Forum de l'article

« La Révélation des Pyramides » : les références de Jacques Grimault - II

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
"La Révélation des pyramides" : les références de Jacques Grimault - II
jacques grimault - le 4 juin 2013

Irna, j’apprécie le caractère fouillé de vos recherches, et bien qu’une hernie - Irna - cérébrale vous fait des misères et vous fait écrire des âneries (Irna), je franchis le cap de l’inscription pour vous signaler que - tout simplement mais stupidement, et comme annoncé dans LRDP - vous achoppez sur des détails du film de Patrice Pooyard, qui n’est donc pas mon film (je vous le répète pour la énième fois), dont l’insignifiance et le vide sémantique n’entâchent absolument en rien le développement logique et l’enchaînement des faits, que vous persistez à appeler théorie alors qu’il s’agit d’une démonstration, d’une part, que vous sortez les éléments de leurs contextes d’autre part, ce qui n’est pas vraiment rigoureux, et - pour en terminer brièvement - que j’attends des critiques sur le fonds, comme demandé partout chez vos amis les Trolls, ces énergumènes sans cervelle ni vocabulaire, dénués de syntaxe et de grammaire, obsédés sexuels et du nazisme, de l’antisémitisme, et de l’homophobie, arguments habituels de ceux qui n’en ont pas, et que cela meurtris au point de s’avilir à insulter et mentir au sujet de quelqu’un qui se bornait à faire connaître ses découvertes, qui - en substance - sont : 1/ ce que révèle cette grande pyramide si on la considère comme un simple objet géométrique 2/ la découverte grâce à elle de la métrologie antique, qui coordonne trois référents mathématico-métrologiques : la coudée égyptienne, les deux constantes mathématiques Pi et Phi – le fameux Nombre d’or – et – énormité pourtant démontrée – le mètre… 3/ l’existence d’un Equateur penché à 30° par rapport à l’axe de la Terre 4/ le fait qu’un très grand nombre des plus importants sites énigmatiques de l’Histoire des hommes s’y trouve inscrit 5/ que ceux-ci sont reliés les uns aux autres par des proportions de la Terre en rapport avec le Nombre d’or 6/ que cet Equateur a pour Nord le pôle géomagnétique de la Terre, point physique non visible et seulement localisable technologiquement 7/ que ce pôle géomagnétique est en relation avec le Soleil et le cycle astronomique dit de précession des équinoxes, qui conditionne le climat terrestre 8/ que le site de Gizeh, le Sphinx – la plus grande statue du monde – et les grandes pyramides fonctionnent comme l’horloge temporelle de notre planète, et indiquent en temps sidéral le moment où nous devrons affronter de grands changements, dont les prémices sont actuellement sensibles, et de plus en plus (tremblements de terre, éruptions volcaniques, ouragans et tsunamis aussi dévastateurs qu’imprévus, etc.) 9/ que ces découvertes s’accordent avec les écrits anciens et les expliquent clairement 10/ qu’il existe des solutions à mettre en œuvre collectivement sans tarder… Et ce n’est là que le premier opus des sept prévus. Quand vous aurez démonté ces aspects, j’aurais pour vous en tant que personne honnête la considération que mérite votre travail de documentation, qui - je vous en félicite - détaille et complète le travail accompli par Patrice Pooyard pour ce merveilleux film que demeure LRDP... Etant restée vous-même correcte, vous noterez que je me suis borné, comme je l’ai toujours affirmé, à vous répondre sur le même ton et avec décence, puisque tel a été votre style, ce dont je vous sais gré.

"La Révélation des pyramides" : les références de Jacques Grimault - II
irna - le 5 juin 2013

Bonsoir M. Grimault, et bienvenue sur mon site. Je me permets cependant de préciser quelques points :

- Vous êtes ici chez moi, où personne n’a à me dire de quoi je peux parler et sur quoi je dois écrire. Je m’attaquerai peut-être un jour, si j’en ai envie, à certains des points que vous évoquez dans votre message, mais si cela doit être ce sera à mon rythme et à ma façon. Pour l’instant un seul sujet m’intéresse, celui traité dans cet article des références qui apparaissent dans le film.

- Je ne crois pas avoir utilisé d’ad hominem ni dans cet article ni dans les précédents ; aussi je vous prierai de bien vouloir vous abstenir ici de tout débordement et de toute insulte envers ceux que vous appelez "trolls". Merci de vous en tenir au sujet des articles de ce site.

