logo article ou rubrique
Au-delà du réel - l’aventure Marty
Article mis en ligne le 11 avril 2021

par Toth

5 commentaires Voir les commentaires

Avertissement :

Lors de la lecture des paroles retranscrites de Patrice Marty, vous risquez d’éprouver une légère confusion mentale. Ce n’est pas à cause d’une défaillance de votre écran, n’essayez donc pas de régler votre image. Vous venez d’entrer dans la dimension des Chercheurs de l’Inexplicable.

Qui est Patrice Marty ?

Voici comment se présente Patrice Mary lui-même sur son site internet [1] : « Je suis un autodidacte, passionné par les anciennes Civilisations, les Sites Sacrés, les Crânes longs, les Anciens Artefacts (Ooparts), les phénomènes atypiques comme les Crop Circles, les crânes de cristal ou le Mystère des Pyramides dont on ne nous parle pas ».

Patrice (encore un...) ratisse large, très large.
Patrice Marty sur le plateau de Btlv le média complémentaire.

Ce monsieur organise des voyages initiatiques dans différents pays du monde pour ouvrir les consciences, et déconstruire les croyances (croyances = théories officielles ?).

Pour bien comprendre ce qu’est un « voyage initiatique », je vous invite à jeter un œil sur son site internet : https://www.savoirperdu.fr/voyages-initiatiques/. Au programme, visites des : pyramides de Bosnie, Crop circles, Stonehenge et des sites mégalithiques de Bolivie et du Pérou [2]. Il est aussi l’organisateur, avec son entreprise Star Com, des « Salons du Bien-Être, Bio & Thérapies » [3]

Si, comme moi, vous pensez que ce genre de salon très New Age offre une vitrine aux pseudo-médecines et aux thérapies complémentaires les plus douteuses, soyez rassurés, une note en bas de chaque page sur son site internet précise que vous êtes sur un « site indépendant de tout parti politique, mouvement religieux ou secte [...] ».


Au sujet des thérapies complémentaires :

Extrait de l’article de Damien Mascret sur le rapport de l’Académie nationale de médecine adopté le 5 mars 2013 sur les thérapies complémentaires [4] :

« C’est à un recadrage en règle que s’est livrée l’Académie nationale de médecine à travers son rapport adopté le 5 mars 2013 sur les thérapies complémentaires. Entendez les médecines douces, encore appelées parfois "médecines parallèles" ou alternatives.

Un très mauvais terme qui entretient la confusion dans l’esprit du public, de même que le terme "médecine traditionnelle", qui laisse à penser qu’une pratique ancienne est forcément bénéfique pour la santé ».

Lien pour télécharger le rapport : https://www.cfhtb.org/medias/2013/03/rapports-therapies-complementaires-acad-medecine.pdf

Depuis la publication de ce rapport en 2013, l’engouement pour les thérapies complémentaires n’a pas décru : salons, médias mettant en avant des thérapeutes autoproclamés comme sur Btlv le média complémentaire, Nuréa Tv, sans parler de chaines YouTube animées par des influenceurs peu scrupuleux. L’un d’eux, un certain Thierry Casasnovas, est suivi de près par la Miviludes (https://www.derives-sectes.gouv.fr/).

Cet engouement est aussi présent au sein des établissements de soins. L’Académie de médecine insiste sur le fait que ces pratiques « doivent rester à leur juste place ; celle de méthodes adjuvantes pouvant compléter les moyens de la médecine. Elles ne doivent jamais être substituées aux traitements médicaux (surtout en cancérologie) [...] et doivent rester intégrées dans la pratique des équipes soignantes, en supplément des moyens thérapeutiques validés, et ne jamais s’en isoler ». Pour finir, comme le souligne la Miviludes en Avril 2012 au sujet des dérives sectaires liées à ces thérapies : « La maladie est devenue une porte d’entrée rêvée pour ces mouvements ou individus qui profitent de la souffrance ou de l’inquiétude des malades et de leur famille pour exercer sur eux une emprise ».


