Forum de l'article

Où l’on découvre... deuxième partie

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
Où l’on découvre... deuxième partie
Unanonymous Lucem - le 24 juillet 2014

Pareil pour moi.

J’ai bien ri au début de l’article, j’ai été impressionné par ce travail colossal fourni pour retrouver toutes ces informations et reconstituer le puzzle.

Mais mon sourire amusé m’est très vite tombé sur les genoux.

Déjà, je trouve malhonnêtes ses offres d’emplois destinées de préférence aux chômeurs de longue date. Il cherche clairement à profiter de l’urgent besoin ressentit par les gens en situation précaire pour les attirer dans sa combine, et il ne s’agit de rien d’autre que de faire son beurre sur la misère humaine.

Et ce summum de malhonnêteté avec la canadienne, je trouve cela scandaleux ! Lorsque ses magouilles n’affectaient ses "ouailles" que dans une moindre mesure (on a rarement vu l’achat d’un livre jeter quelqu’un à la rue), cela pouvait passer pour un simple canular. Mais cette ignominie franchit, et de loin, les bornes de l’acceptable, transformant ce qui était jusque là une bonne blague en odieuse arnaque (alors jusque là, ce n’était qu’une "arnaque récréative").

Pouvez-vous imaginer les conséquences pour cette personne si elle avait effectivement déménagé pour venir en France. Déjà rien qu’un déménagement outre-atlantique coûte les yeux de la tête (ou peu s’en faut) pour quelqu’un au revenu modeste ou moyen. Il est donc probable qu’elle serait endettée. Ensuite, il y a la question du logement. Je n’ai aucune idée de la façon dont cela se passe pour un étranger venant vivre ici, mais moi, quand je postule pour louer un appartement en France, je dois présenter mes trois dernières fiches de paie. Qu’aurait-elle pu présenter elle ? Le justificatif de son précédent emplois, de l’autre côté de l’océan, qu’elle aurait nécessairement quitté ? Ou bien un document de NSI attestant qu’elle il travaillerait effectivement bientôt ? Bon, pour le logement, j’extrapole, peut-être sans fondement, et peut-être qu’il existe des procédures pour ce cas où un étranger vient s’installer en France, je laisse cela de côté.

Admettons donc l’hypothèse qu’elle aurait trouvé à se loger pour ne pas finir à la rue, nous avons donc une femme seule qui arrive dans un pays qu’elle ne connait pas, pour prendre un travail pour lequel elle a plaqué à peut près tout ce qui faisait sa vie jusque là, et donc sur lequel reposent nécessairement tous ses espoir pour l’avenir. Maintenant, essayer d’imaginez cette même personne lorsqu’on lui annonce que finalement, il n’y a pas de poste !

Et que dire de ce qui arrive ensuite ?! Effectivement, après le revirement de la "postulante" revenue à la réalité, le ton change du tout au tout. On passe de "Mon plus grand plaisir serait que tu nous y rejoignes petite soeur !!^^ " à "une interprétation simpliste de votre part". La "petite soeur" à qui vouait une certaine affection est redevenue une simple étrangère malhonnête cherchant à discréditer ce grand homme. Et quelle n’a pas été mon indignation (le mot n’est vraiment pas exagéré), à la lecture de cette conversation où l’Aventurier taxe sa victime d’ingratitude !

Ajoutons à cela la technique favorite de l’aventurier : l’inversion de responsabilité, consistant entre autre à accuser ses opposants de ses propres méfaits ("halte à votre mensonge qui consiste à votre mensonge qui consiste à détourner la vérité pour en faire une autre"). Je ne sais plus combien de fois je l’ai vu, lui et autres Osmanagic, Grimault, Pooyard etc, employer cette technique profondément malhonnête, et pourtant, je n’ai appris l’existence de ces gens que depuis peu de temps (quelques semaines à tout casser).

En conclusion, vous êtes un personnage haïssable, M. Jongbloed, et je pèse mes mots, croyez-le !

Merci pour ce travail Irna, grâce à toi nous savons maintenant que cet homme, que l’on prenait pour un petit escroc excentrique, mérite une chair au panthéon des odieux personnages.