Forum de l'article

De la multiplication des momies... et des indices de fake !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
De la multiplication des momies... et des indices de fake !
Irna - le 7 mai 2017

Réponse à Anti-sceptique :

Bonsoir Anti-sceptique – joli nom, mais il n’était peut-être pas indispensable de faire coup double avec la « fosse sceptique » :D

Vous m’excuserez de ne pas reprendre en citation la totalité de votre commentaire, il est bien long et il y a quelques redondances, sans compter quelques opinions tout à fait subjectives que je ne commenterai pas ; je me limiterai à l’essentiel et à ce qui est de préférence factuel.

A la lecture de vos articles sur les momies de Nazca, je retiens une tonalité extrêmement critique et sévère, une ligne éditoriale essentiellement orientée à charge qui laisse peu de place au doute, à l’évocation de pistes alternatives alors que vous n’avez pas, entre les mains, tous les éléments de ce dossier, que certaines pièces sont tronquées, incomplètes et que des analyses majeures sont toujours en cours (ADN, carbone 14, radiographies...) ou seront lancées prochainement (les métaux des implants).

Sur les pistes alternatives, j’en évoque quelques unes à la fin de mon premier article ; par contre je réfute l’idée qu’il serait nécessaire de faire preuve d’un faux « équilibre » ou d’une fausse neutralité entre les différentes hypothèses : certaines sont plus probables que d’autres, et dans l’attente d’éléments solides il est plus logique et plus raisonnable de les privilégier. Vous aurez remarqué que, n’ayant pas, comme vous le dites « tous les éléments en main », je me garde bien pour le moment de trancher et de conclure définitivement, tout en considérant l’hypothèse du fake plus probable que les autres. Et si je n’ai pas tous les éléments en main, c’est parce que, pour le moment, on est obligés d’évaluer cette affaire à partir de ce que Thierry Jamin a communiqué... c’est-à-dire rien ! Aucune publication, aucun résultat d’analyse, aucun document de qualité évaluable par les spécialistes – je ne compte pas des photos, quelques vidéos, et quelques extraits d’interviews qui peuvent être soigneusement orientés comme des documents de qualité. Rien n’obligeait M. Jamin à communiquer sur cette affaire avant d’avoir un peu plus d’éléments (j’y reviendrai) ; s’il choisit de communiquer ainsi, en ne mettant pas à disposition d’éléments plus solides, il ne faut pas s’étonner qu’on pointe la faiblesse de ces éléments...

A force de vouloir démontrer les travers dans la carrière professionnelle de monsieur Jamin dans le long préambule que constitue le premier article de votre série, vous le crucifiez littérairement sur le Golgotha des intentions et des pratiques peu louables. Le chemin de croix frise le règlement de compte. Pourtant les objectifs de l’ Alien project sont, somme toute, modestes. Vous avez lu trop rapidement l’énoncé de votre sujet de dissertation, en conséquence, une partie notable de votre développement est... hors-sujet.
En effet, le but n’est pas de mener des fouilles archéologiques (avec ou sans excavations) mais de dévoiler l’existence d’un site apparemment insolite découvert par un pilleur de tombes.

Il semble que vous n’ayez pas compris l’intérêt de cette présentation détaillée de M. Jamin ; or elle était essentielle :
- toute l’affaire repose uniquement sur sa parole : l’existence d’un huaquero nommé Mario, d’un site dans le désert de Nazca, de la « preuve irréfutable » qu’il annonce avoir acquise ces derniers jours etc. Il est donc légitime de se pencher sur son parcours pour essayer d’évaluer sa fiabilité. Le fait par exemple qu’il n’ait jamais fait aucune publication scientifique nous indique que nous n’avons pas affaire à un scientifique et que son travail n’a jamais été évalué par les pairs ; le fait qu’il reprenne, année après année, au mot près, la même antienne sur ses « décisives campagnes » et « découvertes imminentes », nous indique un certain modus operandi, et il est légitime de se poser la question de la comparaison avec son opération actuelle ; etc.
- M. Jamin et ses partisans jouent volontiers de l’aura que procure le terme « archéologue » ; si M. Jamin lui-même est aujourd’hui plus prudent qu’il y a quelques années, il se laisse toujours présenter comme archéologue par ses fans, mais aussi par la presse ou par Jaime Maussan dans ses émissions, ce qui permet, dans l’esprit de ces gens, de renforcer sa crédibilité.
Donc le fait qu’il ne s’agisse pas ici à proprement parler de fouilles archéologiques ne rend absolument pas mon article hors sujet.

