reptilien il existe des sutures crâniennes avec une orientation coronale divisant le crâne en 3 tiers ?
car c’est le constat de l’analyse du centre de résonance avancé scanner Multicorte :

Re salut à toi aussi, ami.
Comme la première fois, je me permets aussi de te répondre sur quelques points.

Bon, déjà on part mal avec les bonshommes qui sont deux radiologues, et en plus ont fait leur tomographie avec une épaisseur de coupe qui est quand même importante (3 mm). Voir ici pourquoi c’est pas bien.

La traduction aussi laisse à désirer ( "dépréciations" pour "depresiones", ou des phrases absconses comme "impression postmortem" (?)

J’avoue que la phrase "sutures crâniennes avec une orientation coronale divisent le crâne en trois tiers" me laisse perplexe. J’imagine qu’ils parlent d’une suture orientée peu ou prou selon le plan coronal, comme ici, celles qui séparent les parties bleue, orange et verte. Par contre,est-ce que "trois tiers" ne serait pas une petite tautologie ?

Par ailleurs, j’ai noté deux phrases intéressantes :
"impression d’une manipulation postmortem"
et
"il n’y a pas de structures qui forment un massif facial (fosses nasales, cloison nasale"
ça, ça me gêne un peu, c’est pas un peu problématique de pas avoir de fosses nasales, ou de choses comme ça ?

D’autre part, je remarque que le document porte la date du 31 mars (soit avant la conférence du 11 juillet ?), mais qu’il semble n’avoir été posté que le 10 novembre, ça fait quand même 7 mois de délai.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 17 novembre 2017

Bonjour L.Despoutres,

"Par contre,est-ce que "trois tiers" ne serait pas une petite tautologie ?"

Ou un pléonasme dans le but de mieux faire comprendre l’idée. Je l’ai aussi interprété comme deux séries de sutures (une entre les os frontaux et les pariétaux, une entre les pariétaux et les occipitaux).

"ça, ça me gêne un peu, c’est pas un peu problématique de pas avoir de fosses nasales, ou de choses comme ça ?"

Chez des vertébrés, peut-être, mais qui sait ce dont ont besoin les ET ? ;-)

En fait, avant d’être enlevées, les fosses nasales se trouvaient très probablement du côté de "l’extrémité postérieure [qui] est clairement de type occipital" selon le rapport. C’est vraiment l’art de ne pas savoir distinguer l’avant de l’arrière.

Desnes Diev

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 17 novembre 2017

D’autre part, je remarque que le document porte la date du 31 mars (soit avant la conférence du 11 juillet ?), mais qu’il semble n’avoir été posté que le 10 novembre, ça fait quand même 7 mois de délai.

En fait ce document avait déjà circulé par l’intermédiaire de krawix / Paul Ronceros, je l’avais mentionné ici, et avais à l’époque relevé ça :


- présence d’os pneumatiques dans la partie supérieure et « postérieure » du crâne, alors que les os pneumatiques sont normalement présents dans la partie antérieure (sinus) ;
- suspicion d’ajout d’un os occipital à la partie « postérieure » du crâne, avec une limite très nette entre cet os occipital et les os pneumatiques voisins (voir la photo ci-dessous) ;
- traces de fractures qui révèlent une manipulation post-mortem...

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 20 novembre 2017

Merci beaucoup pour vos réponses, Mesdames et Messieurs.
Comme les images des crânes dont je vous parlais sont noyées au milieux d’autres images,
je vous mets directement le document.
Je pense qu’ils confondent les Apophyses Mastoïdes avec les Condyles occipitales voici les documents issus du site : https://fr-fr.facebook.com/AlienProjectPeru/

Sur ce document on voit bien les Apophyses Mastoïdes (et non les Condyles Occipitales puisque c’est un faux foraine magnum) dans le mauvais sans Par rapport à l’hypothétique face antérieure du crâne Alien :
Le sens de ma Deuxième question était en fait, (excusez-moi je m’exprime mal)
Est-ce que les crânes de reptiles sont comme les mammifères, ont ils des sutures crânienne comme relevé dans l’analyse du crâne du petit gris ?

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 20 novembre 2017

Bonjour Roro,
pour votre question sur les sutures crâniennes, je ne voudrais pas m’avancer, mais il me semble que les reptiles, comme les oiseaux, ont bien des sutures crâniennes, mais surtout visibles chez les jeunes, et très peu visibles à l’âge adulte, il me semble avoir lu ça chez Darwin, à vérifier. Sinon, les reptiles n’ont normalement qu’un seul condyle occipital, de même que les oiseaux, c’est curieux que José Rios en indique deux sur tous ses dessins d’êtres qu’il considère comme des reptiliens :)

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 21 novembre 2017

Bonjour Irna,
merci pour ces informations concernant les sutures crâniennes chez les reptiles ainsi que le nombre de condyle occipital.
je pense que ce José Rio est dépassé, il est comme beaucoup de ces gens,
qui veulent tellement y croire qu’ils en perdent toute objectivité.