- Vous dites : "vous achoppez sur des détails du film de Patrice Pooyard, qui n’est donc pas mon film (je vous le répète pour la énième fois), dont l’insignifiance et le vide sémantique n’entâchent absolument en rien le développement logique et l’enchaînement des faits". J’ose espérer que vous avez oublié de vous relire, et que ce n’est pas du film que vous déplorez "l’insignifiance et le vide sémantique" ? J’en profite pour préciser qu’à la différence de Facebook il vous est loisible ici de faire des paragraphes pour produire un texte plus lisible.

Venons-en à la question des références mentionnées dans le film. Vous répétez que ce n’est pas votre film, soit. Cela signifie-t-il que tous les ouvrages montrés dans le film ont été choisis par M. Pooyard ? Que les références faites par la narratrice, par exemple celle à Agatharchide, viennent également de lui ? Pourtant sur votre page officielle M. Pooyard est présenté comme réalisateur et vous comme auteur, que faut-il en déduire ?

En tant qu’auteur du film, j’aimerais avoir de votre part quelques précisions sur certains points soulevés plus haut : par exemple, d’où provient la page comportant la dimension de la coudée qui apparaît à la suite des pages du texte de Cole ? A quel passage d’Agatharchide la narratrice fait-elle allusion à 1h 22mn 36s ? ou à défaut, à quel auteur antique qui aurait éventuellement pu reprendre des idées d’Agatharchide ?

J’ai bien conscience qu’un film n’étant pas un travail scientifique il était difficile d’intégrer une bibliographie au générique. Mais votre livre étant prêt depuis 2005 au moins, il vous est sans doute possible, sans compromettre l’issue des procédures juridiques en cours (puisque c’est ce qui bloque, si j’ai bien compris, sa publication), de donner quelques extraits de sa bibliographie ?

Vous considérez ces points comme des détails, mais je ne vous apprendrai rien en vous disant que le diable est dans les détails...

Irna

"La Révélation des pyramides" : les références de Jacques Grimault - II
Gilles - le 13 juillet 2013

Bonjour comme d’habitude vous faites partie des gens qui ne vous attaquez pas a toutes les questions qui sont sans réponse depuis tant d’années , vous faites tout pour discrédite le travail qui a été fait sans apporter de réponse et c’est cela que le public demande , c’est pour cela que ce film connait un succè monumentale et c’est pour calmer un peu tout ça que vous diffuser un article très mauvais qui ne répond en rien aux mysteres des pyramides , eux dans le film tentent d’y répondre avec courage . Je pense savoir pour qui vous travaillez , je ne vous trouve ni honnête ni correct dans votre façon de commencer votre article , vous orientez tout de suite le public en vous attaquant à mr grimault au lieu de parler de ce qui nous interresse , LES FAITS , c’est cette façon de faire que l’on retrouve dans les médias et chez les politiques , c’est très malin mais ça ne marche presque plus , il y a tellement de mensonges dans l’égyptologie que cela vaut vraiment le coup de regarder ce film qui prend des risques et qui nous remet en question , mais vous préférez les moutons qui gobent tout ce qu’on leur raconte , je vous souhaite tous les malheur du monde , je ne respecte pas cette façon de faire , vous n’êtes pas honnête intellectuellement votre travail ne vaut rien , et pourtant on sent bien que vous y avait mis de l’acharnement et qu’il y a une grosse machine derrière tout ça , rappelez vous bien monsieur la fin du film et on verra bien si ce monsieur est si nul que ça ,on verra qui est le plus honnête de vous deux et qui avait la verite , nous rentrons dans des temps ou la verite va éclater et vous pouvez passez autant de temps que vous voulez a mentir aux gens , ils seront eux même leur propre juge , vous prenez le travail des autres et vous le critiquez , c’est tout ? C’est pas un travail respectable ça monsieur , je respecte mr grimault parce qu’il y a un travail de fond derrière , il y a une remise en question sur toute notre histoire , on en parle en famille , dans les bar , on est interresse par tous les sites qui sont dans le film et ça nous donne envié de nous interresse a toutes ces choses extraordinaires qui ont été construite , ce que vous faites , et vous le faites bien c’est vrai , j’appelle ça de la manipulation , c’est malhonnête , mais hélas si nous en sommes la aujourd’hui dans le mensonge absolu c’est parcequ’il y a beaucoup de gens comme vous qui on vendu leur âme , votre travail est minable et vous aussi, je ne vous souhaite pas une bonne journée

"La Révélation des pyramides" : les références de Jacques Grimault - II
irna - le 14 juillet 2013

Gilles : sans commentaire. Revenez quand vous aurez quelques arguments à exposer.