Il ne s’agit donc pas de fouilles mais d’une démarche méthodique pour tirer au clair les ficelles de cette histoire, de prime abord, hors du commun. Pour ce faire, il emploie une méthode à caractère scientifique mais pas dans le cadre d’une mission de l’état péruvien

Là vous me permettrez d’être en total désaccord avec votre position, et cela n’a rien à voir avec l’état péruvien ni avec les pauvres huaqueros obligés de piller des tombes pour nourrir leur famille : sa démarche n’est ni méthodique, ni scientifique. Une démarche scientifique et méthodique ne consiste pas à
- annoncer une découverte sur les réseaux sociaux et sites « alternatifs » (le mot est gentil, j’en ai quelques autres qui me viennent à l’esprit) spécialisés dans la diffusion de fakes et d’hypothèses pseudoscientifiques, sans avoir vérifié quoi que ce soit
- demander de l’argent pour réaliser des analyses complexes et probablement non conclusives (s’il s’agit de momies composites, il peut y avoir réutilisation de matériaux anciens, auquel cas le C14 ne pourra rien prouver ; et de matériaux humains anciens, auquel cas on peut avoir suffisamment d’ADN dégradé pour que « l’ADN inconnu » permette toutes les hypothèses y compris les plus farfelues) avant d’avoir réalisé les études basiques
- s’associer à des menteurs connus (Brien Foerster, Jaime Maussan) qui vivent depuis des années de fakes...

La démarche scientifique et méthodique aurait consisté au contraire à chercher d’abord à vérifier et éliminer toute possibilité de fake, et c’était possible par des moyens simples :
- soumettre les radios à de vrais spécialistes, en l’occurence des ostéologues et des zoologues, ayant de préférence une expérience en archéologie
- analyser au microscope et au spectromètre le maximum de matériaux composant les « momies », de façon à s’assurer qu’aucun de ces matériaux ne pouvait être synthétique
- et alors seulement, si ces premières études semblaient confirmer l’authenticité des objets, envisager une première série d’analyses plus poussées, y compris de l’ADN ; puis si les résultats de ces premières analyses donnaient des indications intéressantes, chercher une confirmation par une reproduction de ces analyses (d’ailleurs M. Jamin raconte un peu n’importe quoi depuis le début avec son histoire de protocole scientifique qui « imposerait » forcément de faire 3 analyses différentes : croit-il que sur tous les chantiers archéologiques on fait systématiquement toutes les analyses en triple ? On ne multiplie les analyses que si les résultats sont trop imprécis, ou trop inhabituels ou inattendus, comme dans le cas de la structure de la grotte de Bruniquel récemment par exemple. Ici, en imaginant qu’une datation d’un des matériaux d’une momie donne un âge très récent, ou que l’analyse révèle un ADN animal connu dans un des os, croyez-vous qu’il soit très utile de faire 3 analyses différentes ?)

Pas de collusion ou de coopération entre eux, juste des accords verbaux afin d’éviter le dispersement du matériel trouvé

M. Jamin n’a-t-il pas à de multiples reprises parlé d’acheter les objets en question au supposé huaquero ? Voire tous les objets ? A moins que je n’aie pas compris votre phrase, il me semble bien qu’on est là au-delà des simples « accords verbaux »...

