Forum de l'article

Alien Project : récit d’un "plutôt POUR"

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Rappel de la discussion
Alien Project : récit d’un "plutôt POUR"
Pacha - le 12 juillet 2019

Bonjour,
On nous balance un texte dans lequel les arguments scientifiques de l’auteur ont été maintes fois débattu dans les articles et les commentaires du site et qui représentent seulement 1/6 du texte, il faut bien que l’on s’en dépatouille...

La réhabilitation.
M. Girard dit : T J est un homme « naturellement enthousiaste » (2x dans le texte) et « entreprenant », « sympathique » et « honnête » (2x dans le texte) qui « va toujours de l’avant ». Il fait preuve « d’une déontologie en matière d’archéologie », c’est un homme dont « les actions sont exemplaires et transparentes » (4x dans le texte, 2 lettres au gouvernement péruvien en presque 3 ans). Il montre « une ténacité (2x dans le texte) et une force de conviction qui n’a pas d’égal ». C’est un homme « toujours prêt à se lancer dans l’aventure et qui veux éclaircir les choses » (les mystères ? Pourquoi s’abstenir de le dire et parler de « choses »). TJ à quand même quelques défauts que l’auteur minimise, « il va trop vite et sans prendre de précautions », il peut aussi exprimer « des propos inutiles et de manière précipités ».
- C’est un portrait flatteur à première vue, mais qui, avec toutes ces répétitions et ces superlatifs qui grossissent les traits le rendent grotesque, presque clownesque. Toutes les qualités plusieurs fois répétées nous font vite oublier ou pardonner ces quelques défauts qui pourtant font toute la différence entre une vraie démarche scientifique et le travail d’amateur sans esprit critique. Il y a parfois une telle admiration, une telle exaltation (superlatifs employés, répétitions) dans ce que nous dit M. Girard de TJ qu’un sentiment plus qu’amical, d’admiration s’en dégage, presque de l’ordre de l’adoration...
Son entourage de travail :
Il est entouré d’une équipe « honnête » et elle aussi « transparente » mais qui peut « se tromper » composée de l’équipe d’Inkari, de « deux sympathiques animateurs de webtv » (NureaTV) et d’un groupe de ululeurs, certes passionnés mais avec des théories alternatives qui ont fait « un énorme travail ». « Jaime Maussan et Gaia TV des para-scientifique » (grand promoteur de fake), « des passionnés d’ésotérisme », « amateurs de l’étrange », « Jose de la cruz avec son reptilien facil »...
- On comprend bien que les organes de presse, les Ululeurs et les contributeur qui ont aidé Inkari ont des avis biaisés et ne font preuve d’aucune neutralité, toujours l’emploi du superlatif pour nous faire oublier l’orientation idéologique de ce « travail énorme », que penser alors de leurs conclusions ?

La clientèle ou les adeptes :
Pour l’auteur les ululeurs sont, pour certains d’entre eux, des « gens qui adhérent à des thèses de l’étrange », à « des théories farfelues ». D’autres sont des personnes « ouvertes d’esprit » (c’est à dire ?) pensant que « l’archéologie ne s’est pas arrêté au XX siècle » (qui a dit ça ? on dirait un commentaire de BAM), « qu’il y a plus à découvrir que ce qui est déjà connu » ( des chercheurs de vérité en quelque sorte ?) et qui font preuve quant à eux de rationalité.
Rationalité : nom de l’affaire « Alien Project », l’auteur nous parle d’une erreur de communication ben voyons ça peut tout aussi être un choix marketing. Tous les intervenants sont des personnes « passionnées » (5 x dans le texte), je ne vous ferais pas l’affront de disserter sur le sujet de philosophie Terminal « la passion/la raison ». M. Girard utilise sans cesse le champs lexical du mythe, de l’extraordinaire, pour décrire l’affaire, « si étrange, résultats inhabituels, caractéristiques étonnantes, énigmatiques, complètement inconnu « 4 x dans le texte »...
Il réactive notre imaginaire, de manière inconsciente, en proposant des exemples de fakes célèbres (pierre d’ica, crâne paracas) et, pour créer le doute, fait des amalgames dans notre tête en parlant de faits historiques et de théories scientifiques uniquement remis en question par des groupes complotistes, religieux extrémistes et sectaire (Darwin, mission Apolo, réchauffement climatique).
Le portrait des victimes, les rouages mentaux, les mécaniques intellectuelles de l’escroquerie sont bien mis en évidence dans le texte. On constate que TJ and CO ont bien ciblé leurs niches clientélistes, des gens « aux théories farfelues » et des « chercheurs de vérité », M. Girard le dit lui même ce que TJ disait « devait plaire aux contributeurs passionnés des Ovnis ». Et, à force de titiller leurs pensées symboliques et d’abuser de ces travers ils se sont mis certains de leurs Ululeurs, les moins radicaux, à dos.

