logo article ou rubrique
UNE CROYANCE AVEUGLE - réponse à Patrice Pouillard
Article mis en ligne le 12 mai 2020

par Gollum Illuminati

0 commentaires

Dans un message daté du 5 mai, Patrice Pouillard tente de se faire passer pour un rebelle libéré des chaînes de la bien-pensance et des croyances dont les archéologues dogmatiques seraient, eux, prisonniers.
Dans une rhétorique de l’épouvantail qui fait sa marque de fabrique, M. Pouillard nous explique en effet que les chercheurs de vérité seraient vilipendés car ils auraient le malheur de critiquer le dogme défendu par l’archéologie officielle. Il ne faudrait surtout pas remettre en question les hypothèses érigées par la science officielle sous peine de se voir mis à la marge et pointé du doigt par un système archaïque rigide et réfractaire à toute nouvelle idée (le syndrome de Galilée n’est pas loin).
Ainsi les scientifiques ne seraient que des croyants persuadés de détenir LA vérité, et menant une croisade pour faire taire les hérétiques qui oseraient contredire la sainte parole du consensus scientifique.
Patrice Pouillard et les chercheurs de vérité, martyrs de la science officielle.
Voilà une bien jolie fable qui saura sans doute séduire son public.

C’est surtout un bon subterfuge pour éviter d’avoir à proposer de réels arguments : si le travail de Patrice Pouillard n’est pas reconnu par la communauté scientifique, ce n’est absolument pas parce que celui-ci est particulièrement médiocre et rempli d’erreurs et de mensonges (en somme, de travail il n’y en a pas) ; non, bien sûr que non, c’est parce que Patrice est une pauvre victime et que ses idées révolutionnaires dérangent. Les archéologues seraient tout simplement incapables de se remettre en question à cause de, je cite, leur « formatage des esprits, leur carriérisme, et leurs égos ».

Patrice nous donne alors en exemple le trilithon de Baalbek, nous expliquant que la science officielle dogmatique aurait décidé qu’il fallait dire amen à l’hypothèse développée par Jean-Pierre Adam (puisque c’est de cela qu’il s‘agit ici), et que toute idée contraire serait à clouer au pilori.

Et bien mon cher Patrice, je crois que tu vas être déçu ; le consensus scientifique concernant la mise en place des blocs du trilithon de Baalbek c’est que l’on ne sait pas quels moyens ont été utilisés. Si Jean-Pierre Adam a bien rédigé une hypothèse sur le sujet, il ne s’agit que d’une hypothèse parmi d’autres, et elle n’a jamais été érigée en vérité absolue comme tu essaies de le faire croire. L’idée proposée ici n’est par ailleurs pas soutenue uniquement par une animation 3D ; Jean-Pierre Adam a publié une étude qui détaille pourquoi il évoque cette possibilité et sur quels éléments concrets elle repose (son but étant d’ailleurs ici de démontrer la faisabilité avec les moyens connus de l’époque, et pas d’affirmer que cette méthode a été utilisée et pas une autre). Des calculs sont également annotés afin de conforter la démonstration. A part puérilement nous expliquer que tu trouves ridicule d’imaginer des hommes portant des jupettes déplacer des blocs de plusieurs tonnes, il aurait été bienvenu de la part d’un libre chercheur tel que toi de nous expliquer en quoi les arguments développés par Jean-Pierre Adam te semblent relever de la croyance aveugle pour reprendre le titre de ton article.

Le jour où tu te décideras à sortir de la paresse intellectuelle et où tu iras jeter un œil à ce qu’explique ici Jean-Pierre Adam, tu risques de tomber de ta chaise en apprenant que les cabestans ont en effet été utilisés par les Romains pour le transport de charges lourdes (coucou Vitruve), que leur utilisation est très documentée, et que de simples cabestans ont été à même de déplacer la pierre Tonnerre d’un poids approximatif de 1500 tonnes (on en parle dans cette vidéo, et tu as le droit de lire les sources en commentaire - enfin si tu n’as pas trop la flemme).