Par ailleurs, il emploie régulièrement le conditionnel dans ses intervenions et entretiens filmées tout en faisant part de ses intuitions personnelles avec enthousiasme. Enthousiasme communicatif que vous décryptez comme un moyen de galvaniser et de fédérer ses troupes décérébrées et aveuglées par leurs croyances et tenues en haleine par ses prêches habiles. Il l’a pourtant dit et répété qu’il s’agit peut-être d’une supercherie ou d’une découverte archéologique extraordinaire.

Vous devriez peut-être écouter quelques unes de ses interventions les plus récentes : s’il lui est parfois arrivé effectivement de dire qu’un fake était possible (mais déjà en novembre 2016 il disait aussi « Je peux t’assurer qu’il ne s’agit pas d’une falsification » et parlait d’une histoire « 100 % vraie » - voir les captures d’écran dans mon premier article), cela fait un moment qu’il affirme avoir une certitude et détenir une « preuve absolue » qu’il ne veut pas communiquer.

Imaginez le préjudice sur sa carrière...

De quelle « carrière » parlez-vous ici ?

Dans le cadre ainsi posé, était il opportun d’aborder les revenus de l’intéressé dans votre démonstration de fraude archéologique lorsqu’il n’existe pas de conflit d’intérêt ?

Vous ne trouvez pas intéressant de savoir que M. Jamin sollicite depuis des années les donateurs et les sponsors, et que c’est apparemment cet argent qui le fait vivre, en l’absence d’une autre activité ? Je ne sais pas s’il y a conflit d’intérêt, et vous non plus, à moins que vous ne soyez plus proche de M. Jamin que vous ne le laissez entendre. Quand on demande de l’argent au public, on est tenu à une grande transparence sur l’utilisation de ces fonds. Si M. Jamin est honnête, il publiera un état de toutes les dépenses liées à cette affaire, au moins pour les ululeurs, comme, j’ose l’espérer, il a dû communiquer sur l’utilisation des fonds versés aux différentes expéditions Paititi en direction de ses sponsors et donateurs.

(suite en dessous)

De la multiplication des momies... et des indices de fake !
Irna - le 7 mai 2017

(suite)

Je ne vois rien de répréhensible non plus dans le fait de réaliser a posteriori un documentaire et un livre sur les coulisses de cette histoire rocambolesque si elle se révèle véridique ou montée de toute pièce. Vous y voyez des produits dérivés programmés pour faire du fric…

Ai-je parlé de répréhensible ? Relisez mon article : j’ai dit à propos de ce livre et de ce film que c’était « bien peu académique ». En soi, il n’y a pas de mal à vouloir se faire de l’argent avec un livre ou un film, quelle pourrait être l’autre raison de le faire ?

Par ailleurs, l’intervention anonyme d’une archéozoologue était certes une excellente idée mais pourquoi publier une interprétation des radiographies à partir de documents de mauvaise qualité ?

Au hasard, parce que M. Jamin a refusé de publier des documents de meilleure qualité ? Et parce qu’il ne semble pas avoir eu l’idée de soumettre ces radiographies à des experts, plutôt qu’à des chirurgiens qui n’ont probablement pas souvent eu l’occasion d’examiner des radios de momies, et encore moins de momies composites ?

En outre, l’anonymat de cet expert ne permet pas de vérifier ses états de service, son expérience, voire ses travaux académiques, son rang d’auteur dans ses publications...

Sur ce point, je vous renvoie à cet article, que vous ne semblez pas avoir lu, et en particulier au paragraphe intitulé « L’anonyme versus les spécialistes », où j’explique qu’un texte argumenté, même anonyme, a toujours plus de valeur que quelques vagues phrases prononcées par des non-spécialistes, même médecins, et auxquelles on ne peut accorder que la valeur de tout argument d’autorité.

Vous vous fondez sur un laps vidéo d’une poignée de minutes pour étayer vos propos alors que la version longue dure près de trois heures… En outre, un médecin et deux radiologues se sont également penchés sur la momie d’Albert dans une seconde vidéo. Le court document n’est qu’un extrait d’un plus long métrage.

