Forum de l'article

De la multiplication des momies... et des indices de fake !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
De la multiplication des momies... et des indices de fake !
Anti-sceptique - le 10 mai 2017

Irna,

Je suis presque flatté que vous aimiez mon pseudo et ravi de constater que vous n’êtes pas « zhermétique » à l’humour. Votre série d’articles sur les Zitis stimule mon imagination. Merci infiniment...
Par contre, je regrette que mon pathos-gène ou irrite votre rationalité mais la figure de style avait pour seul objectif de vous sensibiliser au fait que l’on peut voir le jour sous d’autres facettes divergentes (ou convergentes d’ailleurs) tout en étant un cartésien non lobotomisé qui ose se dire « ET si ? ».
Je n’ai pas ouvert de PEA en investissant quelques deniers dans l’Alien project. Mon intérêt ne se calcule pas en monnaie péruvienne mais en gros lingots de curiosité. Cette même curiosité a guidé mes pas jusqu’ici et j’ai trouvé, en lisant vos colonnes, qu’il fallait tempérer quelque peu vos propos qui amusent vos lecteurs assidus, avides pour certains de lapidation en place publique. Notez aussi que je ne porte aucun jugement de valeur sur votre « communauté » comme vous avez pu le faire à propos des Ululeurs contributeurs sans trop discriminer. A une exception notable néanmoins, à force d’être sceptique chronique, on n’oublie de laisser une petite lucarne ouverte sur d’autres choses, alors on peut rester un peu bas de plafond et ne pas voir la belle cime des arbres ou la voûte étoilée. Bien entendu, il y a de véritables fraudeurs à la glorieuse science qui en tirent un bénéfice de notoriété et/ou financier. Fort heureusement, des auteurs dont vous faites partie prennent le temps de démolir leurs édifices mystifiés et/ou falsifiés et/ou chimériques et/ou crapuleux…
Vous aimez être factuelle ? Ajoutons aussi qu’une once de bon sens permet également de considérer les faits sous un autre angle et ceci en faisant un simple quart de tour sur sa chaise !

D’abord, je comprends votre frustration de ne pas pouvoir écrire à partir d’un épais dossier de preuves. C’est un postulat que vous avez du mal à accepter et qui dépasse visiblement votre entendement mais c’est le choix initial de l’équipe projet. Là, je ne peux pas lutter contre la raideur cadavérique (Irna, la momie ?) de votre extrême rigueur...
Bien entendu, je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il manque de la donnée à ce stade des investigations si bien qu’écrire en long et en large s’avère un exercice un peu vain mais reste un entraînement pour exercer son esprit critique et faire danser ses neurones sur les bribes disponibles en occupant les dimanches de pluie. Croyez bien que les Ululeurs contributeurs dont je suis prennent aussi leur mal en patience et compte les jours sur le calendrier.

N’étant pas expert sur les chapitres concernant les explorations de monsieur Jamin qui précédent notre histoire, je ne peux formuler qu’une seule remarque : il est extrêmement compliqué de mener des expéditions dans la jungle. La jungle amazonienne n’est pas la forêt de Rambouillet. Je vous renvoie aux documentaires diffusés à l’époque sur les chaînes M6 et TF1 où l’on voit le président d’Inkari la machette à la main pour comprendre l’épreuve physique et logistique que cela représente, ce qui peut expliquer les échecs successifs visant à atteindre Paititi (ou un bel amas de rochers recouverts d’un écrin de végétation luxuriante).
Je ne suis pas en mesure de dire si monsieur Jamin peut se prévaloir d’un titre ou pas mais je pense qu’il est fondamentalement un indécrottable optimiste et cela teinte sa communication et ses prises de paroles aux « leitmotivs » qui tendent à vous agacer.

Pour autant, le huaquero, n’est pas un personnage imaginaire. Vous avez quelques vidéos de retard… Son nom a même été cité dans une des émissions de Jaime Maussan qui l’a rencontré en personne.

