Forum de l'article

"Quand la nature trompe les archéologues"

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
"Quand la nature trompe les archéologues"
Nedzad - le 29 septembre 2010

Bonjour Irna,

En tout cas une chose dont je peux vous féliciter, c’est votre niveau d’écriture. Il est élevé, rien à dire et sans sous-entendu, sincèrement. Il est charmant et quasi argumentatif. Malheureusement, pas suffisamment séducteur pour me convaincre, car une chose qui m’échappe c’est le fait que vous vous n’êtes jamais rendu sur le site archéologique à Visoko, comme d’ailleurs 100% d’opposants à ce projet splendide. Donc, c’est déjà un mis en doute de votre véritable volonté de éclaircir l’esprit brouillé » des pauvres Bosniques « par les inventions de Dr Osmanagich, car refuser une petite visite qui ne coûte quasi rien du tout et le signe de mauvaise foi et rien d’autre…. (sauf si pour votre Majesté, rencontrer un Monsieur comme Dr Osmanagich est une atteinte à votre égo, vu votre niveau élevé, alors là je comprends votre refus à sa rencontre)
D’ailleurs, dans une phrase de votre texte où vous dites :
 » Rien de ce que j’ai pu lire cet été n’est susceptible de me faire changer d’avis pour le moment « 
est une preuve supplémentaire de votre aveugle opposition et un manque total du fairplay et du respect. Pourquoi ? Car, si un jour il y aura eu des preuves plus tangible concernant l’hypothèse de Dr Osmanagich, à ce moment là, même un gosse d’une classe maternelle pourra dire qu’il y a quelque choses à Visoko. Ce pendant, ça ne vous donne pas raison et légitimité de cracher sans cesse sur le œuvre de Dr Osmanagich, car lui aussi, investi son temps et surtout son argent pour ce projet, et montre beaucoup de respect envers ses opposants on les invitant à un débat ouvert à l’échange d’idées et d’arguments.
Peut-être il vous aurait déjà invité depuis longue temps à vous rendre chez lui, mais on ne sait même pas quel « scientifique » derrière le surnom IRNA , se trouve. Pas besoin de garder votre anonymat car à mon avis Dr Osmanagich n’est pas un cannibale. Donc allez-y seulement à sa rencontre, il ne vous arrivera rien du tout. Promis.
Donc, malgré vos arguments minutieusement arrangés dans vos énoncés je ressens une très forte étroitesse d’esprit en vous et au même temps un respect superficiel envers des participants de l’action internationale « Fourmis », car vous comprenez tout, mais il y a toujours un MAIS. Vous essayez jouer sur les mots. J’ai dis quatre mois et il y avait un roulement de 50 personnes tous les dix jours, c’est juste, mais il y avait quand même 50 personnes du même groupe présentes sur le site de fouille pendant dix jours. Donc, malgré que vous insinuez de démontrez un respect envers ces gens, à la fin ils passent quand-même pour des abroutis de première,
Je pense ce n’est pas cool de la part d’un scientifique de se comportez ainsi. On pourrait débattre encore et encore, mais une chose est sûre. Lorsqu’on défend une hypothèse d’une telle envergure, comme celle de Dr Osmanagich, il faut du temps. Alors laissez-lui du temps avant de s’insurger.
Et encore une question pour vous très personnelle. Qu’avez vous fait, personnellement depuis 2006, au sujet de vos fouille, si vous le faites ou livre si vous l’écrivez ? Je serai ravie d’apprendre des choses au sujet de votre travail personnel. Alors n’hésitez pas à me les communiquer prochainement.
Cordialement, Nedzad

"Quand la nature trompe les archéologues"
Nedzad - le 6 octobre 2010

Bonjour Irna,

Comment allez vous ? J’attends toujours votre réponse, concernant vos fouilles si vous les fetes ou vos livres si vous les écrivez ?
Merci d’avance et à bientôt.
Cordialement, Nedzad

"Quand la nature trompe les archéologues"
Irna - le 8 octobre 2010

Bonjour Nedzad, je n’ai pu vous répondre plus tôt, ayant dû m’absenter quelques jours. Vous semblez bien désireux de connaître mon identité et mes "titres". Ma réponse tiendra en une phrase : pensez-vous que je tienne à faire connaître mon identité à quelqu’un qui, il y a encore quelques mois, me menaçait de mort ? Faut-il que je vous cite des extraits des messages que vous m’avez envoyés, que ce soit sous le nom de "nedroz", sous celui de "rambo", ou sous celui de "pharaondelabosnie" ? Vous semblez revenu à un peu plus de raison et de politesse, ce pourquoi je m’abstiendrai pour le moment de contacter l’administrateur du CHUV, même si votre avant-dernier message est parfois à la limite de l’insulte.