Et vous, vous avez vu ces deux « longs métrages » ? si vous me dites que oui, je devrai en déduire que vous êtes Thierry Jamin ou Alain Bonnet :D

Si un jour ces longs métrages sont rendus publics, je pense que « mon intervenante » s’y penchera avec intérêt ; comme c’est une scientifique honnête, soit elle sera convaincue et reconnaîtra son erreur, soit elle sera en désaccord et elle expliquera pourquoi – ce qu’elle pourrait faire encore mieux si M. Jamin téléchargeait sur un quelconque serveur ces fameuses radios...

Ah, et une petite chose : le « médecin » de la seconde vidéo, celui qui s’exprime sur la « symétrie » des doigts, est le Dr Julio Espejo Torres ; à la différence des deux médecins qui s’expriment dans la première vidéos, qui existent et exercent réellement à Cusco, il est impossible de trouver la moindre trace d’un « Dr Julio Espejo Torres » qui serait « spécialiste des os et responsable de la Sécurité Sociale » (c’est ainsi qu’il est présenté par Alien Project). Julio Espejo Torres se présente sur sa page Facebook comme gérant d’une société de courtiers en assurances - autant pour la « Sécurité Sociale » ! Il semble également être membre du Lions Club local, mais on ne voit pas vraiment en quoi ça en ferait un « spécialiste des os »...

Monsieur Jamin a bien précisé que les informations ne seraient pas livrées à la sagacité d’autrui avant une conférence de presse annonçant les résultats des investigations alors pourquoi lui reprocher à renforts de soupçons lorsque les conditions d’accès à la totalité des pièces du dossier étaient connues dès le départ ?

Et bien, disons que ça ne me poserait pas particulièrement de problèmes si M. Jamin n’insistait pas tant sur le fait qu’il s’agirait d’un projet « scientifique ». Je vous renvoie à ce que j’ai déjà écrit plus haut, la science ne se fait pas par conférences de presse, ni par annonces fracassantes sur les réseaux sociaux et les TV ufologiques. C’est ce que fait Jaime Maussan, mais ce n’est pas de la science – et dans le cas de Maussan, ça lui a explosé à la figure dans le cas de sa « grande révélation » qui devait « changer le cours de l’histoire » de Be Witness.

Les analyses ADN ou le carbone 14 sont des opérations coûteuses mais dans un domaine ou la thématique extraterrestre fait souvent ricaner, le choix de passer à des tests plus radicaux était compréhensible en vue d’aborder une conférence de presse avec plus qu’un récit de voleur de trésors patrimoniaux pour sustenter une audience avide de preuves tangibles.

Pas d’accord, voir à nouveau ce que j’ai déjà écrit plus haut sur la démarche que Thierry Jamin aurait pu suivre. Un microscope ça se trouve partout, un spectroscope tous les services de police scientifique en ont, et des spécialistes disposés à accorder un peu de temps pour étudier des radios intéressantes de momies sud-américaines ça se trouve. Encore une fois il aurait pu mettre ses radios sur un serveur, et envoyer le lien à des dizaines de spécialistes (sans parler d’extraterrestres s’il avait peur de ne pas être pris au sérieux), il s’en serait forcément trouvé quelques uns pour lui donner une opinion. Il aurait pu aussi proposer à l’archéozoologue qui a écrit sur mon site de lui envoyer les radios, pour lui permettre de faire une vraie analyse ; au lieu de cela il a totalement ignoré son opinion... et il est aujourd’hui forcé d’admettre que au moins certaines des « momies » sont composites, après avoir soutenu longtemps contre toute évidence qu’elles étaient tout à fait authentiques...