Les détracteurs ou ceux qui ne facilite pas l’endoctrinement :
Comme dans toutes belles épopées s’opposent à TJ 3 types d’ adversaires bien différents :
D’abord le Hors la loi Mario qui est décrit comme « un huaqueros ayant une faiblesse intellectuelle », quelqu’un « de pas bien net », qui fouille illégalement des sites précolombiens pour « nourrir sa famille ». Il est sans nul doute d’après l’auteur « menacé par ses collègues, les autorités locales et la justice ». Il ne divulgue donc pas l’endroit incroyable, objet de tous les fantasmes, les souterrains où ont été découvertes les momies Ziti, malgré tout « il revend les objets en toute discrétion sur le net » (mouais il est sacrément menacé...).
- Les premiers croyants, les Ululeurs « qui ont donné 20 boules » et qui « se sont considérés comme les propriétaires de l’affaire », ceux là se sont exprimés « de manière inconsidérée sur le forum, agacés parfois de ne pas être plus pris en compte ». Ce que sous entend l’auteur, c’est que, beaucoup de ces ululeurs qui ont mis 20 boules, sont les premiers à avoir émis de doutes et à s’être questionnés sur la véracité de l’affaire et les premiers à avoir été bannis des forums. Ainsi rendre muets les contributeurs opposants permet de mieux diffuser la doctrine. « Une affaire Péruvienne », juste pour rappelle le site de Nazca et celui de Pampa sont classés par l’UNESCO patrimoine de l’humanité et pourquoi demander des dons en France alors ?...
- Les troisièmes et les pires, « les scientifiques officiels » (officiel : qui émane d’une autorité constituée (gouvernement, administration...)) , ceux ci sont « peu informés ou mal informés, malveillants, qui font l’âne, ou bien influencés, qui n’ont pas le courage de proposer leur participation, patentés »... Il parle aussi de M. Froment et de la web émission où TJ a eu peur de se rendre et à poser un lapin à l’animateur, (il site Nurea TV mais pas BTLV...)
On voit poindre ici le coté complotiste de l’affaire. Mario et les scientifiques officiels sont muselés par on ne sait qui, « les autorités qui sont compromises », leurs pairs, « des groupes de pressions », ou n’ont pas le courage de se dresser contre ce carcan. Il va même jusqu’à justifier les pillages en rappelant la condition sociale des huaqueros. Ou bien, s ’il le font, se font insulter, violenter ou bien menacer de mort. Quelqu’un empêche que la vérité éclate au grand jour (rappelez-vous les hommes habillés en noir qui ont suivis TJ dans un bar...)

Petits sous et teaser :
Pour finir, l’appel au don caché et le teasing d’une probable saison 3, en vrac :
voilà ce que nous dit l’auteur : « avant tout pour que les études scientifiques se poursuivent », « les contributeurs ont été très bien servis en terme de suivi de l’affaire », « le projet Ulule a donc permis de recueillir 39000 euro...il me semble évident qu’il a du dépenser bien plus d’argent que l’apport de Ulule malgré les aides extérieur » (à quelle ordre devait-on mettre les chèque ?), « phase préliminaire », « des données et des synthèses qui pourront être reprises et affinées ultérieurement par d’autres », « on est obligé d’attendre que ceux-ci acceptent de s’y mettre », « je suggère à …de demander à Inkari les données et à les étudier complètement » (super la démarche scientifique...), « les circonstances ne permettent pas de travailler dans de bonnes conditions », « il faut faire avec les moyens du bord », « tout est permis pour les déconsidérer systématiquement...sans laisser la possibilité de poursuivre l’affaire », « ...dépensé du temps et de l’énergie » (cela se paie même fait avec passion), « et elles sont encore loin du but (les analyses) », « ce qui s’est passé il y a 2000 ans reste encore une sacrée énigme qui mérite d’être mieux comprise. Que risque-t-on à cela ? », « Mario and CO ont bien trouvé des choses nouvelles », « il est important que les investigations sur cette affaire se poursuivent et que les choses s’éclaircissent »...
Je pense que c’est assez clair non ?

Je n’aurai pas l’audace de brosser le portrait de l’auteur mais ce texte pullule d’élément qui permettent de remettre en cause sa soit disant rationalité, et... J’attends toujours la vison globale de ce communicant. Je ne pensais pas qu’Alien Project était tombé aussi bas pour utiliser des procédés de type phisching pour faire revenir ses adeptes au bercail, quoique...

Alien Project : récit d’un "plutôt POUR"
NEMROD34 - le 19 juillet 2019

TJ avait déjà fait du financement participatif pour une expédition, la vidéo où il le dit lui même existe.
Pour AP il dit "je ne connaissais pas ce système on m’en a parlé".

Il ment pour avoir de l’argent, et les véritables comptes n’ont jamais été publiés, les factures non plus ...

Alien Project : récit d’un "plutôt POUR"
Irna - le 19 juillet 2019

Pacha, pour avoir discuté avec M. Girard assez longuement, je ne *pense* pas qu’il soit ici pour faire du "phishing" pour le compte de l’Alien Project. Je pense que sa démarche est sincère - ce qui n’enlève rien au reste de votre analyse montrant son orientation et son parti pris. Ce texte - et les interventions subséquentes de M. Girard - me paraissent surtout être une tentative de rationalisation d’une croyance.