Forum de l'article

Réponse à Jacques Grimault

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
Réponse à Jacques Grimault
Ningirsu - le 30 juillet 2015

Ah, oui, le fameux cas Hérodote. Ne vous méprenez pas, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire son Enquête, mais il faut dire ce qui est : c’est grosso -modo une compilation de ouï-dires de marchands venus boire un godet (même s’il a beaucoup voyagé, et que certains faits sont très exacts).

Cette prise au pied de la lettre d’Hérodote est symbolique de ce qui est pour moi le problème majeur dans LRDP (et d’autres études du même genre) : la non-différenciation et non-hiérarchisation des sources.
En archéologie (et pas seulement), on utilise des sources très diverses : résultats de fouilles, objets issus de fouilles mais hors contexte (par exemple, des objets dans des collections privées depuis des siècles), textes. Or ces sources n’ont pas toutes la même valeur scientifique : les sources primaires sont les plus directes puisqu’on voit directement l’objet de l’étude, tandis que les sources secondaires parlent indirectement de cet objet. Trouver un tissu dans une tombe n’est pas la même chose que trouver un fragment de poterie où la trace du tissu s’est imprimée, ou un texte qui parle de la façon de tisser. C’est une erreur que de tout mettre sur le même plan.

Mais bon, c’est un grand classique des tenants de ce genre de théories !

Réponse à Jacques Grimault
Ningirsu - le 30 juillet 2015

Petit edit : je ne dis pas que les sources secondaires sont inutiles ou gênantes, bien au contraire (parfois on n’a même que ça) ! C’est en faisant fonctionner ces différentes sources ensemble qu’on peut estimer avoir une bonne vue d’ensemble du sujet d’étude ! Il faut juste savoir où s’arrêter dans l’utilisation des sources, et à quel endroit reconnaître le doute.

Réponse à Jacques Grimault
Irna - le 31 juillet 2015

A propos d’Hérodote : http://vridar.org/2015/07/24/ancient-historians-fabricating-sources/ voir "Eyewitness to two monuments of a Pharaoh in Asia Minor"

Il faudrait pouvoir trouver le livre cité en biblio : Fehling, D. (1989), Herodotus and His ‘Sources’, Francis Cairns, Leeds

Réponse à Jacques Grimault
Nali - le 31 juillet 2015

Merci pour le lien Irna !
Voila au moins un point sans aucune ambigüité.
A partir du moment ou un auteur est pris en flagrant délit de "baratinage" (je reste poli) sur un point, il est difficile de ne pas douter de sa rigueur pour d’autres.