Forum de l'article

"La Révélation des Pyramides" : Affirmations "vaseuses"

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
"La Révélation des Pyramides" : Affirmations "vaseuses"
kuota - le 13 mai 2014

Pour ma part, je reste très sceptique sur les technique de découpe du granit avec des barres de cuivre et du sable. Cette méthode ne peut pas donner des coupe parfaites. Le sable va abraser le granit, mais encore plus le cuivre qui est moins dure que le granit. De fait, la lame de cuivre sera usé, moins épaisse, et donc la coupe perd en précision.
Or, les blocs de la chambre haute, le "coffre en granite" et de nombreuses pierres en granite présente une perfection milimétrique qu’on ne peut atteindre avec les méthodes supposé d’’abrasion.

Idem pour les trous, au delà d’une certaine profondeur, le trou change de diamètre et les frottements deviennent important rendant impossible rotation du tube. D’autre part, on trouve des trous percé dans des blocs de roche à l’horizontal (au Pérou par exemple et dans des endroit difficilement accessible).... ce qui est très différent de trou effectué à la verticale. En effet, à la verticale, on peut utiliser la gravité et un poids pour appuyer sur le foret en cuivre, mais à l’horizontale cela devient très compliqué.

Il est également important de noter que les vases les plus compliqués à produire sont ceux qu’on estime les plus anciens, remontant à presque 6000 ans.

Et enfin, en terme de taille parfaite de pierre, il existe en Inde un cave taillé dans un rocher immense, les mur y sont d’une perfection étonnante, les angles semblent parfait, et le volume de roche taillé ne serait pas possible avec les outils tester par les archéologues. (cave de Vapiyaka, faites une recherche google images) ou ici : http://www.mapability.com/travel/p2i/barabar_7.php

Si on reste ouvert ont s’aperçoit que des peuples experts dans la taille de la pierre ont existé et furent remplacé par des peuples ne maîtrisant pas cet art, OU ne disposant pas des bons outils...

L’Egypte contient elle les dernières traces de ce savoir faire étonnant et qu’on ne peut expliquer ?

"La Révélation des Pyramides" : Affirmations "vaseuses"
Irna - le 13 mai 2014

Bonjour Kuota, je ne prétends pas qu’on ait les réponses à toutes les questions, mais entre votre argument d’incrédulité et les affirmations étayées d’un scientifique comme Denys Stocks qui a passé 15 ans à expérimenter, mon choix est vite fait ! Il me semble d’ailleurs que vous surestimez grandement "l’impossibilité" de telle ou telle méthode. Par exemple pour les sarcophages de granite égyptiens, c’est justement la lente abrasion qui permet d’obtenir une surface parfaite. Pour d’autres points, comme l’évasement conique des trous dû à la rotation, ou le calcul de la perte de cuivre lors du sciage, ces points sont justement traités par Stocks.
Pour les trous effectués à l’horizontale, auriez-vous un exemple précis dont on puisse être sûr qu’il a été percé à l’horizontale, et non le bloc basculé après perçage ?
Enfin pour les grottes de Nagarjuni et de Barabar, d’une part il ne faut pas oublier qu’elles datent du IIIème siècle, ou la gamme de matériaux utilisés par l’homme était bien plus étendue qu’à l’époque de la IVème dynastie ; d’autre part parmi les grottes de Barabar il y en a une, celle de Lomas Rishi, qui n’a jamais été terminée, et où on distingue très bien les marques de ciseau sur le sol et le plafond inachevés, alors que les murs sont déjà parfaitement polis : http://3.bp.blogspot.com/-I8VWo6P1JuU/UyZnpIJCt3I/AAAAAAAADOQ/xP8Y3Sz33z4/s1600/lomas+4.JPG et http://1.bp.blogspot.com/-8U_3EdZtFNA/UyZoeui6X7I/AAAAAAAADOk/HGRjnoLBnvM/s1600/lomas+5.JPG. A ma connaissance il n’y a aucune incompatibilité entre le volume de roche taillée et les outils métalliques utilisés, et les archéologues considèrent même que les techniques utilisées pour ces grottes ont ensuite été améliorées par les artisans indiens : "No other rock-cut caves in any part of India can claim equal antiquity, and those of the succeeding centuries witness to the steady growth of technical skill and design on the part of their craftsmen. For this reason we conclude that the caves of the Bihar group represent the beginnings of the tradition of rock-cut architecture in India." ("The Archaeology of Early Historic South Asia : The Emergence of Cities and States", Allchin and Erdosy, Cambridge University Press,1995).

"La Révélation des Pyramides" : Affirmations "vaseuses"
Ningirsu - le 3 août 2014

Pour ce qui est de la "perfection" des vases Nagada/thinite alléguée par la narratrice, pour en avoir eu un petit paquet entre les mains, c’est loin d’être toujours le cas. De ceux que j’ai eu, aucun n’était parfaitement droit ou symétrique.

En ce qui concerne les matériaux, on en a en effet en diorite (ou granodiorite comme semble l’être plus celui de l’exemple -noir à grossses inclusions blanches-, l’erreur entre les deux est fréquente même dans les musées, mais je ne connais pas la dureté de la granodiorite), mais on en a surtout dans des roches beaucoup plus tendres, même si elles n’ont pas l’air tendres. Par exemple, l’oiseau en image de l’article est en brèche calcaire (un des matériaux les plus anciennement utilisés pour la production de ces vases)...

Pour ce qui est des anses des vases, elles sont en effet d’un seul tenant avec le corps du vase (et toutes ne sont pas toujours percées). Le percement lui-même des vases n’est pas toujours extrêmement bien fait. Quant on passe la main à l’intérieur de certains de ces vases, on sent bien que le percement est d’abord allé de travers, et que l’artisan s’est ratrappé ensuite. On repassera donc pour la précision du truc !

"La Révélation des Pyramides" : Affirmations "vaseuses"
Irna - le 3 août 2014

Merci Ningirsu pour ces précisions. La méthode est caractéristique de la démarche du film : on doit bien pouvoir trouver un ou deux exemples de vases taillés de façon extrêmement précise dans des pierres très dures, même s’ils ne représentent que l’exception. Mais de là on passe à 40 000 vases "à la finition parfaite" taillés dans des pierres "plus dures que l’acier"...