Forum de l'article

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
fromageblanc - le 18 juin 2015

Bonjour,

je me suis inscrit pour discuter ici car je constate que le dialogue y est plus libre que sur les espaces Facebook de la communauté proche de M. Grimault.
Merci Irna pour ce travail impressionnant et cette ouverture à la discussion.

En ce qui concerne les émerveillements de M. Grimault, le plus important me semble être le fait que la coudée soit une valeur qui approxime à la fois pi/6 et phi²/5, en mètre. Cela me semble tout à fait digne d’intérêt et probablement significatif d’une science mathématique non triviale.
D’autre part, il me semble que, dans l’article, vous passez à côté du fait que le mètre n’est pas une unité de mesure arbitraire mais une fraction décimale d’une grandeur terrestre relativement simple (enfin, c’était le cas avant sa redéfinition moderne).

Qu’en pensez-vous ?

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 19 juin 2015

Bonjour,

je me suis inscrit pour discuter ici car je constate que le dialogue y est plus libre que sur les espaces Facebook de la communauté proche de M. Grimault.

Tiens donc :)

il me semble que, dans l’article, vous passez à côté du fait que le mètre n’est pas une unité de mesure arbitraire mais une fraction décimale d’une grandeur terrestre relativement simple

Ce qui est arbitraire est justement le choix de cette fraction : pourquoi le 40 millionième ? Pourquoi pas le 10 millionième ou le 100 millionième ? Cela n’aurait pas remis en cause le principe d’une base "universelle" pour la nouvelle mesure. Ce que je pense, mais je ne suis pas spécialiste de la question, c’est qu’il fallait une mesure qui soit relativement facile à convertir dans les mesures usuelles de l’époque, le mètre / 40 millionième de grand cercle représentant à peu de choses près 3 pieds de roi, et un peu moins d’une aune. Et cela permettait également de retrouver à peu de choses près la "mesure universelle" proposée plus d’un siècle plus tôt par Wilkins, liée au battement du pendule.

Quoi qu’il en soit, pas grand chose à voir avec la coudée ; avant de s’émerveiller de coïncidences avec celle-ci, il me semble qu’il faudrait d’abord prouver, et autrement qu’avec un pyramidion en morceaux, que l’invention du mètre est antérieure de plusieurs milliers d’années à la révolution française - sans compter qu’une telle hypothèse nécessite de supposer l’existence d’un vaste complot et d’une organisation archi-secrète transmettant cette connaissance à travers les millénaires avant de la laisser fuiter à la révolution - et dans quel but ?

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
fromageblanc - le 20 juin 2015

Bonjour et merci de votre réponse.

Vos arguments sur le choix du mètre de 1791 me semblent censés.

En revanche je ne suis pas d’accord sur la méthode :

Quoi qu’il en soit, pas grand chose à voir avec la coudée ; avant de s’émerveiller de coïncidences avec celle-ci, il me semble qu’il faudrait d’abord prouver, et autrement qu’avec un pyramidion en morceaux, que l’invention du mètre est antérieure de plusieurs milliers d’années à la révolution française

c’est justement la coïncidence "coudée = pi - phi² mètres" qui laisse penser que le mètre pourrait être connu en ancienne Egypte, et qui pourrait donner l’idée qu’il faut, et là je vous rejoins, en chercher d’autres traces pour étayer l’intuition. Je veux dire par là, qu’il est en fait très logique et très ordonné de commencer par s’émerveiller avant de prouver. Cela vous semblera peut-être un détail, je crois que c’est important.
Au sujet de la nécessité d’un complot et d’un archi-secret, je ne suis pas du tout d’accord, de nombreux savoirs ne se transmettent, dans de nombreuses cultures, que par oral. Que l’unité "mètre", fraction d’une grandeur terrestre, ait fait partie de telles traditions, et que des savants de 1791 en aient eu connaissance, ne me semble pas relever de l’extraordinaire.

Quant au choix du 40 millionième de périmètre terrestre (ou 10 millionième de demi-méridien) je ne sais pas. Peut-être est-ce la fraction qui se rapproche le plus de l’écartement des mains humaines (donc de ce que l’on peut travailler à échelle humaine). 2 mètres (10 millionième de méridien) serait trop, 40 cm (100 millionième de périmètre terrestre) pas assez. Simple idée, je n’en sais rien...