Grâce à vous tous et toutes :) j’apprends tous les jours, merci encore.
j’attends de voir si quelqu’un peut répondre à ma première remarque concernant les apophyses mastoïdes à l’envers
merci encore pour vos lumières
Roro

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 21 novembre 2017

Bonjour Roro,

Faites attention aux planches de Rios parce qu’il dessine parfois sur les photos sans toujours respecter ce qui s’y trouve. Les taches rouges légendées "condyles occipitaux", par exemple, me semblent illusoires. Sur cette photo http://ekladata.com/YcPB-rjo26_FwSWh37GvSA-z9lc.jpg de la face ventrale d’une autre tête de "reptilien", on ne voit pas de structures osseuses au niveau correspondant à celui des taches rouges ; on voit par contre des structures osseuses au niveau correspondant à celui des taches grises de "votre" photo (càd, de part et d’autre juste à gauche du "foramen magnum"). Je vais revenir sur les structures osseuses colorées en gris plus loin.

Je vais préciser quelque chose auparavant parce que j’ai l’impression que, en vous fiant sur la planche, vous confondez l’avant et l’arrière sur la photo : la pseudo-bouche de la poupée est vers la droite de la photo*. L’arrière du vrai crâne se trouve donc (aussi) vers la droite et c’est vers l’arrière que se situent les processus mastoïdiens. Ils ne sont donc pas vers la gauche du foramen sur la photo. À mon avis, ils ont été soit "rabotés" soit cachés sous le "plâtre" qui recouvre la tête (ils ne sont pas très proéminents chez le chat).

À mon avis, ce que vous pensez être les processus mastoïdiens sont les restes d’une structure paire en forme "d’aile" composée par trois os**, ailes qui forment les portions latérales des voies respiratoires. Ces structures correspondent à celles colorées en gris sur la photo de la planche. Sur la photo du gorille en dessous, la zone foncée à peu près au centre du crâne, en arrière du palais secondaire, est ce qu’on appelle les choanes (ou narines internes) secondaires. C’est là que débouchent les narines. Les parois de cette région sont les ailes.

En regardant le crâne du gorille, vous comprenez que pour enlever les os de l’avant du crâne (au niveau du museau), il faut couper les arcs zygomatiques (les deux barres osseuses séparées de la masse centrale du crâne par une ouverture) et tout ce qui se trouve en avant des narines internes. Pour le dernier point, il faut commencer par casser les "ailes". C’est très probablement ce qu’ont fait les faussaires. Mais comme l’os c’est dur de manière inégale, il en reste des morceaux qu’ils n’ont pas « rabotés ».

La suture soulignée en rouge sur cette photo correspond à celle dont je parlais dans mon précédent message et qui se trouve entre l’os basisphénoïde et le basioccipital (entre autres). Pour donner une réponse simple à votre question : non, les reptiles n’ont pas de suture comparable à ce niveau***.

Desnes Diev

* Vous pouvez vérifier sur le schéma sous la photo : l’antérieur du crâne de "p’tit-gris" est vers le haut (« 4 Anterior »), le foramen est un peu en avant des structures "blanches" et ces structures sont celles colorées en gris sur la photo. Il faut donc faire faire une rotation de 90 degré vers la droite au schéma pour retrouver l’orientation correspondante.
Sur ce schéma, pour retrouver l’orientation du véritable crâne, il faudrait lire "4 Posterior" et "6 Anterior".
** Alisphénoïde, orbitosphénoïde, et ptérygoïde.
*** La réponse plus compliquée est que, même s’il y a beaucoup de diversité dans les crânes "reptiliens", la suture principale de cette région du crâne (entre les même os) est située beaucoup plus vers l’arrière chez les reptiles et que sa forme est différente. C’est lié au fait que la portion du crâne qui contient l’encéphale est beaucoup plus réduite chez les reptiles que chez les mammifères.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 22 novembre 2017

Bonjour Desnes Diev,
merci de m’avoir fait partager vos connaissances,
comprendre l’anatomie de cette zone occipitale est encore plus compliqué que je le pensais, mais vos explications sont parfaitement claires.
Merci beaucoup d’avoir pris le temps de m’expliquer tout cela, c’est passionnant !

Cordialement
Roro

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 23 novembre 2017

Bonjour Roro,

Merci pour votre commentaire. J’ai fait une figure pour éclaircir mes explications mais je ne sais pas comment la poster ici. Je vais chercher.

Vous avez raison, l’anatomie comparée c’est pas mal compliqué parce qu’il y a une très grande diversité de formes chez les vertébrés et même si on prend seulement les mammifères. Cette complexité est souvent mal appréciée par les spécialistes de l’humain (médecins, etc.).

