Forum de l'article

Liebster Award, quésaco ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
Liebster Award, quésaco ?
fatioua - le 25 février 2018

Bonjour Irna !

Article au top car cela m’a permis de mieux vous connaître et je salue votre parcours et vos objectifs qui j’espère se réaliseront avec facilité pour vous !

Je me permets de rebondir lorsque vous parlez des croyants à ces thèses pseudo-archéologiques. Je pense que vous parlez surtout de celles et ceux qui sont totalement convaincus et qui dénigrent les travaux des scientifiques par mépris et pour leur confort intellectuel voir financier donc si c’est le cas, je vous rejoins absolument. Mais je pense surtout aux croyants "lambda" qui croient (pour ma part) à ces thèses par manque de connaissance car l’archéologie est très difficile d’accès (encore pour ma part et les thèses pseudo scientifiques sont tellement faciles à comprendre...) et aussi parce que cela nous fait rêver et nous rassure dans la sens où ils arrivent à "apaiser" nos peurs archaïques (mort, être seul dans l’univers, fin du monde...).
Je pense que ces croyants sont les plus nombreux et surtout silencieux.

Lorsque j’ai vu LRDP , j’y ai cru ! Ce pseudo documentaire m’a bouleversé. Ma croyance ne résultait pas d’une paresse intellectuelle, au contraire ça m’a donnait envie de plus m’informer sur ce sujet complexe. C’est d’ailleurs comme cela, entre autre, que j’ai découvert la zététique. D’ailleurs, je ne vous cache pas que j’étais déçue, frustrée et même énervée (je ne parlerai pas de ma honte ;-) quand j’ai découvert vos écrits qui remettaient en cause ce pseudo-documentaire. Mais grâce à vous et l’ensemble de la communauté zététique/scientifique, j’ai découvert les dessous de ces thèses pseudos scientifiques, très séduisantes de premier abord, mais dangereuses quand on les cerne mieux. Je n’avais jamais soupçonné (et j’en ai très honte !) des idéologies nationalistes, racistes voir négationnistes qui se cachaient dans ces pseudos thèses.

Tout ça pour vous dire que d’une part, diaboliser et mépriser ces croyants peut être aussi dangereux . Plusieurs facteurs expliquent le manque de connaissance dont certains facteurs sociaux et je reste convaincue que les représentations élitistes de l’enseignement supérieur et des connaissances scientifiques favorisent ce genre de croyance. On est bien d’accord que je ne vous accuse pas de ça (loin de là !!!) et que vous avez surtout ciblé des personnes malveillantes qui utilisent la misère humaine pour se faire du fric (et ça me dégoûte !) mais voilà, je voulais pointer ce problème présent dans la communauté zététique (c’est un ressenti seulement et je ne généralise pas !). Et d’autre part, vous remercier et vous certifier (sans prétention) de l’utilité publique de votre blog qui peut empêcher de sombrer dans le côté obscur de la force !!!! Merci à vous de rendre accessible l’archéologie, de mutualiser vs travaux et réflexions et de prendre du temps à répondre aux interrogations d’une ex croyante lambda ;-)
Amicalement.
Fatioua

Liebster Award, quésaco ?
Irna - le 25 février 2018

Bonjour Fatioua, merci pour votre message et pour ce témoignage : comme je le dis dans l’article, c’est toujours agréable et utile d’avoir un retour comme le vôtre, ça peut atténuer le sentiment de donquichottisme qui s’empare un jour ou l’autre de tous les sceptiques face à d’éternels moulins :)

Sur la question de la nécessité d’éviter de mépriser les "croyants", je suis tout à fait d’accord avec vous, si on fait bien la différence entre promoteurs de pseudoscience et simples suiveurs. Comme vous l’avez noté, ma critique s’adresse principalement aux premiers, à ceux qui exploitent le désir de rêve et de merveilleux du public non pas en offrant du rêve (ce que font les auteurs de fiction) mais en prétendant leur vendre des "connaissances scientifiques" frauduleuses.

Pour ce qui est des simples croyants, la plupart sont effectivement parfaitement sincères, quelles que soient les motivations de leurs croyances : nul mépris chez moi pour ces croyants lambda - tout au plus parfois un peu d’exaspération devant certaines formes de paresse intellectuelle ! On est bien d’accord que la démarche sceptique demande beaucoup plus d’efforts (de recherche, de lecture et de réflexion), et est souvent frustrante quand il faut accepter de reconnaître qu’on n’a pas forcément de réponses à toutes les questions à la différence des "révélateurs" ! Cette démarche peut aussi être ressentie comme violente par les croyants (remettre en cause une croyance est beaucoup plus difficile que de remettre en cause une connaissance !), d’où des réactions comme celles que vous décrivez de frustration, d’énervement voire de colère qu’il faut essayer d’éviter de renforcer, ce qui n’est pas toujours facile !

Pour ce qui est de l’enseignement supérieur et de la recherche, il y a bien sûr une certaine forme d’élitisme, dont je dirais qu’elle est malheureusement presque inévitable : comprendre un rapport de fouilles ou un article scientifique demande des efforts, une familiarité avec le domaine qui n’est accessible qu’après des années d’études et de travaux, d’où l’impression que les chercheurs ne s’adressent qu’à une "élite". Je pense qu’on manque encore cruellement en France d’une bonne vulgarisation scientifique en archéologie ; il y a aux Etats-Unis pas mal d’archéologues qui vulgarisent leurs propres travaux sur leurs blogs, à ma connaissance ce n’est pas encore le cas en France, ou pas suffisamment, et c’est bien dommage...

Amicalement, Irna