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
bubarnet - le 11 avril 2016

Quant au choix du 40 millionième de périmètre terrestre (ou 10 millionième de demi-méridien) je ne sais pas. Peut-être est-ce la fraction qui se rapproche le plus de l’écartement des mains humaines

Déjà, il faudrait savoir de quel "mètre" l’on parle. Ce n’est pas une valeur qui a été fixe dans le temps, bien au contraire. Entre un premier calcul déterminé d’après les oscillations d’un pendule, des erreurs de calcul, des maquillages de chiffres, et notre mètre actuel, on en a connu plus d’un ! Le mètre n’est pas une valeur absolue que nous essayons de connaître avec une précision de plus en plus accrue, mais une valeur qui correspond à une définition qui change dans le temps (demain le mètre sera peut être plus grand ou petit que celui d’aujourd’hui, même si dorénavant c’est peu probable, avec l’harmonisation des sciences dans le monde. Le dernier changement ne date que des années 80 !).

De plus, il s’agit bien d’une valeur arbitraire : lors d’une des réunions pour définir le mètre, des scientifiques se sont réunis. Chacun amenant une définition possible. Ils commencent par éliminer les plus farfelues ou complexes. Reste plusieurs choix valables. Parmi ces choix, ils en ont pris un au hasard (hasard scientifique quand même !).
Actuellement, on définit le mètre par rapport à la vitesse de la lumière, elle même définit par une distance. C’est une "équation circulaire" (désolé, je n’ai pas d’autres termes). Grosso modo :
m(ètre) = 1/c (vitesse de la lumière)
c = (unecertainequantité) m/s
Pour trouver m, il faut connaître c. Mais pour trouver c, il faut connaître m.
Pour résoudre cette équation, on est donc obligé de donner une valeur quelconque à l’un des deux paramètres (il a donc été décidé que c valait 299 792 458 m/s. Et donc 1 mètre = 1/299 792 458)

Ce n’est pas une valeur miracle, ou inscrite dans la nature comme pi. Donc à part si on voyage dans le temps, aucune civilisation n’a pu connaître le mètre, quelle que soit la définition que l’on choisisse.

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 12 avril 2016

Le mètre n’est pas une valeur absolue que nous essayons de connaître avec une précision de plus en plus accrue, mais une valeur qui correspond à une définition qui change dans le temps

Tout à fait ! On peut d’ailleurs noter que Grimault n’a jamais précisé de "quel" mètre il parlait ; et également que, comme je l’ai noté dans l’article plus haut, il a une vision quasiment essentialiste du mètre, qui préexisterait à sa "découverte" :)

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 18 avril 2016

Bonjour Irna,

Je vous suis sporadiquement depuis les découvertes des pyramides de Bosnie il y a quelques années, mais je viens seulement de m’inscrire à l’instant.
Je suis revenu faire un tour immédiatement après être tombé sur un article faisant état de découvertes de grosses sphères dans les zones des pyramides bosniennes, photos à l’appui :
https://michelduchaine.com/2016/04/09/civilisations-disparuesdecouverte-fantastique-dune-pierre-spherique-en-bosnie/

Je ne doute absolument pas que vous en ferez un article prochainement, mais, juste pour satisfaire mon impatience quant à votre explication, pourriez-vous me dire, en scoop, en 2 mots, ou 2 lignes, de quoi s’agit-il selon vous ? :-)

Je vous remercie d’avance, et ovus souhaite bonne continuation.
On se recroisera probablement dans les commentaires de votre site, étant donné que maintenant j’ai un compte ! :-)

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Abacus - le 18 avril 2016

Bonjour Objective,

Si vous recherchez le site, vous trouverez plusieurs articles sur des objets en pierre rondes en Bosnie (par exemple, ici - https://irna.fr/Mysterieuses-spheres.html ... de 2006) et ailleurs.

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 18 avril 2016

Bonjour Objective,

effectivement, comme le dit Abacus, j’ai déjà évoqué ces fameuses sphères qui n’ont rien d’une nouvelle découverte puisque Osmanagic clame depuis 2006 qu’il s’agit de "mystérieux artefacts". Il s’agit tout simplement de concrétions géantes, formées par des processus tout ce qu’il y a de naturels. Vous trouverez dans cet article Boules de pierre : en France aussi ! quelques explications sur leur formation, ici avec l’exemple de sphères semblables dans les Alpes de Haute-Provence. J’ai également réuni ici Tout ce que la nature ne peut pas faire, IV : sphères de pierre des photos provenant d’un peu partout dans le monde de telles concrétions, qui n’ont donc rien de mystérieux tout en restant un phénomène géologique fascinant !

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

Bonjour,

Je vous remercie tous les deux pour vos réponses.
J’ai parcouru les différents articles relatifs au boules...Mais j’avoue qu’ils ne satisfont pas entièrement ma raison :

a) Vous dites "Ces boules sont clairement intégrée à un banc de grès" : ça ne semble pas être le cas pour cette boule en Bosnie ?
b) vous dites "Leur composition semble très proche de celle du grès encaissant, dont elles ne diffèrent que par la couleur souvent plus soutenue et par la dureté."
Cela ne semble pas être le cas de cette boule : un article d’Euronews affirme :
" Les matériaux n’ont pas encore été analysés. Mais, les couleurs brunes et rouges laissent penser qu’elle contient une très forte quantité de fer."
Comment expliquer cette composition ?