Quand bien même monsieur Jamin serait un amateur, on peut au moins lui concéder un réflexe de sauvegarde patrimonial et de ne pas avoir conclu d’accord avec des industriels franco-suisses plus préoccupés de récupérer des artefacts dit technologiques que de remettre des momies à l’état péruvien. En outre, il a réussi à convaincre le huaquero de ne pas éparpiller les objets dans des collections privées. Tous les objets acquis avec des fonds de tierces parties (notamment avec l’aide de chaînes de TV nord-américaines) seront remis aux autorités culturelles in fine. C’est un leitmotiv positif que vous omettez de rappeler.
Mario se livre à une occupation professionnelle illégale et il valait mieux que monsieur Jamin soit cet intermédiaire au vue de sa conscience de préservation patrimoniale. Je ne pense pas que Mario pouvait se présenter dans un des bureaux du ministère de la culture péruvien des artefacts sous les bras et le sourire aux lèvres pour s’en débarrasser en obtenant une grassouillette récompense en prime. Le lien qui unit les deux hommes est une relation de confiance basée sur la parole donnée.

Quelles alternatives s’offraient à monsieur Jamin pour communiquer au regard de ce sulfureux sujet si ce n’est les réseaux sociaux et les sites de l’écosystème alternatif en attendant les fameuses preuves ? Il a clairement fait le choix de la propagation virale pour ébruiter le sujet. Pari assurément risqué du fait des connotations de la galaxie ufologique (tout n’est pas ivraie, cependant). Il a le droit de croire dans sa ligne éditoriale mais s’il se vautre le gadin va lui coûter.

Je n’avais jamais entendu parler de Jaime Maussan auparavant. Il semble un acteur incontournable dans le milieu ufologique latino-américain. Je ne suis pas sûr que monsieur Jamin épouse toutes les thèses loufoques de monsieur Maussan. Il a surtout eu une approche pragmatique. Il bénéficie des soutiens que peuvent lui apporter le réseau du mexicain et la caisse de résonance de la chaîne Tercer Mileno pour amplifier le signal… Il a juste été tactique et opportuniste.
Maussan et Brien Foerster, des menteurs patentés ? Je ne sais pas. Je vous laisse la maternité de vos propos. Je dirais, pour ma part, que ce sont des fouineurs qui ont accès parfois à des informations brutes intéressantes mais qui en tirent des conclusions loin d’être, disons..., consensuelles.

La communication est trop précoce car elle devance les résultats selon vous ? Well, il est loin d’être le seul. On reproche souvent à la Nasa de faire trop de communication, du buzz, des effets d’annonce notamment en matière de découverte d’exoplanètes dont l’atmosphère est favorable à l‘émergence de la vie avant la confirmation. Récemment, des chercheurs ont vite émit l’hypothèse que la tombe Toutankhamon, abritait le sarcophage de la reine Néfertiti dans une chambre funéraire secrète sans savoir ce qui se trouve réellement derrière le mur. J’arrête là, je saborde les rêves de certains, et mêmes les miens.

Si si j’ai lu votre article sur l’autorité mais j’ouvre une autre porte. Mon argument parait d’abord statistique ou ressemble à une cote de tiercé (6 contre un) mais reste défavorable à votre intervenante archéozoologue (mais je peux me tromper). Il est lié au fait qu’un chirurgien péruvien doit avoir, j’espère, des bonnes notions sur la bipédie et les mouvements articulés. Cela ne les pas empêcher de concevoir les déplacements de la créature en présence de monsieur Jamin lors du tournage de la séance de quatre heures (et non pas trois, vidéo du 18/03/2017, https://youtu.be/pQoMlOqX-0M, 7ème minutes). Par ailleurs, je comprends que leur conclusion vous laisse affamée. Lorsque vous rendez visite à un médecin spécialiste, à l’issue de l’examen, celui-ci s’exprime en mots simples et compréhensibles sur le mal qui vous affecte. C’est ce qui s’est passé dans cette séquence. Monsieur Jamin qui n’est pas inscrit à l’ordre des médecins a reçu un résumé en des termes épurés. A l’inverse dans le compte rendu écrit des médecins, le plus souvent on n’y comprend pas grand-chose du fait du jargon médical. J’espère que nous aurons cette analyse ou tout au moins la totalité du métrage montrant leur réflexion au cours du long brainstorming. En outre, les médecins ont constaté que muscles, tendons et ligaments formaient des ensembles biologiques cohérents sur les artefacts auscultés.
Enfin, les radiographies des mains ont nécessité un dosage de rayons X adapté et non pas celui réservé d’ordinaire à l’être humain avec un rendu et des contrastes homogènes qui accréditent plutôt la cohérence osseuse globale. Une contre-expertise sera toutefois nécessaire.