PS : oui, j’ai vendu mon âme au diable. Et d’ailleurs je suis grassement payée par les francs maçons, les illuminatis et la reine d’Angleterre.

"La Révélation des pyramides" : les références de Jacques Grimault - II
stéphane - le 23 juillet 2013

Bonjour irna,

Je souhaiterai vous poser une petite question d’ordre plus général, avec respect et réflexion car je ne suis pas de parti pris, juste en quête de compréhension...

Je nous revois en Octobre 1492, souvenez vous, nous étions tous deux en terrasse de "la taverne du vieux port", ce jour ou nous nous moquions des "marins crétins" qui pensaient conquérir le nouveau monde... Et ces vieux ivrognes qui titubaient en criant que la terre est ronde... que de vieux souvenirs...
Aujourd’hui encore, à nouveau réunis, nous nous moquons des "pyramidiots", l’histoire se répéte...

Non, je plaisante, je pense que vous appréciez l’humour de seconde zone (du moins je l’éspère).

Très sérieusement, je me suis intéressé depuis quelques années aux divers sites impressionnants qui jonchent le globe, beaucoup paraissent tout de même complexes à mettre en oeuvre, beaucoup de question se posent alors légitimement aux "pyramidiots" en herbe tels que moi.

Ce n’est plus un secret aujourd’hui, la Chine est le territoire ou l’on en dénombre le plus, certes, la superficie aidant celà semble pouvoir s’expliquer, ce qui s’explique beaucoup moins par contre, et c’est la ou je souhaiterai quelques bases de réflexion, c’est le "couvercle" qu’ils ont posés dessus. Sont-ils si fiers de leur culture qu’ils ne veulent mettre en commun avec quiconque une partie de leur histoire profonde ?

L’acheminement des blocs de pierre jusqu’au site de gizeh me semblait déjà un bien bel effort jusqu’au jour ou je me suis posé la même question pour Machu Picchu... Là je me suis gratté la tête encore plus fort !

Les points communs dans les traits des diverses constructions autour du monde font preuve d’une pensée commune non ? pourquoi faisaient ils tous des pyramides ?

La ou je veux en venir c’est que finalement le questionnement et la recherche des "pyramidiots" ne sont ils pas légitimes ?

Je me suis inscrit sur votre site, j’ai lu beaucoup de vos articles, parfois même devant m’y reprendre à plusieures fois pour certains, je respecte votre travail de recherche laborieux, et c’est dans ce même esprit que j’attend de vous lire en retour.

Respectueusement, Stephane.

"La Révélation des pyramides" : les références de Jacques Grimault - II
Mist - le 24 juillet 2013

Bonjour Stéphane,
Si j’étais particulièrement taquin, je me permettrais de vous faire remarquer que les civilisations qui bâtissaient des pyramides ne sont pas si nombreuses au regard du nombre de civilisations qui ont existé … on est loin d’un universalisme ou d’une pensée commune.

Quand on parle d’architecture il existe des constantes, il n’existe pas fondamentalement 36 façons d’obtenir un bâtiment stable de grande taille. La forme pyramidale est probablement un des moyens les plus simples d’y parvenir.

Le fait que les mêmes contraintes techniques puissent avoir des réponses semblables au sein de différentes civilisations est-il vraiment si difficile à croire ?

Mist

"La Révélation des pyramides" : les références de Jacques Grimault - II
irna - le 25 juillet 2013

Bonsoir Stéphane,

- "pyramidiots" : je n’utilise jamais cette expression pour désigner les gens qui se posent des questions. Le questionnement est légitime, il est même signe de bonne santé mentale :)
La "pyramidiotie" est quelque chose de différent : elle intervient par exemple lorsqu’on part d’une idée préconçue - au hasard une "révélation" à l’âge de 15 ans :) - et qu’on sélectionne les faits permettant de renforcer cette idée en écartant tous les autres ; ou bien lorsqu’on ignore volontairement les acquis de la recherche archéologique dès lors qu’ils ne vont pas dans le sens de ce qu’on affirme, qu’il s’agisse de l’âge des pyramides, d’un supposé message qu’elles contiendraient ou autre.
Donc oui, les questions sont légitimes, mais c’est la façon d’écouter les réponses qui laisse parfois à désirer chez les "pyramidiots" :)