J’ai trouvé un autre bizarrerie dans les planches de Rios Lopez de ce document :
https://sd-g1.archive-host.com/membres/up/a0d04735d36691134613d85250dada73254ea7d4/PDF_final.pdf
Au bas de la page 16, on trouve une coupe de corps de "reptilien" légendée par les #5-11. La légende 11 point le canal vertébral (aussi appelé canal rachidien ou neural). Ce canal contient la moelle épinière qui est formée de tissu nerveux, donc mou et qui peut s’abimer facilement. Pourtant, sur la figure, on distingue très nettement deux structures presque pointues au travers du canal, une à gauche et une à droite. Ces structures ont une densité qui rappelle l’os ce qui suggère que ce n’est pas du tissu nerveux. C’est donc très anormal parce que si c’est dur ça pourrait abimer la moelle. Cette anomalie ne semble pas troubler Rios Lopez puisqu’il ne remarque rien, ce qui est franchement étonnant parce que la flèche #7 pointe la base de la structure de gauche. Quoi qu’il en soi, il n’offre aucune tentative d’explication.

On voit la même coupe à la page 14 mais sans légende ni couleur. La comparaison entre les deux pages montre que Rios Lopez enjolive à la p.16 : il n’y a aucun indice visuel qui permet de distinguer la vertèbre en blanc ou la peau en jaune comme il le fait. Peut-être se base-t-il sur du matériel de meilleure qualité mais, alors, pourquoi ne le montre-t-il pas ?

Desnes Diev

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 23 novembre 2017

J’ai fait une figure pour éclaircir mes explications mais je ne sais pas comment la poster ici

En bas de chaque fenêtre de composition d’un message il y a une case "ajouter un document", vous pouvez mettre des images, des pdf, des docs...

Au bas de la page 16, on trouve une coupe de corps de "reptilien" légendée par les #5-11. La légende 11 point le canal vertébral (aussi appelé canal rachidien ou neural). Ce canal contient la moelle épinière qui est formée de tissu nerveux, donc mou et qui peut s’abimer facilement. Pourtant, sur la figure, on distingue très nettement deux structures presque pointues au travers du canal, une à gauche et une à droite. Ces structures ont une densité qui rappelle l’os ce qui suggère que ce n’est pas du tissu nerveux. C’est donc très anormal parce que si c’est dur ça pourrait abimer la moelle. Cette anomalie ne semble pas troubler Rios Lopez puisqu’il ne remarque rien, ce qui est franchement étonnant parce que la flèche #7 pointe la base de la structure de gauche. Quoi qu’il en soi, il n’offre aucune tentative d’explication.

On dirait presque les extrémités des côtes qui sont insérées dans le canal neural, non ? :D

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 23 novembre 2017

Bonjour Irna,

J’ai essayé d’ajouter l’image mais seul le titre du document apparaissait, et non l’image. Je n’ai donc pas envoyé le message.

"On dirait presque les extrémités des côtes qui sont insérées dans le canal neural, non ? :D"

Avec une modification mineure - "on dirait presque les extrémités de côtes ou autres os fins insérés dans le canal neural" -, je trouve que c’est une hypothèse très plausible ;-)

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 23 novembre 2017

J’ai essayé d’ajouter l’image mais seul le titre du document apparaissait, et non l’image. Je n’ai donc pas envoyé le message.

Si, normalement, en envoyant le message le document apparaîtra comme fichier joint au message.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 24 novembre 2017

Bonjour, à vous :)
merci pour le document Desnes Diev, je l’ai récupéré.

"J’ai trouvé un autre bizarrerie dans les planches de Rios Lopez de ce document :
https://sd-g1.archive-host.com/membres/up/a0d04735d36691134613d85250dada73254ea7d4/PDF_final.pdf
Au bas de la page 16, on trouve une coupe de corps de "reptilien" légendée par les #5-11. La légende 11 point le canal vertébral (aussi appelé canal rachidien ou neural). Ce canal contient la moelle épinière qui est formée de tissu nerveux, donc mou et qui peut s’abimer facilement. Pourtant, sur la figure, on distingue très nettement deux structures presque pointues au travers du canal, une à gauche et une à droite. Ces structures ont une densité qui rappelle l’os ce qui suggère que ce n’est pas du tissu nerveux. C’est donc très anormal parce que si c’est dur ça pourrait abimer la moelle. Cette anomalie ne semble pas troubler Rios Lopez puisqu’il ne remarque rien, ce qui est franchement étonnant parce que la flèche #7 pointe la base de la structure de gauche. Quoi qu’il en soi, il n’offre aucune tentative d’explication. Desnes Diev "

"On dirait presque les extrémités des côtes qui sont insérées dans le canal neural, non ? :D irna"

Bien vu,
effectivement cela à l’air de correspondre tout à fait à l’insertion des cotes dans la colonne vertébrale !

cordielement
Roro

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 24 novembre 2017

Bonjour,

Puisque Irna me dit que ça devrait fonctionner, je teste. Si la figre apparait, j’explique comment j’ai procédé et je commente.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 24 novembre 2017

Je ne vois pas le fichier dans mon message précédent. Soit le système bloque l’affichage, soit je m’y prends mal. Pourtant, lors de la prévisualisation, je lis au bas du message "Document : titre.jpg".