Pour le reste, je vous invite à essayer de parcourir mon site sans parti pris : vous y verrez que l’analyse que je fais des prétentions de M. Osmanagic est le plus souvent factuelle, et aurait pu être faite, à l’exception de la barrière de la langue, par n’importe qui disposant d’un peu de bon sens et de quelques bases solides en géologie et archéologie. Mes propres qualifications n’ont rien à y voir, puisqu’il s’agit de la valeur intrinsèque des arguments de M. Osmanagic.

Quelques remarques sur certains de vos commentaires :

- votre message du 29 septembre me semble empreint d’un anti-intellectualisme de mauvais aloi, bien digne de celui de M. Osmanagic. C’est finalement peut-être ce que je trouve le plus tragique dans cette affaire des "pyramides", tragique pour la Bosnie et son avenir. Lorsqu’un pays, plutôt que de parier sur l’intelligence et l’éducation, se met à l’unisson d’un M. Osmanagic pour traîner ses intellectuels et scientifiques plus bas que terre et bourrer le crâne des enfants de "success-stories" basées sur de la pseudo-science, cela augure mal de la suite...

- pour le fait de ne jamais m’être rendue sur place, je ne m’en cache pas. J’espère en avoir un jour l’occasion, histoire de vérifier certaines choses que la Fondation de M. Osmanagic se garde bien de montrer sur son site web. Reste que, contrairement à ce que vous dites, de nombreux "opposants" se sont rendus sur place, à commencer par les plus qualifiés, c’est-à-dire les archéologues et géologues bosniens, et à ce que je sais aucun d’entre eux n’a pu observer le moindre commencement de preuve des allégations de M. Osmanagic. Par ailleurs, croyez-vous que les archéologues et géologues passent leur temps à se déplacer partout dans le monde pour vérifier sur le terrain les fouilles et travaux de leurs collègues ? C’est tout l’intérêt d’une publication scientifique bien faite : elle doit être suffisamment précise et détaillée pour que n’importe quel collègue puisse apprécier l’intérêt et l’apport scientifique de telle ou telle trouvaille. Que M. Osmanagic se décide à publier un véritable rapport scientifique, un peu plus sérieux que les "rapports" bidons publiés jusqu’ici, et il verra affluer les scientifiques si ses preuves sont si bonnes qu’il le prétend ! Enfin, il est des cas où une photo est amplement suffisante pour juger de la fausseté de ses théories : lorsqu’il s’obstine à présenter un banc de grès comportant un réseau de fractures orthogonales comme un pavement artificiel, ou des ripple-marks évidents comme des sculptures, aucun géologue n’a besoin d’aller sur place pour s’assurer que M. Osmanagic raconte n’importe quoi !

- vous dites : "si un jour il y aura eu des preuves plus tangible concernant l’hypothèse de Dr Osmanagich"... C’est bien là le problème ! On attend toujours ces preuves tangibles...

- vous dites : "lui aussi, investi son temps et surtout son argent pour ce projet". Et ? je veux bien croire qu’il ait investi de l’argent dans ce projet (encore que la Fondation n’ait jamais publié de comptes détaillés), cela en fait-il pour autant un projet sérieux, ou un projet scientifique ? Je pourrais vous citer de nombreux exemples de gens qui ont investi énormément dans des projets absurdes...

- vous dites : "Lorsqu’on défend une hypothèse d’une telle envergure, comme celle de Dr Osmanagich, il faut du temps. Alors laissez-lui du temps avant de s’insurger". A combien estimez-vous le temps nécessaire pour commencer à fournir des résultats qui tiennent la route ? Je vous rappelle que M. Osmanagic a commencé ses premiers "travaux" fin 2005. Je connais certes quelques chantiers de fouilles qui durent 15 ou 20 ans, mais vous verriez la quantité de documentation produite dès les premières années...

Cordialement, Irna