Pour ce qui est des références sur les médecins, nous avons certes les noms des intervenants et leurs statuts professionnels mais il manque une affiliation claire… Cela viendra en son temps, je suppose. Vous pourrez ressortir l’intrus… Vous devez être redoutable au jeu des 7 erreurs !

Comprenez aussi que monsieur Jamin n’a pas fait appel aux services de votre propre intervenante archéozoologue au regard de vos textes dithyrambiques et je ne pense pas qu’il lise vos pages non plus. Désolé si cela vous attriste...

Je conçois que tripler les tests est dispendieux et mettrait à plat les budgets alloués à l’archéologie. Je partage votre avis de bonne gestionnaire. Dans le cas présent, s’il s’agit d’une créature hybride (et là, je ne parle pas d’un zorse), il me parait raisonnable de faire un triplé d’analyses dans des laboratoires réputés pour leur sérieux des lors où des avis ont été pris auprès des archéologues qui gravitent autour de l’institut Inkari et d’universitaires brésiliens sur ces étranges reliques.

Je sais que cette réponse va vous faire bondir et cogner au plafond bas mais la démarche est quand même méthodique, au sens qu’il agit avec méthode et non pas de façon désordonnée. Vos préconisations me semblent de bon conseil mais les choix sur le terrain seront explicités le moment venu.
Au fond, si la démarche n’est pas scientifique comme dans le manuel du petit archéologue, d’autres la poursuivrons dans les règles de l’art… Ce qui est important à mes yeux aujourd’hui, c’est davantage l’authenticité des artefacts, la nature et la portée inouïe du site archéologique qu’il faut considérer (s’il existe)

Les justificatifs des dépenses font partie du deal avec les Ululeurs. Je prendrai ma calculette pour les vérifier au centime près. D’autre part, les dons qui font « vivre » l’institut Inkari sont plutôt de l’ordre du micro-financement. Les sponsors ne sont pas Nike ou Coca-Cola. Une collectivité territoriale, quelques entreprises pour des dons de matériel…
Je ne connais pas l’ampleur des dons mais c’est une ONG d’aura plutôt mineure, sans les offenser. Adressez-vous au trésorier pour lever vos éventuels soupçons…
Pour ce qui est du livre et du documentaire maison, ils feront certes de l’argent mais je ne prédis pas un best-seller ou une sortie internationale sur tous les écrans de cinéma et en salles IMAX, d’autres documentaristes s’en chargeront. Les peluches de momies hybrides en produits dérivés ne sont pas promises à un bel avenir auprès des enfants, hélas...

Je ne doute pas que la petite taupe ait le « niveau » à défaut de respecter un engagement de discrétion implicite. Mais à quoi bon se moquer des contributeurs aficionados et par extension touchés les autres (sceptiques y compris) lorsque cela ne donne aucun crédit supplémentaire à ce que vous écrivez de manière étayée. Utiliser en argumentaire des captures d’écran de personnes dont vous ne connaissiez rien du background et qui sont, sans doute, moins instruites que vous l’êtes n’était pas utile. Cela ne fait qu’exacerber les passions entre deux paroisses qu’on ne peut pas réconcilier. La taupe ferait mieux de s’exprimer sur le forum plutôt que glousser de sa suffisante rationalité.

La rationalité dogmatique n’empêche pas le respect des croyances et la présomption d’honnêteté.