Pour des conseils sur la procédure : il s’agit d’un fichier jpeg qui pèse un peu moins de 195Kb.

J’essaie toujours avec une autre figure.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 24 novembre 2017

Bizarre que ça ne fonctionne pas ! Pouvez-vous m’envoyer le ficher par mail, que j’essaie de voir ce qui coince ?

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 25 novembre 2017

Essai d’envoi de votre image

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 25 novembre 2017

Peut-être une question de taille ? L’image originale ne passait pas, elle passe en réduisant ses dimensions...
Deuxième image :

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 25 novembre 2017

Merci Irna,

Quelques explications sur la manière dont j’ai procédé :
- pour la première image, j’ai mis les 3 figures à une taille comparable. Toutes les formes et astérisques ont été dessinés sur le schéma du milieu. J’ai copié-collé l’ensemble, en respectant la position respective de chaque élément, sur les deux autres figures. Sur le schéma du chat, j’ai placé l’ensemble de manière à ce que la pointe de la forme magenta (rose foncé) entoure approximativement le présphénoïde ; sur la photo de droite, j’ai placé les ovales cyans (bleu clair) le plus près possible des régions hachurées en gris par Rios Lopez.
- sur la seconde figure, les traits rouges ont été dessinés sur la radio du "reptilien" et les traits verts sur la photo du crâne de chat. Ces derniers correspondent très grossièrement à la position du cervelet (à gauche) et des bulbes olfactifs (à droite). Le cercle rouge indique la position de l’oreille interne.

Il me semble que, dans l’ensemble ça se passe de commentaires puisque les similitudes sont claires. Par exemple, la position de la "sutura transversal" soulignée en rouge sur la photo est très proche de la suture entre basisphénoïde et basioccipital sur le schéma du chat. La forme générale et la position du basisphénoïde sont reconnaissables sur le schéma du centre. Les ovales cyans sont très proches de la partie postérieure des parois des voies respiratoires. Les portions concaves de la forme magenta, au niveau des astérisques, correspondent pas mal aux emplacements des bulles tympaniques. Sur la seconde image, on notera la présence de la crête occipitale qui dépasse à gauche du trait rouge.

Il y a des trucs qui clochent aussi, bien sûr. Celui que je trouve la plus notable est que le palais primaire (entre les parois respiratoires*) ne devrait pas être large comme le seul présphénoïde. La mise en relief d’au moins le présphénoïde semble vraie car on le voit clairement vers la gauche du faux foramen magnum sur cette photo** : http://ekladata.com/YcPB-rjo26_FwSWh37GvSA-z9lc.jpg (il s’agit peut-être de la tête qui a été schématisée par Rios Lopez ?). Mais cela peut s’expliquer d’au moins deux façons : les faussaires l’ont fait ressortir en « travaillant » le crâne ou il s’agit d’un crâne provenant d’une espèce où cet os fait saillie naturellement.

Cela dit, il ne faut pas s’attendre à ce que tout s’ajuste parfaitement : a) il ne s’agit pas des mêmes animaux dans les différentes images (et ce n’est peut-être pas du chat dans le cas des "momies"***), b) les angles de vue diffèrent, et c) Rios Lopez n’est pas forcément très précis dans son schéma. Il reste que ce dernier dessine lui-même un élément de solution au problème de ce que sont ces têtes mais c’est comme si son envie de croire aux ET l’empêchait de le réaliser. Et ce n’est pas la seule planche sur laquelle il laisse transparaitre des évidences en faveur de faux.

En fait, l’équipe "scientifique" d’Inkari au grand complet parait aveugle à l’évidence. Pour faire cesser cette charade, il leur suffirait de dénuder une tête (celle dont le revêtement est déjà abîmé par exemple) et de photographier le crâne. Qu’ils n’invoquent pas l’excuse du respect de l’intégrité d’artefacts millénaires : ils les traitent déjà assez mal comme ça.

Mais, est-ce que les principaux impliqués vraiment envie de faire cesser cette charade ? Faire la vérité sur cette histoire ne parait pas une stratégie gagnante pour les tournées promotionnelles et les (futures) levées de fonds.

Desnes Diev

* Les voies respiratoires sont bien visibles sur la 2e image, entre les régions pointées par les #6 (palais secondaire) et #15 (palais primaire). Les #7-8 pointent différents os des parois.
** Sur cette photo, on peut aussi identifier les régions concaves correspondant aux astérisques un peu vers la droite du « foramen » ainsi que les restes des parois des voies respiratoires de chaque côté de celui-ci.
*** Il pourrait aussi s’agir de mammifères immatures, comme des chiots par exemple. Toutefois, le matériel à ma disposition ne me permet pas de proposer d’hypothèse précise à ce sujet.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 27 novembre 2017

Bonjour Desnes Diev,
merci, pour cet instruisant exposé et votre temps passé.
j’ai beaucoup apprécié !

