Forum de l'article

Pyramides et cueillette des cerises

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
Pyramides et cueillette des cerises
Irna - le 30 octobre 2018

Luis Castaño Sánchez, Je me permets de recopier ici un commentaire que je vous ai laissé sur FB, qui porte sur vos diverses interventions à la fois ici et là-bas. Je précise tout d’abord que l’objet de cet article de Aurl n’a aucun rapport avec la ou les valeur(s) supposée(s) de la coudée ni avec la métrologie égyptienne. Il s’agit uniquement de démontrer la *méthode* utilisée par le film LRDP pour impressionner le public en mettant en avant des "coincidences extraordinaires"... qui n’ont rien de bien extraordinaire.

Pour en revenir à la métrologie égyptienne, je ne suis pas sûre de bien percevoir l’enjeu de cette discussion - sur une question qui par ailleurs ne me passionne pas outre mesure ; mais j’ai quand même quelques remarques. Dans le désordre :

- Pour justifier votre "étalon humain" d’1,80m vous vous appuyez d’une part sur Léonard de Vinci et l’Homme de Vitruve, et d’autre part sur le commentaire de PS Girard dans son Mémoire sur le Nilomètre, et en particulier sur cette phrase : "On sait en effet qu’ils [les anciens] regardaient la coudée naturelle comme la quatrième partie de la hauteur du corps", qui vous permet d’affirmer que le "modèle" est de 4x0,45m, soit 1,80m. Or "les anciens" évoqués par Girard, comme il le précise dans une note en bas de page (https://books.google.fr/books?id=457-VZEhCwIC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false page 14), c’est en fait Vitruve. Du coup on tourne un peu en rond, et rien ne nous permet d’affirmer que le Canon de Vitruve était déjà utilisé par les Egyptiens ou autres peuples de l’Antiquité. Il me semble me souvenir par exemple que les Grecs sont plus proches d’un canon à 7 têtes ou 7 têtes et demi que d’un canon à 8 têtes ; pour l’Egypte, John Legon par exemple affirme que le canon est basé sur 3 coudées royales (http://www.john-legon.co.uk/canon.htm). Comme Romain Bousson l’a expliqué, les canons varient selon les époques, et il me semble que vous plaquez peut-être abusivement le canon vitruvien sur des périodes antérieures.

- Vous parlez à plusieurs reprises d’un doigt de 1,8cm, par exemple pour la coudée de Maya dans votre réponse à Romain ("Le Doigt fait 1’8 cm"). Or la division de cette coudée en 28 doigts ne donne pas 1,8cm, mais pas loin d’1,87 (le Louvre donne 1,86cm : https://www.louvre.fr/oeuvre-notices/coudee-regle-de-maya-ministre-des-finances-du-roi-toutankhamon). De même, le"module central" de la table de Leptis Magna montre un pied romain de 29,6 ou 29,7 cm, ce qui donne un doigt de 1,85cm et non de 1,8 (cf https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2334). Du coup, j’ai du mal à voir le lien que vous faites avec le dessin de Léonard (je vous cite : "Le Doigt fait 1’8 cm. Le 1/10 de Doigt fait 1’8 mm. Donc, voilà, c’est la même relation que, bcp plus tard, nous trouvons sur l’image de Leonardo."), et cela me laisse un peu l’impression de mesures parfois "arrangées"...

- Dans vos différents textes vous insistez sur le fait qu’il y aurait une "vraie" coudée royale de 8 palmes et 32 doigts, la coudée royale des égyptologues de 7 palmes et 28 doigts n’étant qu’un simple "étalon physique" ("patrones fisicos erroneamente denominados codos"). Je n’ai pu trouver aucune mention d’une coudée de 8 palmes chez aucun égyptologue *récent* (ne parlons pas de Héron d’Alexandrie, j’aurais aimé des sources plus récentes...). Si c’était le cas, pourquoi les Egyptiens auraient-ils porté sur leurs coudées votives de 52,5cm le terme de "meh niswt", comme sur la coudée de Maya ? Y a-t-il le moindre texte *égyptien* parlant de cette "vraie coudée" ?

Pyramides et cueillette des cerises
Luis Castano - le 3 novembre 2018

Chère Irna. Je me permets de mettre ici le lien à la réponse que je vous ai offert à ce même commentaire sur la page Facebook : "Archéologie et zététique".

Je fais ceci non pas pour vous, évidemment, qui avez déjà lu cette réponse, mais à l’attention des lecteurs de cet échange de commentaires :

http://metrologiahistorica.blogspot.com/2018/10/reponse-irna.html

Bien à vous.

Pyramides et cueillette des cerises
Irna - le 4 novembre 2018

Pour compléter, je copie/colle ici ma réponse, ainsi que plus bas le lien vers votre dernière réponse :

Bonjour Luis Castaño Sánchez, merci de votre réponse détaillée et de votre effort de pédagogie. Je pense comprendre un peu mieux votre démarche, mais reste non convaincue.
Non convaincue d’une part par votre démarche qui consiste à chercher UN système de mesure "universel" commun à tous les peuples de l’Antiquité et basé sur le même étalon d’1,80m, étalon qui se serait transmis absolument inchangé à travers les millénaires et les régions.
D’autre part par votre méthode : si je résume vous vous appuyez sur deux réprésentations égyptiennes de Thot et Geb, deux textes de l’Antiquité (Vitruve et Héron), et les travaux des savants français du début du XIXème siècle (vous ne citez pas Gossellin en plus de Jomard et Girard, mais je suppose que vous le connaissez ?) qui écrivaient à une époque où les connaissances sur l’Egypte antique étaient plus que limitées, et qui envisageaient l’Egypte à travers le prisme des études classiques. Cela me paraît assez fragmentaire et limité. Je reconnais ne pas avoir lu l’ensemble de vos articles par manque de maîtrise de l’espagnol, mais j’ai l’impression que ce sont là vos références principales, qui reviennent tout le temps.
Je vous souhaite de pouvoir constituer l’équipe pluridisciplinaire que vous appelez de vos voeux : tant que vous n’aurez pas soumis votre hypothèse à des spécialistes contemporains qui eux connaissent parfaitement le corpus mathématique des Egyptiens, il me semble difficile de l’accepter.

Réponse à Irna 2 : https://metrologiahistorica.blogspot.com/2018/11/reponse-irna-2.html