- pour ce qui est des "pyramides" chinoises (qui sont plutôt des tumulus, tous construits en terre à de très rares exceptions près), il faut d’abord savoir que de 1949 à 1991 la loi chinoise interdisait toute fouille archéologique étrangère, et toute coopération entre archéologues chinois et étrangers ; dans la même période, politiquement plutôt agitée, l’archéologie n’a jamais été une priorité des autorités chinoises, bien au contraire à certains moments (cf la Révolution culturelle où de nombreux sites ont été détruits). Depuis 1991 les choses ont changé, et il y a maintenant une véritable renaissance de l’archéologie en Chine, ainsi que des équipes internationales qui coopèrent avec les différentes universités ou institutions chinoises. Mais les autorités restent assez frileuses en ce qui concerne les coopérations étrangères, et l’essentiel de la recherche archéologique est le fait d’équipes purement chinoises, ce qui explique peut-être qu’elle ait moins de retentissement (publications, expos...) que les recherches menées dans d’autres régions du monde. Mais de là à parler d’un "couvercle", c’est une large exagération répétée à l’envi par des gens à l’esprit plus ou moins complotiste qui veulent absolument voir un "mystère" des pyramides chinoises étouffé par les autorités. Une page qui récapitule quelques unes des principales découvertes archéologiques en Chine des deux dernières décennies : http://www1.chinaculture.org/library/library_culture_archeology.html
Par ailleurs ces mêmes autorités chinoises ont globalement fait le choix de la prudence et de la lenteur, ce qui peut être frustrant pour le public, mais qui n’est pas forcément une mauvaise chose du point de vue de la connaissance et de la préservation des sites. Plutôt que de se précipiter pour fouiller les sites pas forcément dans de bonnes conditions, et avec un vivier d’archéologues encore très insuffisant, la politique est plutôt de les conserver en l’état, de les protéger, et de remettre les fouilles à plus tard. Il y a déjà beaucoup à faire en archéologie de sauvetage du fait de l’urbanisation galopante en Chine, les sites non menacés peuvent bien attendre quelques décennies de plus. Pour rappel, une fouille archéologique est toujours destructrice, et la meilleure préservation pour un site qui n’est pas menacé est encore de le laisser enterré. Donc oui, de nombreux tumulus connus sont volontairement laissés en l’état, voire dans certains cas replantés d’arbres pour les protéger de l’érosion - ce qui ne relève pas, sauf si on veut voir du complot partout, d’une volonté de dissimulation des autorités chinoises. D’autres sont eux fouillés, en particulier celui de l’empereur Qin, dont on estime que la fouille pourrait prendre plusieurs décennies !

- Pour les "points communs dans les traits des diverses constructions autour du monde", si vous entendez par là le fait qu’on retrouve des constructions plus ou moins pyramidales dans de nombreuses civilisations anciennes, Mist vous a déjà répondu. Les tumulus et les différentes sortes de pyramides (à degré, lisses) sont, en l’absence de technologie poussée, les seules formes permettant d’atteindre des hauteurs conséquentes, il n’est donc pas particulièrement surprenant de retrouver ces formes voisines en de multiples régions et époques. Il faut une technologie beaucoup plus développée pour pouvoir atteindre des hauteurs de plusieurs dizaines de mètres sans risque d’effondrement avec d’autres formes...

- L’acheminement des blocs de pierre : sans remettre en cause le défi technique et humain que cela a représenté, il faut aussi faire attention à ne pas exagérer la difficulté liée à l’acheminement des pierres. Dans le cas de Gizeh la quasi-totalité des pierres vient des carrières locales, et il en est de même pour celles de Machu Picchu qui provenaient d’une carrière immédiatement adjacente à la ville (ne pas se fier à l’article de Wikipedia sur le sujet qui prétend que les pierres provenaient de "carrières éloignées" !). Si les techniques de taille, transport et ajustement des pierres des Incas vous intéressent, je ne peux que vous conseiller l’excellent article en anglais de Jean-Pierre Protzen, "Inca Quarrying and Stonecutting" http://www.michaelsheiser.com/PaleoBabble/Inca%20Quarrying%20and%20Stonecutting.pdf

Cordialement, Irna

"La Révélation des pyramides" : les références de Jacques Grimault - II
Unanonymous Lucem - le 25 juillet 2014

Je sais que je déterre un vieux truc, mais là, j’en suis tombé de ma chaise tellement fort que le bâtiment en a tremblé sur ses fondations, et du coup, je me sens comme obligé d’exprimer mon point de vue à propos d’un si énorme WTF.