Votre travail fera référence sur ce sujet.

Roro

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 27 novembre 2017

Merci Roro,

Quelque part, je trouve fascinante cette incroyable capacité qu’à Rios Lopez de ne pas faire attention à ce qu’il a sous les yeux. Il est capable de suggérer tacitement que des condyles occipitaux sont a) à l’extérieur du cou (parce que sur les spécimens qui en ont un, le cou a un diamètre beaucoup trop faible pour se rendre jusqu’à eux) et b) ne servent pas à ancrer le crâne sur une vertèbre spécialisée (l’atlas). (Je laisse de côté ce qu’Irna a signalé sur la présence de deux condyles chez ces prétendus "reptiles".) Ce seraient donc des "condyles" qui ne servent à rien.

J’ai trouvé cette planche : http://ekladata.com/C5Rasrx-4E5tYVKmcjDZ1tQQu4I.jpg . (tirée de cette page http://messagesdelanature.ek.la/alien-project-les-momies-du-perou-4-p1295140 ) Notez qu’il affirme dans la légende qu’il n’y a aucune ressemblance morphologique avec des vertébrés connus. C’est clairement faux puisque les formes grises (claire et foncée) sur le schéma de droite sont parfaitement compatibles avec les os ventromédians de la base d’un crâne de mammifère. Il exprime surtout sa volonté de croire et les lacunes dans ses connaissances.

En fait, même si sa remarque porte ici uniquement sur les crânes, si elle était vraie elle invaliderait son appellation de "reptiles humanoïdes". En effet, il ne peut prétendre faire de l’anatomie comparée en considérant juste sur ce qui lui convient et tout ce qui lui fait affirmer que ce sont des reptiles repose sur la comparaison morphologique avec des reptiles (ou dinosaures) connus. Pour clamer au "reptile", il met surtout l’accent sur les mains aux trois doigts. Mais même dans ce cas, il minimise ce qui n’entre pas dans sa vision des choses : le nombre d’os au niveau du poignet et l’absence de deux os dans l’avant-bras*, par exemple. Il délaisse aussi la morphologie de la ceinture pectorale qui ressemble bien plus à ce qu’on observe chez les mammifères que chez les reptiles.

D’après ce que j’ai vu, il n’accorde pas beaucoup d’attention au côté peu fonctionnel du bassin de ces "créatures". À mon avis, aucune bestiole ne pourrait marcher debout (ou même à 4 pattes) sans se déboiter constamment les jambes avec ce genre de bassin parce qu’il n’y a aucune trace d’une articulation solide avec les "fémurs". Le moindre déplacement un peu rude de la jambe détacherait celle-ci du bassin. Et par "un peu rude", j’entends une marche un peu rapide.

De manière générale, Rios Lopez prend sélectivement ce qui lui convient et ignore le reste. Ses planches donnent peut-être l’impression d’une analyse rigoureuse mais, pour qui s’y connait un peu, ce n’est qu’une apparence assez superficielle.

* Il est aussi capable de suggérer qu’un os unique à ce niveau ne se rencontre pas chez les vertébrés (ex. http://stopmensonges.com/wp-content/uploads/2017/08/20992925_858759464300361_2416585398916625112_n.jpg) alors que c’est le cas chez certains amphibiens et mammifères. Chez ces derniers, il résulte de la fusion plus ou moins complète des deux os (radius et ulna).
Dans l’optique d’un faux, il est évident qu’un avant-bras et un poignet avec un os est plus simple à réaliser qu’un avant-bras et un poignet composés de nombreux os.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 27 novembre 2017

Bonjour,

J’ajoute quelques remarques sur "Victoria" (la poupée sans tête). À la page 35 de ce document :
https://www.the-alien-project.com/wp-content/uploads/docs/AP-Album-HD.pdf
Sur la radio, les vertèbres au niveau du corps (thoracique et lombaire) montre un canal neural mais le cou est formé de simples anneaux sans canal neural évident. Le changement de morphologie des "vertèbres" semble se produire juste au-dessus du niveau de la ceinture pectorale.

Autant que je puisse en juger à partir des photos disponibles, comme celle de la p.33 (par exemple) ou celle-ci http://ekladata.com/XXRg-_MiSI_Wir3oaYPpFIzPSlY.jpg *, le cou est curieusement plein. Je n’ai pas trouvé dans les documents parus sur les sites de Alien Project de photos montrant nettement ce qui se trouve en-dessous du revêtement du cou. Cela même s’il ont fait des prélèvements comme le montre la photo à laquelle je viens de référer.