Ni blanc ni noir, l’Alien project est gris

Un Ululeur contributeur

De la multiplication des momies... et des indices de fake !
Fabsab - le 10 mai 2017

Si j’ai bien compris la chouette hulotte et le contributeur ulule ... Bien étrange que l’on ne puisse faire part de ses opinions sans qu’une sorte de milice privée, à l’affût de toutes critiques qui ne vont pas dans le sens (giratoire) de "l’extraordinaire découverte", intervienne systématiquement et aussi rapidement dans les débats ... Il est même fort comique de constater que vous avez le même comportement que les légendaires Men In Black (que vous aurez sous peu sur le dos ?) !!! Aussi libre à vous de défendre votre gourou mais personnellement rien ni personne ne m’empêchera d’émettre mon opinion négative quant à l’issue extraterrestre de votre histoire, laquelle, par ailleurs, commence à me faire dormir debout ... La prochaine fois demandez à vos huaqueros qu’ils fassent fabriquer des artefacts en pierre un peu plus crédibles car ceux-ci n’ont vraiment rien de précolombien ou d’archéologique ... Ah oui ils ont été fabriqués par une grande main malhabile à 3 doigts par un EBE qui n’avait pas fait l’école des beaux-arts de Sirius B, mais ... c’est bien sûr !

De la multiplication des momies... et des indices de fake !
Irna - le 10 mai 2017

Bonsoir Anti-sceptique,

à force d’être sceptique chronique, on n’oublie de laisser une petite lucarne ouverte sur d’autres choses, alors on peut rester un peu bas de plafond et ne pas voir la belle cime des arbres ou la voûte étoilée

Vous tombez dans la pensée toute faite qui veut que les sceptiques ne le soient que par manque de curiosité ou fermeture d’esprit... Etre sceptique n’empêche ni de rêver, ni de laisser libre cours à son imagination, ni d’espérer et souhaiter quelque grande découverte. Tous les sceptiques que je connais seraient absolument ravis d’être, pour une fois, convaincus par quelque chose d’extraordinaire - aliens, civilisation atlante ou autre. Mais cela n’impose pas de devoir abaisser les exigences en matière de preuve.

D’abord, je comprends votre frustration de ne pas pouvoir écrire à partir d’un épais dossier de preuves. C’est un postulat que vous avez du mal à accepter et qui dépasse visiblement votre entendement mais c’est le choix initial de l’équipe projet. Là, je ne peux pas lutter contre la raideur cadavérique (Irna, la momie ?) de votre extrême rigueur...

Ce que vous ne semblez pas comprendre, de votre côté, c’est que cette rigueur est tout simplement celle attendue d’une démarche scientifique... or c’est bien M. Jamin qui depuis le début de cette affaire clame à qui veut l’entendre qu’il mène une telle démarche, non ? Vous aurez peut-être remarqué que c’est un peu le leitmotiv de ce blog : les gens et les projets que je critique sont ceux qui prétendent à faire oeuvre scientifique, sans vouloir s’imposer de respecter la rigueur de la démarche scientifique !

Je ne suis pas en mesure de dire si monsieur Jamin peut se prévaloir d’un titre ou pas mais je pense qu’il est fondamentalement un indécrottable optimiste et cela teinte sa communication et ses prises de paroles aux « leitmotivs » qui tendent à vous agacer.

On ne peut nier qu’il a une certaine tendance à vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué :D
Raison de plus d’être très très prudent avec ses affirmations actuelles, non ?

Pour autant, le huaquero, n’est pas un personnage imaginaire. Vous avez quelques vidéos de retard… Son nom a même été cité dans une des émissions de Jaime Maussan qui l’a rencontré en personne.

Il est possible que j’ai raté quelque chose, Maussan parle beaucoup et souvent pour dire pas grand chose. Je ne l’ai entendu citer que le nom "Mario", s’il a donné un autre nom vous serez gentil de bien vouloir m’indiquer dans quelle vidéo parmi les nombreuses et longues disponibles actuellement. Non que la parole de Maussan ait la moindre valeur : vous dites que vous ne le connaissiez pas avant, je vous invite à vous renseigner un peu plus sur lui. Il n’est pas un seul hoax ufologique, depuis 20 ans, qu’il n’ait promu et diffusé sur sa chaîne, et sa réputation est absolument exécrable chez les ufologues sérieux - il y en a !
Ceci dit, je pense qu’il existe effectivement sans doute un personnage réel au pseudo de Mario, mais je n’ai absolument aucune raison de croire à son histoire, d’autant plus que celle-ci ne nous est connue que de seconde main...