Une analyse des objets de Paul par spectroscopie infrarouge ne sont pas recevables sous cette forme édulcorée comme preuve d’un montage global. Paul est le membre farfelu d’une secte qui s’est illustré dans des mises en scènes risibles. Nous sommes peut-être face à la réalité dont vous donnez une interprétation ou face à une tromperie d’un homme aigri, ou encore devant un faux positif où nous serions tous dupés par la base de signatures chimiques de cet appareil dont on ne connaît pas non plus l’étalonnage et l’état de bon fonctionnement. Nous savons au moins qu’un trafic de drogues illicites n’étaient pas l’objet de la fabrication de ces momies. Ouf !

Je vous renvoie à ce commentaire qui évoque cette même question. Encore une fois bien évidemment « Paul » n’est pas un personnage digne de confiance, et sa vidéo n’est pas une preuve. Thierry Jamin pourrait y répondre très facilement : pourquoi ne fait-il pas la même analyse ? Si Paul a trouvé un spectroscope, il doit bien pouvoir en trouver un aussi ! Une analyse spectroscopique, avec publication des résultats, de divers échantillons de l’intérieur et de la surface des momies, pourrait être décisive ! Je serais curieuse par exemple de connaître la composition de la substance vaguement cristalline blanche qui apparaît à l’intérieur de certaines mains...

Les attaques provenant du forum privé relatées dans « la momie nommée Irna » sont des copies d’écran d’une infime proportion des échanges. Le forum réunit une communauté hétérogène qui ne fait pas naïvement corps avec un pseudo gourou ou son principal animateur bénévole, monsieur Bonnet. Des avis divergents, des dissonances, des doutes se font aussi entendre dans cet espace qui rassemble des gens de tous les horizons et même une « taupe ». Il en résulte que votre blog se transforme peu à peu en Gala ou en Voici de l’archéologie people à l’affût de tout ce qui croustille..

Si j’avais voulu faire de la « pseudo-archéologie people », croyez bien que j’aurais de quoi :)
Je n’ai publié que ce petit échantillon, et je pense en rester là ; ce que j’ai vu des échanges du forum par les extraits que ma « taupe » (qui est semble-t-il un ululeur curieux mais doué d’un solide esprit critique) m’a envoyés ne m’a pas paru bien passionnant, pour tout dire. Mais je tenais quand même à publier ces quelques extraits, d’une part parce que l’histoire de la « momie Irna » m’a beaucoup fait rire – j’aurais adoré que le projet aille à terme – et d’autre part parce que, selon ma « taupe », ces extraits sont assez représentatifs du niveau de l’argumentation des participants qui s’expriment, avec en plus pour certains le refus même d’aller lire ce que disent les critiques, ce qui n’est jamais bon signe. Certains pourraient dire qu’on a les followers qu’on mérite :D

Il est prématuré, à mon sens, d’orienter vos articles vers la fraude archéologique contemporaine sur toute la ligne. Le vrai côtoie peut-être le faux ou la reconstitution d’époque. Entre la bonne foi des uns, la mystification, le délire et la jalousie des autres, trop de fils restent à démêler.

Mais il n’est pas prématuré de s’orienter vers l’hypothèse extraterrestre ? Deux poids deux mesures...
Pour ce qui est de la « reconstitution d’époque », j’ai évoqué à plusieurs reprises – et avant Thierry Jamin – le cas des techniques de momification curieuses des Chinchorros ; l’hypothèse n’est bien sûr pas à exclure totalement, mais elle est loin d’être la plus probable, pour diverses raisons dont celles évoquées dans l’article ci-dessus.

Je passe sur la fin de votre commentaire qui tombe dans le pathos inutile avec ces accusations de dogmatisme et de chasse aux sorcières, et vous invite à relire mes articles en essayant de mettre de côté votre subjectivité. Et je vous invite également à voir ou revoir la conclusion de la vidéo d’Hygiène Mentale sur l’affaire des « diapositives de Roswell » à partir de 24:05 : https://youtu.be/oniJv4raglM?t=1446 avec une réflexion sur « la position la plus sage » à adopter dans une affaire de ce type, tant qu’on n’a aucune preuve...

Cordialement, Irna