Le canal neural, chez les vertébrés terriens, résulte de la présence de la moelle épinière** qui est continue avec l’encéphale. Pour que le cerveau permette des mouvements volontaires du corps (entre autres), il faut que la moelle soit complète. Là, il faudrait penser que l’organe équivalent à la moelle s’interrompt au niveau cervical et qu’il n’y aurait donc pas eu de voie de communication entre le cerveau et le corps chez Victoria.

Selon les radiographies disponibles le cou de "Joséphine" pourrait éventuellement montrer un canal neural d’assez faible diamètre (ex. message de Rios Lopez sur la seconde image) mais celui "d’Albert" ne semble même pas avoir de vertèbre cervicale (ex., document .pdf p.20). La liste des anomalies chez ces "reptiliens" est longue.

* La photo provient de cette page http://messagesdelanature.ek.la/alien-project-les-momies-du-perou-3-p1285182 et on y trouve une légende assez ridicule :
"Des fibres très fines révèlent ce qui semble être les tendons et les artères"
Quelqu’un qui affirme ça sérieusement n’a jamais vu de véritables tendons et artères. Ça ressemble beaucoup plus à du tissu végétal (la seule équivalence potentielle chez les animaux serait du poil de type laineux).
Par ailleurs, je m’explique assez mal la différence de couleur dans cette partie du revêtement entre la photo plus haut (plutôt brunâtre foncé) et ce qu’on voit sur celle-ci (plutôt jaunâtre et clair) : http://ekladata.com/hopajGuiUvPSaNoBAPd05pzpElE.jpg . Le contraste avec le fond ne me semble pas une explication entièrement valide.
** Lors du développement, il y a des interactions chimiques entre tissus nerveux (et conjonctif) et osseux qui font en sorte que le canal neural reste assez large pour accommoder la croissance en diamètre de la moelle. S’il n’y avait pas de moelle chez les "reptiliens", il faudrait expliquer la présence d’un canal neural très similaire à celui des tétrapodes aux niveaux thoraciques et lombaires.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 28 novembre 2017

Bonjour,
Wow superbe analyse Desnes Diev !
rien ne vous échappe, je suis convaincu maintenant que ces êtres sont fabriqués,
reste toujours à savoir quand et pourquoi ...
J’attendais avec fébrilité la conférence de Thierry Jamin le 7 décembre, malheureusement elle est reportée à février 2018, on devra encore patienter jusque là pour avoir les analyses ADN complètes.
En attendant je vous félicite, et vous remercie encore pour vos lumières...
dont j’avais et avions tant besoin

Roro

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 28 novembre 2017

Merci encore Roro. J’en profite aussi car ce n’est pas tous les jours que ces connaissances académiques spécialisées peuvent servir dans un contexte plus large.

Au cas où vous voudriez creuser le sujet de l’anatomie comparée, je vous propose un excellent livre de vulgarisation scientifique qui explique le corps humain dans une perspective évolutive : "Au commencement était le poisson" de Neil Shubin (http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1188). (Je l’ai lu en version originale ("Your inner fish") et ne peux me prononcer sur la qualité de la traduction.)

Elle sera webdiffusée la conférence de Thierry Jamin ?

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Roro - le 29 novembre 2017

Bonjour, Desnes Diev
Merci pour l’info "Au commencement était le poisson“

Si la conférence sera webdiffusée ? je ne sais pas je vais régulièrement sur le site :
https://fr-fr.facebook.com/AlienProjectPeru/

Je n’ai pas personnellement trouvé la video de T.Jamin expliquant c’est énième décalage de date ..
Mais sur le site en question une personne le signale.

Voilà peut-être a bientôt Desnes Diev
et merci encore

Roro

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 29 novembre 2017

Thierry Jamin a effectivement diffusé une vidéo sur le Viméo de Prodiris (la boîte d’Alain Bonnet) annonçant aux ululeurs que la conférence du 7 décembre était repoussée à l’année prochaine, peut-être début février. Il y annonçait également que les résultats des analyses commandées à Porto Rico, pourtant terminées et payées, ne leur étaient pas parvenus "à cause de l’ouragan Irna - pardon, Irma" :)

Par contre cette vidéo a par la suite été supprimée, j’ignore pour quelle raison.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 29 novembre 2017

Bonjour,

Une autre anomalie vraiment curieuse, sur "Josefina". J’ai fait une figure pour la montrer et j’espère qu’elle va passer. Les (2) planches utilisées pour la réaliser sont de José Rios Lopez et proviennent de la page des "Émanants" (http://messagesdelanature.ek.la/alien-project-les-momies-du-perou-3-p1285182).