Quand bien même monsieur Jamin serait un amateur, on peut au moins lui concéder un réflexe de sauvegarde patrimonial et de ne pas avoir conclu d’accord avec des industriels franco-suisses plus préoccupés de récupérer des artefacts dit technologiques que de remettre des momies à l’état péruvien. En outre, il a réussi à convaincre le huaquero de ne pas éparpiller les objets dans des collections privées. Tous les objets acquis avec des fonds de tierces parties (notamment avec l’aide de chaînes de TV nord-américaines) seront remis aux autorités culturelles in fine. C’est un leitmotiv positif que vous omettez de rappeler.
Mario se livre à une occupation professionnelle illégale et il valait mieux que monsieur Jamin soit cet intermédiaire au vue de sa conscience de préservation patrimoniale. Je ne pense pas que Mario pouvait se présenter dans un des bureaux du ministère de la culture péruvien des artefacts sous les bras et le sourire aux lèvres pour s’en débarrasser en obtenant une grassouillette récompense en prime. Le lien qui unit les deux hommes est une relation de confiance basée sur la parole donnée.

Dans tout ce paragraphe vous ne faites que répéter le discours de Thierry Jamin, il n’y a aucun fait là-dedans, rien de vérifiable pour le moment. Tout cela n’a de valeur que selon la confiance que vous accordez à M. Jamin, mais je n’ai aucune raison a priori de lui accorder cette confiance (si l’honnêteté ou la malhonnêteté étaient écrites sur le visage des gens, il n’y aurait pas beaucoup d’affaires d’escroquerie !). M. Jamin est peut-être parfaitement honnête, consciencieux et généreux - ce qui n’empêche qu’il peut être lui-même victime d’un escroc ; ou peut-être pas ! On est censés lui faire confiance, mais encore une fois ce n’est pas comme ça que la science fonctionne : je ne fais pas confiance à un scientifique parce qu’il est scientifique ou parce qu’il a "l’air honnête", mais parce qu’il publie des éléments vérifiables. Donc en attendant que M. Jamin publie quoi que ce soit - ce qui n’est malheureusement pas dans ses habitudes, je suis en droit de douter de ce qu’il dit et de pointer tous ses manquements à la méthode scientifique - comme je suis en droit, pour reprendre vos exemples, de douter des annonces de la NASA ou de celles concernant le tombeau de Toutankhamon en l’absence de publication scientifique, ce que je ne me prive pas de faire.

Si si j’ai lu votre article sur l’autorité mais j’ouvre une autre porte. Mon argument parait d’abord statistique ou ressemble à une cote de tiercé (6 contre un) mais reste défavorable à votre intervenante archéozoologue (mais je peux me tromper). Il est lié au fait qu’un chirurgien péruvien doit avoir, j’espère, des bonnes notions sur la bipédie et les mouvements articulés. Cela ne les pas empêcher de concevoir les déplacements de la créature en présence de monsieur Jamin lors du tournage de la séance de quatre heures (et non pas trois, vidéo du 18/03/2017, https://youtu.be/pQoMlOqX-0M, 7ème minutes)

Vous m’indiquez à nouveau l’existence d’une vidéo de quatre heures, mais pointez vers une vidéo de 14 minutes où on n’a, encore une fois, que la parole de Thierry Jamin... Désolée, mais la position de ces médecins n’aura d’intérêt que lorsqu’ils auront publié leurs conclusions, qui pourront être revues et confirmées - ou infirmées - par d’autres spécialistes. Si vous ne comprenez pas ça, vous ne comprenez pas le fonctionnement de la science ; on en revient encore et toujours au même point : la démarche de Thierry Jamin n’a, malgré ce qu’il prétend, rien de scientifique depuis le début.

J’espère que nous aurons cette analyse ou tout au moins la totalité du métrage montrant leur réflexion au cours du long brainstorming.

Je l’espère aussi : c’est vraiment un minimum pour qu’on commence à les prendre au sérieux !

Enfin, les radiographies des mains ont nécessité un dosage de rayons X adapté et non pas celui réservé d’ordinaire à l’être humain avec un rendu et des contrastes homogènes qui accréditent plutôt la cohérence osseuse globale. Une contre-expertise sera toutefois nécessaire.