Argument d’autorité et faire-valoir des salons de Patrice Marty : inviter de grands chercheurs comme Anton Parks (je blague), des « chamans modernes », mais aussi de vrais scientifiques (en roue libre).

Le professeur Henri Joyeux était au Salon du Bien-être Bio & Thérapies le 24 novembre 2017. Titre de la conférence : « Connaître et développer ses Défenses Immunitaires pour prévenir Maladies Auto-immunes & Cancers ». Cancérologue et spécialiste en chirurgie viscérale, Henri Joyeux s’est d’abord fait connaître du grand public par des conseils de diététique et d’hygiène de vie, détaillés dans de nombreux livres. Ses positions personnelles sur la famille, la sexualité, l’homosexualité et celles à caractère médical sur la vaccination ou la consommation de lait, en font une figure controversée [5].

Henri Joyeux multiplie les conférences et débat pour dénoncer ce qu’il appelle la « dictature vaccinale ». Voici un exemple : 07/11/2017 / VACCINS / Conférence du Professeur Henri Joyeux & Luc Montagnier (partisan de la très contestable théorie de la mémoire de l’eau) – Btlv.fr (encore eux…). Il s’exprime sur sa position au sujet des vaccins obligatoires en ces termes : « il y a de l’abus de la part des experts dans les ministères qui sont extrêmement proches, d’une manière directe ou indirecte, des laboratoires fabricants ».

A gauche, le professeur Luc Montagnier. A droite, Henri Joyeux.

Au sujet de Btlv :

Si le nom de Btlv revient très souvent dès que l’on parle de Patrice Marty, c’est parce qu’ils sont partenaires de ses Salons bien-être bio et thérapies.

https://www.btlv.fr/salon-bien-etre-bio-therapies-de-bordeaux-btlv-approche-25-26-27-novembre.html

Les responsables de Btlv utilisent l’argument d’autorité pour donner du crédit à leurs émissions tout en conservant toujours leurs distances : « Les propos tenus dans cette émission n’engagent que la ou les personnes invitées et en aucun cas la rédaction de btlv.fr qui n’a que pour mission de vous informer sur toutes ces hypothèses dans un souci d’exploration ».

Ceci est bien pratique, mais dangereux. Dans le milieu de l’inexpliqué et du bullshit autour de la pseudoscience, il suffit d’agiter ses diplômes et son titre scientifique devant les gens pour qu’ils baissent la garde et gobent tout ce que vous allez leur raconter.


Les interventions de Patrice Marty sur internet :

Patrice Marty intervient régulièrement sur Btlv où il aborde des sujets maintes fois débunkés sous le titre ronflant et maladroit de chercheur de l’inexplicable. Ses interventions sont... catastrophiques. Il ne fait même pas l’effort d’utiliser correctement les bons termes en parlant, par exemple, d’archéologie ou de paléontologie :

- (lors de l’émission « Les pierres de Glozel » sur Btlv) : « Heuuu... les humains sapiens comme nous [...] Un crâne humain de sapiens ».

Tout ceci est désolant... Les sources qui pourraient étayer ses propos ? Que ce soit sur Btlv ou sur sa chaîne Youtube, il n’en donne jamais.

Pourquoi Patrice Marty aime aller en Bolivie et au Pérou ? [6]

- Réponse de Patrice Marty : « Alors, hum, pourquoi j’aime autant aller là-bas ? C’est cette terre qui m’appelle bien évidemment, qui en appelle plus d’un, elle est juste magique, c’est la terre des Incas et toutes ces anciennes constructions, avec les bâtisseurs anciens qui avaient une technologie qui était incroyable, qui nous propose de découvrir des sites mégalithiques juste, heu, heu, magiques, heu.. ». [NDRL : Courage, c’est bientôt fini !] « On n’est même pas encore capables, ne serait-ce d’imaginer comment ils ont pu mettre en place ces structures mégalithiques... Je pense à Saksaywaman, à Ollantaytambo des sites comme ça, au Machu Picchu, voilà. [...] La première semaine est en compagnie d’un chaman qui est "mon frère des Andes", Mallku. J’ai été le premier Français à travailler avec lui »