Je vous remercie encore une fois d’avance pour vos éclairages !
Bien à vous

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

PS :

- le fer α est conducteur et ferromagnétique
- la sphéricité semble plus élevée que la moyenne ?

Je conçois que ces deux faits ne veulent rien dire à eux seuls, mais qu’il convient de les garder en tête si d’autres éléments nouveaux venaient compléter les observations ?

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

Et enfin (désolé, je ne peux pas éditer mes commentaires, et j’ai oublié de tourner 7 fois ma langue avant de parler :-s ) :

- On les voit creuser avec des pelles sur chaque photo, mais qu’est-ce qu’ils attendent pour la dégager complètement du sol ? :-D

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

J’en profite qu’il n’y ait pas encore de réponse pour poser 2 toutes dernières questions :

- Pourquoi en reparle-t-on soudainement dans la presse, alors que la découverte de cette boule date de plusieurs années ?
- Pourquoi des analyses chimiques, minéralogiques (carottes, etc) n’ont-elles toujours pas été effectuées depuis tout ce temps ? Une simple balance suffit...

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 19 avril 2016

Bonsoir Objective,

Vous dites "Ces boules sont clairement intégrée à un banc de grès" : ça ne semble pas être le cas pour cette boule en Bosnie ?

Si vous avez lu l’article sur les boules de Saint-André-de-Rosans, vous aurez pu voir qu’il arrive, avec l’érosion de la roche encaissante, qu’une boule se retrouve "déchaussée" et roule au bas de la pente vers le ravin. C’est peut-être ce qui s’est passé en Bosnie ; à ma connaissance, les boules de Zavidovici ont été pour la plupart retrouvées entassées dans le fond d’un ravin, donc pas forcément en place dans la couche qui leur a donné naissance. Pour la nouvelle boule, c’est difficile à dire sur ces quelques photos, et sans infos sur la géologie et le relief environnants ; certaines photos me donnent l’impression d’une concrétion en place, d’autres d’une concrétion érodée et enfouie plutôt sous les débris descendus par la pente. Je ne me prononcerai pas ici, pas assez d’éléments !

vous dites "Leur composition semble très proche de celle du grès encaissant, dont elles ne diffèrent que par la couleur souvent plus soutenue et par la dureté."
Cela ne semble pas être le cas de cette boule : un article d’Euronews affirme :
" Les matériaux n’ont pas encore été analysés. Mais, les couleurs brunes et rouges laissent penser qu’elle contient une très forte quantité de fer."
Comment expliquer cette composition ?

La "très forte quantité de fer" n’est qu’une affirmation non fondée d’Osmanagic ; tout ce qu’on peut dire sans les analyses c’est que la concrétion contient des oxydes de fer, ce qui n’a rien d’étonnant. Les concrétions se forment par circulation de fluides chargés en minéraux dans le sédiment, ici des ions ferreux qui précipitent en oxyde de fer rouge/brun. Sur la page où j’ai réuni des photos de concrétions du monde entier vous en verrez de nombreux exemples où apparaît cette couleur rouille.

la sphéricité semble plus élevée que la moyenne ?

Quelle moyenne ? tant que la concrétion n’est pas entièrement dégagée, il me paraît difficile de juger de sa sphéricité et de la comparer à d’autres concrétions. Et puis la sphéricité ne veut pas dire grand chose : cherchez par exemple les boules (stone sphere ou stone balls) de Champ Island sur Frantz Joseph Island, vous en verrez certaines qui sont des sphères presque parfaites, et d’autres qui sont très irrégulières ; et pourtant toutes ont bien la même origine naturelle.

On les voit creuser avec des pelles sur chaque photo, mais qu’est-ce qu’ils attendent pour la dégager complètement du sol ?

Je ne suis pas sûre qu’Osmanagic essaie de la sortir complètement ! si la partie qui est encore enterrée est trop irrégulière ça nuira à son interprétation (artefact, voire artefact extraterrestre !) ; il vaut mieux pour lui la laisser comme ça :)

Pourquoi en reparle-t-on soudainement dans la presse, alors que la découverte de cette boule date de plusieurs années ?

Je pense que cette boule-là, précisément, a été découverte récemment, ce qui expliquerait les communiqués de presse d’Osmanagic et le fait que la presse européenne s’en empare (et puis le fait qu’elle est plus grosse que la moyenne) ; par contre l’existence de telles concrétions en Bosnie est elle connue depuis longtemps, depuis même bien avant qu’Osmanagic commence à en parler (je les ai vues mentionnées dans un ouvrage sur la géologie de la Yougoslavie des années 50).

Pourquoi des analyses chimiques, minéralogiques (carottes, etc) n’ont-elles toujours pas été effectuées depuis tout ce temps ?