Tant qu’on n’en sait pas plus sur cette histoire de "dosage de rayons X" (le radiologue dans la vidéo n’explique absolument rien), il n’y a pas grand chose à en tirer. Cela pourrait même aller tout à fait à l’encontre de l’authenticité de ces mains, en impliquant qu’elles ne sont pas constituées de matière organique normale.

Comprenez aussi que monsieur Jamin n’a pas fait appel aux services de votre propre intervenante archéozoologue au regard de vos textes dithyrambiques et je ne pense pas qu’il lise vos pages non plus. Désolé si cela vous attriste...

D’une part je suis persuadée que lui et Alain Bonnet lisent mes articles, quoi qu’ils en disent :)
et d’autre part cela ne m’attristerait pas particulièrement qu’ils ne les lisent pas : ce ne serait qu’un symptôme de plus - j’ai l’impression de bégayer - de l’absence de démarche scientifique... Qu’il ne souhaite pas discuter ou consulter l’archéozoologue qui a écrit sur mon site, cela peut se comprendre ; mais une démarche honnête - et scientifique, bis-ter-quater repetita... - aurait dû l’amener, devant ce texte, à essayer de contacter un ou plusieurs autres archéozoologues pour avoir leur opinion...

Je conçois que tripler les tests est dispendieux et mettrait à plat les budgets alloués à l’archéologie. Je partage votre avis de bonne gestionnaire. Dans le cas présent, s’il s’agit d’une créature hybride (et là, je ne parle pas d’un zorse), il me parait raisonnable de faire un triplé d’analyses dans des laboratoires réputés pour leur sérieux des lors où des avis ont été pris auprès des archéologues qui gravitent autour de l’institut Inkari et d’universitaires brésiliens sur ces étranges reliques.

Quels archéologues ? Thierry Jamin a affirmé plusieurs fois que "des archéologues" avaient étudié l’affaire, mais on attend toujours leurs noms. Celui de l’institut Inkari, Daniel Ángel Merino Panizo (le deuxième, Hilbert Sumire Bustincio, semble avoir repris son activité principale de guide sur le Camino Inca...) ne me semble pas bien bavard, je ne crois pas avoir vu la moindre intervention, que ce soit écrite ou orale, de sa part. Et bien évidemment, il faudrait au minimum l’avis d’un ou plusieurs archéologues non liés par une communauté d’intérêt à M. Jamin (c’est-à-dire non dépendant de son institut). Quant aux "universitaires brésiliens", on n’en connaît qu’un, qui est ufologue et cardiologue. Comme je l’ai expliqué dans mon précédent commentaire, il y avait des analyses et tests simples et rapides à faire, et plus conclusifs dans un premier temps que ce qui a été choisi.

Les justificatifs des dépenses font partie du deal avec les Ululeurs. Je prendrai ma calculette pour les vérifier au centime près. D’autre part, les dons qui font « vivre » l’institut Inkari sont plutôt de l’ordre du micro-financement. Les sponsors ne sont pas Nike ou Coca-Cola. Une collectivité territoriale, quelques entreprises pour des dons de matériel…
Je ne connais pas l’ampleur des dons mais c’est une ONG d’aura plutôt mineure, sans les offenser. Adressez-vous au trésorier pour lever vos éventuels soupçons…

Ces dons et sponsorings sont quand même suffisants pour financer les expéditions et faire vivre au moins Thierry Jamin, ni lui ni l’institut Inkari n’ayant à ma connaissance d’autres ressources. Pour ce qui est de s’adresser au trésorier, figurez-vous que c’est fait : j’ai eu un contact avec quelqu’un qui était prêt à verser une somme importante pour cette affaire de momies, et qui y a renoncé devant l’impossibilité d’obtenir la moindre info précise sur l’ONG...

Utiliser en argumentaire des captures d’écran de personnes dont vous ne connaissiez rien du background et qui sont, sans doute, moins instruites que vous l’êtes n’était pas utile

L’instruction n’a rien à faire là-dedans ; on peut être peu instruit et intelligent, et se dispenser de commentaires sexistes ou injurieux... Ce n’était effectivement sans doute pas très "utile", mais ça en dit quand même long sur certains fonctionnements, y compris celui du "communicateur" de Thierry Jamin.

Cordialement, Irna