Résumons le propos de Marty : Les sites mégalithiques précolombiens sont tellement impressionnants qu’ils n’ont pu être réalisés qu’avec l’aide d’une technologie incroyable. C’est classique, dès qu’un chercheur de vérité ne comprend pas quelque chose, c’est forcément l’œuvre d’anciens astronautes (sujet récurrent chez Marty) ou d’une civilisation technologiquement très avancée. 

Comme toujours, Marty ne propose aucune hypothèse crédible.

Comparaison n’est pas raison mais le château de corail d’Edward Leedskalnin est un bon exemple qui prouve qu’avec un minimum de connaissances (technique du levier, mât de charge, poulie etc.), du temps et beaucoup de motivation, un homme seul est capable d’accomplir des « miracles ». Je vous laisse imaginer ce qui était alors possible lorsque 100 ou 200 personnes, voire plus encore, se mettaient à l’œuvre ; on suppléait la force de nos machines modernes par la puissance du nombre.


L’union fait la force !

Extraits tirés de « La scène de traction du colosse de Djéhoutyhotep. Description, traduction et reconstitution » par Franck Monnier [7]. Merci à Alexis Seydoux pour la documentation sur le sujet :

« De nombreuses civilisations et sociétés antiques ont cultivé un art lié au mégalithisme, qu’il fût appareillé ou monolithique. Cependant, extrêmement rares sont les témoignages qu’elles nous ont légués pour exposer avec plus ou moins de détails les techniques mises en œuvre dans le déplacement de charges hors normes. [...]

On trouve un texte à gauche de la célèbre scène de traction du colosse de Djéhoutyhotep qui met l’accent sur l’investissement des habitants de la région d’où qu’ils provenaient. L’entreprise, de par son ampleur, devait requérir toutes les forces disponibles pour être menée à bien. Plutôt qu’être forcé à la tâche, le peuple prenait part à cette action et acquérait la fierté de contribuer à son succès. La faveur acquise par leur gouverneur auprès du souverain l’était aussi pour eux-mêmes. »

Texte principal décrivant le déplacement du colosse de Djéhoutyhotep, situé à l’origine à gauche du colosse - Voir la traduction dans l’article de Franck Monnier.
Reconstitution de la scène de traction du colosse dans la chapelle de Djéhoutyhotep
(© Franck Monnier).

Un homme seul peut-il faire des miracles ?

Edward Leedskalnin est né en 1887 à Riga et entreprit 28 ans durant la construction d’un château de blocs de corail, dédié à son amour de jeunesse dans le but vraisemblable de l’impressionner. Leedskalnin, qui pesait environ 40 kg pour 1,50 m, a travaillé seul et essentiellement de nuit, à l’abri des regards.

Selon le site officiel du château de corail [8] : « Le mystère reste entier quant à la technique qu’il utilisa pour découper, déplacer, sculpter et positionner des blocs de pierre pesant jusqu’à 30 000 kg, ainsi qu’une porte de 9 tonnes. Le seul outil dont l’utilisation serait connue avec certitude est une grue [NDRL : mât de charge]. Si les scientifiques ne se sont pas penchés sur le château, c’est probablement parce qu’il n’y a pas grand-chose à expliquer. Le mystère est simplement le fait de gens mal informés qui rejettent une explication trop terre à terre à leur goût pour un mythe fantaisiste ».

Edward Leedskalnin à côté d’un énorme bloc de corail de son château.
Edward Leedskalnin et son mât de charge. On peut soulever et déplacer avec précision de lourdes charges en joignant deux mâts de charge.

L’ancêtre du mât de charge : la chèvre tripode.