Pour faire bref, l’hypothèse de Jean-Pierre Adam se base sur des faits avérés et propose une idée crédible ; mais cela ne signifie en aucun cas qu’il s’agisse de LA vérité, et que tous les archéologues défendraient ce point de vue aveuglément et stupidement, et que quiconque aurait le malheur de critiquer cette proposition serait brûlé vif. Bien au contraire. Ce n’est pas faute de te le répéter pourtant, mais il serait temps que tu comprennes que la méthode scientifique c’est justement de critiquer les hypothèses. C’est la base de la base. Alors affirmer à ton public que les scientifiques refuseraient toute critique et seraient obsédés par la défense d’un dogme pré-établi, c’est juste les prendre pour des cons.

Mon cher Patrice, si tes idées ne sont pas prises au sérieux par les scientifiques, ce n’est pas parce qu’elles dérogent à la bien-pensance de vieux croulants englués dans des bibliothèques poussiéreuses, c’est tout simplement parce que tes arguments sont mauvais. C’est tout simplement parce que tu es particulièrement ignorant des sujets que tu abordes. Pas parce que tu n’as pas de diplôme ou de titre honorifique, non, on s’en fout royalement : il y a tout plein de chercheurs amateurs qui publient régulièrement des papiers très intéressants sur l’Égypte ou autre, et qui sont écoutés avec attention par la communauté scientifique ; parce que eux ils proposent quelque chose de cohérent, qui repose sur des faits.

Si tu es en effet une victime Patrice, ce n’est absolument pas de la science dogmatique, mais uniquement de ton incompétence et de ta propre flemmardise. Depuis toutes ces années que tu prétends t’intéresser à la construction des pyramides, que n’as-tu pas trouvé le temps d’ouvrir un vrai bouquin d’égyptologie au lieu de te contenter de t’empiffrer de romans de pseudo-archéologie ? (pourtant tu nous expliques avoir pris le temps de vérifier pendant des années les propos de ton ancien mentor Jacques Grimault....)

Lorsque ta référence principale sur les techniques antiques c’est Chris Dunn, un monsieur qui nous affirme que les pyramides d’Égypte étaient des centrales électriques et les obélisques des pylônes ; que l’experte que tu consultes sur Gobekli Tepe, Bleuette Diot, défend l’idée que ce site serait un laboratoire dans lequel les extra-terrestres pratiquaient des hybridations entre leur race et les humains, ainsi que toutes sortes d’animaux dans des éprouvettes en pierre ; que tu te raccroches à Quentin Leplat qui soutient l’idée d’un vaste complot pluri-millénaire pour nous cacher la pré-existence du mètre ; ou encore que tu nous sors un Mathieu Laveau qui fait de la numérologie de bas étage.
Quand tes sources de réflexion ce sont ces personnages, est-ce que tu as vraiment l’impression de faire de la recherche sérieuse Patrice ? Entre nous ?

Pour en revenir au titre de ton article, croyance aveugle (sous-entendu celle envers les archéologues), je trouve cela plutôt malvenu de la part de quelqu’un qui lui-même a choisi de croire aveuglément en la vérité absolue cachée dans la doctrine hermétique. Quelqu’un qui a décidé de croire qu’il existait une vérité cachée par un créateur, et qu’une introspection personnelle permettrait de se révéler à soi-même cette vérité.
Comme il est paradoxal de t’entendre dénoncer en permanence les croyances des religions, alors que tu es le premier à t’engouffrer dans des doctrines.
Que l’on soit bien d’accord, le problème n’est absolument pas que tu croies en tel ou tel dogme ; le problème c’est que tu fais reposer ton argumentaire sur cette croyance. Les faits n’ont que faire de tes convictions religieuses. Tes arguments hermétiques n’arriveront jamais à convaincre qui que ce soit car ils ne reposent que sur une croyance, là où la science, elle, requiert des faits.

En conclusion : non, les archéologues ne sont pas dogmatiques, et ils ne demandent à personne de les croire aveuglément uniquement sur leurs bonnes paroles. Lorsqu’ils proposent une hypothèse, ils prennent le temps de la développer, leur but étant avant tout de confronter leur idée à leurs pairs afin d’en confirmer, ou non, la plausibilité. En archéologie rien n’est figé, les idées progressent au fil des découvertes, il n’y a pas de dogme établi que l’on s’efforce de défendre contre vents et marées (contrairement à ceux qui croient à l’Hermétisme).
Alors cher Patrice, il serait vraiment, mais alors vraiment temps que tu commences à étudier le sujet avant de continuer à raconter tout et n’importe quoi.