Ce que la figure montre en haut, c’est une photo du torse de Josefina ou se trouve un "implant". Juste en dessous il y a deux tomographies (deux niveaux de l’implant), sur lesquelles ont distingue l’implant (en rouge) devant une vertèbre elle-même plus ventrale que l’omoplate. (Cette dernière a l’air unique ce qui en soit est bizarre mais ça peut être artefactuel.) Les os ronds de part et d’autre sont les "humérus". Les vertèbres montrent une région plus dense, large et arrondie du côté de l’omoplate, que j’ai pointée avec une flèche magenta. Cette région ressemble fortement à un centre de vertèbre. Cela voudrait dire que le centre de la vertèbre est dirigé vers le dos ce qui est contraire à ce qu’on observe chez les animaux terriens.

C’est d’autant plus bizarre que Josefina montre aussi des vertèbres dont le centre est dirigé vers le ventre. Par exemple, celui pointé par une flèche magenta sur la figure du bas. On sait que c’est Josefina parce que c’est le "reptilien" qui a des "œufs" ("3-Huevos"). Ces derniers sont bien évidemment du côté du ventre. Le centre de l’autre vertèbre sur cette planche est désigné par "8-Cuerpo vertebral" ; je pense qu’il s’agit aussi de Josefina.

Le même spécimen aurait donc des vertèbres inversées les unes par rapport aux autres. Je ne vois pas beaucoup d’explications pour une telle anomalie :
- Soit les "ET" ont vraiment des vertèbres inversées. Il faudrait donc expliquer la présence du canal neural (qui ne se suivrait pas entre certaines vertèbres puisqu’il serait soit ventral soit dorsal).
- Soit Rios Lopez se base sur des images de très mauvaise qualité pour ses dessins (ou dessine mal). Mais, dans ce cas, y a-t-il des images de bonne qualité qui permettraient de vérifier ?
- Soit les images représentent la réalité et c’est un autre indice en faveur d’un d’un montage à partir de vertèbres placées un peu n’importe comment* par des personnes qui ne s’y connaissent pas vraiment en anatomie.

Dans tous les cas, le fait que Rios Lopez ne remarque même pas une anomalie aussi criante laisse à se demander s’il s’y connait vraiment bien en anatomie. Pas juste lui, en fait, puisqu’il n’est pas le seul scientifique revendiqué qui aurait analysé (attentivement, n’en doutons pas) les tomographies et radios de Josefina sans rien déceler.

Cela pose une autre question : qu’en est-il des autres "reptiliens" comme Alberto, Victoria et les triplets de la dernière heure ("Riri, Fifi, Loulou") ?

* Mon hypothèse privilégiée, spéculative mais basée sur la morphologie générale de la vertèbre, est qu’il s’agit d’une vertèbre caudale de chat ou autre petit carnivore.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 29 novembre 2017

Encore un clou dans le cercueil de l’Alien Project ! On en est à combien ? :)

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 29 novembre 2017

Bonjour Irna,

Le cercueil est lourdement cloué mais j’ajoute un peu au lest ;-)

Vers 3m10s cette vidéo : https://vimeo.com/244690665?ref=fb-share&1 , ils prétendent que les reptiliens n’ont pas de tibia et pas de péroné (fibula). Ce n’est pas une erreur d’inattention parce qu’ils répètent ça en trois langues. Cela voudrait dire qu’il n’y a pas d’os dans l’avant-jambe, entre le fémur et les os du pied. Un peu après, ils montrent que Victoria a un os dans l’avant-jambe... je me demande lequel puisqu’il viennent de dire qu’il y en a aucun.

Vers 6m35s, on voit une radio horizontale du crâne d’Alberto. Les similitudes avec un crâne de carnivore sont évidentes : base du crâne de forme triangulaire s’amincissant vers la droite (vers l’avant du vrai crâne), avec le (faux) "foramen magnum" au niveau du basisphénoïde ; on distingue même les contours des bulles tympaniques qui ont probablement été brisées. Je ne sais pas qui est le présentateur (Zalce Benitez ?) mais, pour ne pas remarquer le problème sur une image aussi large, il faut qu’il ne soit pas bien compétent sur le sujet en plus d’être aveuglé par son envie de croire aux ET.

Vers 7m52s, il y a un panoramique sur une radio de Josefina avec une bonne résolution : les vertèbres à partir de celle qui est juste au-dessus de la "clavicule" jusqu’à celle au bas de l’implant, inclusivement, pourraient être inversées (arrêt de la vidéo vers 7m54s) mais ce n’est pas clair à 100%. La présence d’une sorte de cavité au centre de la première pourrait signaler un bris de l’arc neural ; quoi qu’il en soit, elle ne semble pas avoir de centre et ne montre pas de correspondance avec les centres (?) qui sont au-dessus.

J’arrête là même s’il y aurait encore beaucoup à dire.

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 29 novembre 2017

ils prétendent que les reptiliens n’ont pas de tibia et pas de péroné (fibula)

Ils disent la même chose pour le bras : pas de radius ni de cubitus. A leur décharge, je suppose qu’ils devaient vouloir dire "pas le tibia et le péroné habituels, mais un os unique", et idem pour l’avant bras. Et sinon, pourquoi appeler ces "êtres" des reptiliens, alors que les reptiles ont bien radius et cubitus, et tibia et péroné ?