Et en lisant quelque chose comme ça, la seule chose qui me vient immédiatement à l’esprit c’est : " Mais Jacques ! T’es sérieux là ? Franchement ? As-tu donc perdu toute forme de bon sens ?

" [...] que j’attends des critiques sur le fonds, comme demandé partout chez vos amis les Trolls, ces énergumènes sans cervelle ni vocabulaire, dénués de syntaxe et de grammaire, obsédés sexuels et du nazisme, de l’antisémitisme, et de l’homophobie, arguments habituels de ceux qui n’en ont pas, et que cela meurtris au point de s’avilir à insulter et mentir au sujet de quelqu’un qui se bornait à faire connaître ses découvertes [...] "

Non mais franchement, en voyant cela on ne peut que croire à une farce. Personne, et je dit bien PERSONNE, ne manque discernement au point de pondre un truc pareil !

Cette petite phrase mérite une explication en trois parties, et je m’adresse directement à Jacques, car je ne doutes pas que toute personne sensée n’aura pas eu besoin de mes éclaircissements pour voir ce qui cloche.

Je vais commencer par le plus gros, à savoir la partie se rapportant à " ... vos amis les Trolls, ces énergumènes sans cervelle ni vocabulaire, dénués de syntaxe et de grammaire, obsédés sexuels et du nazisme, de l’antisémitisme, et de l’homophobie, arguments habituels de ceux qui n’en ont pas ..."

Sérieusement Jacques, j’admet qu’une attaque ad hominem peut parfois toucher juste et avoir un fort impact, généralement si elle est subtile et bien placée, c’est à dire ayant l’apparence d’un argument viable et difficile à reconnaître en tant que ad hominem, ce qui est extrêmement difficile à faire, et d’autant plus rare. Mais là, vraiment... Je ne sais même pas quel mot peut être assez fort décrire une chose pareille. Quelque chose d’aussi gros, une attaque personnelle si grossière, dénuée de toute subtilité, comme un char d’assaut défonçant un mur de plâtre, dénote d’un manque certain de bon sens et vous décrédibilise complètement, même si par la suite vous disiez des choses sensées.

La plupart des gens savent, du moins j’ose l’espérer, qu’une démonstration évidente assénée avec un froid détachement aura toujours beaucoup plus d’impact qu’une injure véhémente, et que cette dernière n’a donc pas sa place dans un argumentaire construit car elle est un aveu d’échec. Lorsqu’on en vient à insulter son opposant, et à fortiori sans aucune justification, c’est qu’on ne trouve rien de plus pertinent à lui opposer, rien d’intelligent à rétorquer, rien de constructif pouvant servir à défendre sa position. Quand on s’attaque ainsi à la personne et non à ce qu’elle dit, c’est qu’on est dans l’incapacité de maintenir sa position dans l’argumentaire. Et pour ne rien gâcher, dans ce cas précis, vous réunissez en un seul petit morceau de phrase toutes les attaques les plus grossières (j’entend pas là les moins subtiles et les plus injustifiables), les plus "éliminatoires".

C’est précisément l’explication, à mon sens, du dicton populaire : "L’insulte est l’arme du faible d’esprit.".

Et chose étonnante, il y a encore d’autres choses à dire rien que sur ce petit morceau : par exemple, quand bien même les amis d’Irna seraient des trolls, cela ne la décrédibiliserait en rien, précisément parce que comme vous l’avez dit, elle fait des recherches fouillées, et reste correcte.

" Etant restée vous-même correcte, vous noterez que je me suis borné, comme je l’ai toujours affirmé, à vous répondre sur le même ton et avec décence, puisque tel a été votre style, ce dont je vous sais gré. "

Vraiment ? Vous devriez relire votre copie.