Elles ont été effectuées ; le géologue Paul Heinrich par exemple les mentionne ici : https://www.academia.edu/3170727/The_Giant_Concretions_of_Rock_City_Kansas (page 11). Sinon, je sais de source sûre qu’Osmanagic avait fait faire des analyses en Bosnie, mais elles ont curieusement disparu de son site : je crois qu’il s’est rendu compte qu’elles ne montraient qu’une chose : qu’il s’agissait de concrétions naturelles :D

Irna

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
0bjective - le 19 avril 2016

Bonsoir Irna,

Merci infinimenet pour votre patience et vos réponses !
J’ai enfin compris qu’il y avait cette boule découverte tout récemment, et d’autres plus anciennes, je n’avais pas ce fait en tête tout à l’heure)

Je suis, tout comme vous semble-t-il, de nature très sceptique et rationnelle :-D Alors je vais tenter d’être définitivement convaincu par ces dernières questions :
- Est-ce que les hauteurs des "pyramides bosniennes" sont composées de grès ? Duquel les boules auraient pu se déchausser ? Je n’y connais rien en géologie de la région (ni même tout court), mais pensez-vous que ces hauteurs de reliefs sont composés de grès ?
- le rapport que vous proposez étudie les concrétion au Kansas...pensez-vous qu’lles puissent être valides aussi pour cette région en Bosnie ? Les sols sont-ils de même composition ?
- N’avez-vous pas de sources concernant les analyses faites par Osmanagic dont vous parlez ?

Désolé d’être si insistant...j’espère que vous comprendrez ma rigueur !
Bien à vous, et au plaisir de vous lire :-)

"La Révélation des Pyramides" : Mètre et pyramidion
Irna - le 20 avril 2016

Bonsoir Objective,

Est-ce que les hauteurs des "pyramides bosniennes" sont composées de grès ? Duquel les boules auraient pu se déchausser ? Je n’y connais rien en géologie de la région (ni même tout court), mais pensez-vous que ces hauteurs de reliefs sont composés de grès ?

Il y a effectivement pas mal de grès sur les "pyramides", mais cela n’a aucune importance ici : aucune de ces concrétions n’a été trouvée à proximité des "pyramides", les plus proches sont à plus de 50 km et dans des terrains d’une autre période géologique !

le rapport que vous proposez étudie les concrétion au Kansas...pensez-vous qu’lles puissent être valides aussi pour cette région en Bosnie ? Les sols sont-ils de même composition ?

L’article de Paul Heinrich est effectivement consacré aux concrétions du Kansas, mais le petit paragraphe que je vous signalais page 11 est lui consacré aux sphères de Bosnie et à leur analyse ; je vous mets le paragraphe en question :
"Bosnian Cannonball Concretions : In Europe, large carbonate concretions, which are accessible to tourists, have recently been found near Zavidovi´i, Mecevici, and Ozimici, Bosnia and Herzegovina. Although initially misidentified as being manmade, ongoing studies of the Zavidovi´i stone balls and local bedrock associated with them clearly demonstrates that these stone balls are classic examples of giant cannonball concretions. Preliminary petrographic analysis indicates that these stone balls consist of a solidly carbonate-cemented graywacke, classified as a litharenite according to Folk (1968). The calcite cement consists largely of poikilotopic spar which often has replaced framework grains as found in Rock City and many other giant carbonate concretions. The bedrock, either from which the Zavidovi´i concretions came or in which they are still partially encased, consists of graywacke identical to the concretions. The local bedrock differs from the Zavidovi´i concretions in composition only in that it lacks the strongly developed carbonate cement. The area around the Zavidovi´i concretions, which Dr. Earl W. McBride, University of Texas at Austin, described in personal communications as being “world-class” examples of large cannonball concretions, would make an excellent park much like Rock City that would showcase and protect them."

Vous trouverez également ici une réflexion de Paul Heinrich sur ces concrétions bosniennes en 2006 : http://www.hallofmaat.com/read.php?1,406316,406316#msg-406316

N’avez-vous pas de sources concernant les analyses faites par Osmanagic dont vous parlez ?

J’ai une copie de ce rapport de 2008... mais il est en bosnien ! Si ça vous intéresse quand même je peux vous l’envoyer, mais je n’ai pas le temps de le traduire. Pour l’essentiel il montre que la composition chimique des sphères est la même que celle de la roche encaissante, la seule différence étant la présente de carbonate plus importante dans les concrétions, ce qui est normal étant donné qu’il s’agit de concrétions carbonatées où c’est le dépôt de carbonates qui va former le "ciment" de la concrétion.

Cordialement, Irna

pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2006-2019 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Haut de page
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.1.25
amélioré par Pigédius
Hébergeur : HostRound LLC