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 29 novembre 2017

[Irna :] "Et sinon, pourquoi appeler ces "êtres" des reptiliens"

J’imagine que le terme plaisait parce que les "caractéristiques reptiliennes" se réduisent à la présence des "oeufs" (qui ne sont pas une caractéristique unique aux reptiles).

Le terme a de toute façon la même valeur taxonomique ou biologique que : "poupée réalisée à partir d’os hétéroclites".

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Desnes Diev - le 1er décembre 2017

Bonjour,

Pour ajouter un complément d’information : ce qui me semble le moins plaider en faveur du terme "reptile" est que ces têtes ne montrent aucune fenêtre (ou fosse) temporale (f.t. ; voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Fosse_temporale ). L’immense majorité des reptiles connus (dinosaures et oiseaux compris) sont ce qu’on appelle des diapsides, c’est à dire qu’ils possèdent deux fenêtres temporales*. Ces fenêtres sont bordées par des barres osseuses, il y en a trois mais je n’en mentionne que deux : la barre temporale (b.t.) supérieure - qui borde ventralement la f.t. supérieure, donc la sépare de la f.t. inférieure - et la b.t. inférieure - qui borde ventralement la f.t. inférieure, donc "ferme" le crâne latéralement et/ou ventralement.

Dans les espèces actuelles, seules les crocodiliens et une sorte de lézard néo-zélandais (tuatara ou sphénodon) sont des diapsides non modifiés. Les lézards, les serpents et les oiseaux ont perdu une ou les deux b.t. Les tortues sont maintenant considérées comme des diapsides dont les fenêtres se sont refermées secondairement.

Par comparaison, les mammifères sont des synapsides : ils ne possèdent qu’une f.t. (l’inférieure) et la b.t. inférieure est modifiée et prend le nom d’arc zygomatique.

Que Rios Lopez parle de reptile en ignorant la question des fenêtres temporales est un autre indice de son vouloir-croire qui n’est pas, ou mal, compensé par de la compétence en anatomie.

Autre bizarrerie : où sont les yeux sur les petits crânes ? Les différentes radios et tomographies que j’ai vues ne montrent pas d’orbite (et encore moins de reste d’œil**). Pour me faire une idée d’où pourraient être les yeux, je suis parti d’une illustration de Josefina par Rios Lopez (voir figure) : j’ai tracé une échelle (en vert sur la figure) pour avoir une idée, approximative, de la position de la bouche par rapport au bas et au haut des yeux. J’ai comparé avec une radiographie du côté du "visage" de la même Josefina (postée par Rios Lopez). Il faut noter tout d’abord que la tête sur la radio montre probablement un léger angle ; j’ai indiqué par deux paires de flèches jaunes des structures qui semblent décalées sur la gauche et la droite du crâne. (La paires du bas pointe ce qui ressemble à la cochlée.)

J’ai donc placé mon échelle sur la radio et pointé la bouche présomptive avec une flèche magenta et dessiné un ovale de la même couleur à l’emplacement potentiel de l’œil, en essayant de respecter le plus possible l’espace disponible. C’est évidemment approximatif, et le résultat est influencé par l’angle de la tête, mais il est assez clair qu’il n’y a pas beaucoup de place pour un globe oculaire. S’il y avait des yeux ils seraient presque plats, ce qui ne me parait pas très optimal pour voir.

Je n’ai pas trouvé dans les documents sur ces "reptiliens" de démonstration de la présence des yeux. C’est comme si les paupières sur le revêtement leur suffisaient pour conclure à la présence d’yeux. Est-ce que les membres d’Inkari s’imagineraient que, sur cette tête : http://retroplane.net/modelage/Super-Sculpey_7-pt.jpg , les yeux ont été fonctionnels juste parce qu’il y a des paupières ?

* Je précise que ces fenêtres n’exposent pas le cerveau car le crâne est bien plus que la boite crânienne qui entoure ce dernier.
** Ce qui s’accorde quand même avec le fait qu’il ne semble pas vraiment y avoir de tissus mous comme des muscles, nerfs, vaisseaux, etc. Seulement quelques cas "d’organes internes non-identifiés" (OINI).

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Abacus - le 14 mars 2018

Commentaire de Jason Colavito (14 mars 2018) à ce sujet :

« reports coming out of Russia this week that scientists in that country identified a set of three-fingered mummies from Peru as being non-human »

« Momies aliens » du Pérou : le point de vue d’une archéozoologue
Irna - le 16 mars 2018

Dans Live Science : https://www.livescience.com/62045-alien-mummies-explained.html
"These ’Alien’ Mummies Appear to Be a Mix of Looted Body Parts"

pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2006-2018 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Haut de page
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.1.25
amélioré par Pigédius
Hébergeur : HostRound LLC