En second point : " amis les Trolls, ces énergumènes sans cervelle ni vocabulaire, dénués de syntaxe et de grammaire "

Dans tous les fils de discussion que j’ai pu lire sur le sujet, les opposants aux théories alternatives font le plus souvent beaucoup moins de fautes de grammaire, d’orthographe et de conjugaison que les tenant de ces théories, quelques-uns de ces derniers confinant presque à l’illettrisme (mais ce sont là des cas extrêmes, je le concède). Je ne vous poste pas de liens, vous avez certainement des exemples à la pelle sur tous les forum traitant du sujet.

De plus, si on cherche la définition du Troll :

Linternaute : " Personne qui poste des messages tendancieux sur les forums internet afin d’alimenter les polémiques "

Wikipédia : " En argot Internet, un troll est un internaute qui laisse des messages (par exemple sur un forum) dont le caractère est susceptible de provoquer des polémiques, ou auquel on ne veut pas répondre et qu’on tente de discréditer en le nommant ainsi. Le mot troll peut également faire référence à un débat conflictuel dans son ensemble, soulevé dans cet objectif.

L’expression peut aussi s’appliquer à une personne qui participe à une discussion ou un débat dans le but de susciter ou nourrir artificiellement une polémique, et plus généralement de perturber l’équilibre de la communauté concernée. Mais pour cet usage on utilise plus communément les termes trolleur/trolleuse. "

Dans beaucoup de fils de commentaires, j’ai vu Irna qualifiée de troll par ses opposants, sans autre forme de procès, alors que ses propos ne correspondent en rien aux descriptions d’un troll. En fait, la plupart des tenants de théories alternatives semblent avoir une définition bien différente du troll : si on pointe du doigt une incohérence, on est un troll. Si on s’intéresse à la réalité des exploits relatés, on est un troll. Si on dénonce une falsification, on est un troll ! Quand on démontre par A + B que ce qui est dit est faux, on est un troll.
En bref, quand on prouve que vous avez tord, on est un troll.

(Et je ne doute pas d’écoper moi aussi de ce qualificatif avant longtemps. Il m’irait toujours moins mal qu’à Irna).

Cela dit, Irna correspond très bien à l’une des définitions possibles du troll donnée par Wikipédia : " ou auquel on ne veut pas répondre et qu’on tente de discréditer en le nommant ainsi. " (Notez l’accentuation très discrète des mots importants).

Enfin, j’en viens au troisième point, qui me hérisse le poil : " s’avilir à insulter et mentir au sujet de quelqu’un qui se bornait à faire connaître ses découvertes "

Ceci est un procédé parfaitement abject, qui consiste à totalement inverser les rôles. Par exemple, dans ces trois articles, et notamment celui-ci, Irna s’est bornée à vérifier VOS sources, travail que vous n’avez apparemment pas fourni. J’ai parcouru son site de long en large, et lu beaucoup des fils de commentaires, notamment sur FB, et je n’y jamais vu aucune insulte de sa part, ni aucun jugement de valeur sur les personnes. On peut même lui prêter une patience et un self -contrôle exemplaire dont personnellement je serais bien incapable. A contrario, vous recourez abondamment à l’insulte et à l’attaque ad hominem (voir plus haut, ou l’un des liens du paragraphe sur les trolls), suite à la publication de ses découvertes concernant vos sources, tous documents vérifiables par tout un chacun puisqu’elle fournit les références des ouvrages et les liens nécessaires, ce qui invalide également votre accusation de mensonge, tandis que les vôtres ont été démontrés par de nombreuses personnes à travers la toile (car Irna n’est pas la seule à s’élever contre vous, loin de là), lui par exemple.

Une dernière chose encore : " j’attends des critiques sur le fonds "

Il y en a à la pelle sur la toile, des critiques dur le fond, mais vous semblez ne pas en tenir compte et les balayez systématiquement au rang de troll ou carrément de diffamations.

Au regard de tout ceci (et je n’ai traité que trois lignes de votre commentaire, un parmi beaucoup d’autre), et de toutes les autres choses que j’ai pu voir, lire et examiner sur le sujet, une interrogation demeure ancrée dans mon esprit : comment des gens peuvent-il être assez crédules pour vous prendre encore au sérieux ? Cela, je l’avoue, me dépasse.

pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2006-2019 © Le site d’Irna - Tous droits réservés
Haut de page
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.1.25
amélioré par Pigédius
Hébergeur : HostRound LLC