« Cet appareil de levage vertical fut employé depuis la plus haute antiquité dans la construction de certains monuments afin d’utiliser des blocs de pierre très pesants. Comme ces appareils étaient constitués de bois, le temps en a effacé toute trace matérielle ; il ne reste que des écrits issus de peuples dont la coutume était de tout noter (Grecs, Romains). Du temps des Romains, ces chèvres furent surtout employées pour la construction de grands ouvrages d’art comme les aqueducs, les ponts et édifices. Il existe différentes variantes comme par exemple : la chèvre à hauban, la chèvre verticale, la chèvre de tranchée et à déclic ». Source : Revista de historia : https://revistadehistoria.es/polyspastos-las-gruas-de-roma/

Attention  ! Je n’affirme pas que les Incas ont utilisé des chèvres tripodes lors de l’édification de leurs sites mégalithiques, mais on peut légitimement supposer que leurs appareils de levage devaient s’en rapprocher (dans leur forme et leur « rusticité »). En outre, il est plus que probable qu’avec de simples leviers et des rampes, les sociétés mégalithiques ont érigé des menhirs et des dolmens.

Contrairement aux Romains, les Incas ne connaissaient pas la poulie. Qu’à cela ne tienne ! Ils avaient pour eux la force du nombre et étaient incontestablement ingénieux.

Pour celles et ceux qui pensent que les Incas n’étaient pas capables de confectionner des cordages en fibres naturelles assez résistants pour tracter et soulever de lourdes charges, je les invite à faire des recherches sur les  Q’eswachakas . Ces ponts suspendus, appelés aussi ponts de singe, sont considérés comme un exemple de l’innovation des Incas en matière d’ingénierie. 

Confection d’un Q’eswachaka (pont de singe) / Pérou.

Petite parenthèse au sujet de Mallku Wachuma, le frère des Andes de Patrice Marty.

Mallku : titre qui se traduit grossièrement par « prince » ou « leader » dans la langue aymara d’Amérique du Sud. Un Apu Mallku est reconnu comme « chef suprême » ou « roi ».

Ce chaman, adepte du véganisme, a partagé sur sa page Facebook une publication plutôt orientée antivax. Sont-ce les prémices d’un rejet à peine voilé de la médecine conventionnelle ? Mais non, voyons ! Tout ce qui fait référence au passé, à l’exotisme et à la nature est forcément du côté de notre santé !

C’est le même Mallku qui, sous le nom de Mallku Aribalo, est un des « chercheurs » interrogés par Patrice Pouillard et Jacques Grimault dans leur film La Révélation des pyramides [9].


Des pierres trop mystérieuses !

Décryptage d’un extrait tiré de l’une des conférences de Patrice Marty (merci à Irna) :

- [1:47] Patrice Marty se contente de reprendre l’article de Wikipédia traitant des dodécaèdres romains. Difficile de commenter car on ne sait réellement pas grand-chose de ces dodécaèdres, même si certaines hypothèses d’utilisation sont plus sérieuses que d’autres (par exemple une utilisation en topographie : https://archeographe.net/Instrument_geometre_antique_papyrus).

- Idem pour les boules gravées d’Écosse. Encore une fois, il ne fait que lire un article de Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Boules_en_pierre_grav%C3%A9es On ne peut effectivement qu’émettre des hypothèses sur leur fonction. Vous en trouverez une très belle collection ici : https://www.nms.ac.uk/explore-our-collections/stories/scottish-history-and-archaeology/towie-ball/

- [4:0] « Une pierre organique » ??? Pas de sources, « un ami m’a dit que… ».

- [5:10] Le disque de Sabu, un grand favori des pseudo-archéologues ! Quelques références :

- [5:30] « L’astronaute » de Toprakkale est très probablement un faux en plâtre : https://www.bibliotecapleyades.net/sitchin/esp_sitchin_28.htm

- [5:50] La « figurine hittite du IIème millénaire avant JC » en cristal de roche est en fait un Christ sculpté au XVIème siècle de notre ère dans la colonie portugaise de Goa en Inde et conservé au Walters Art Museum de Baltimore : https://art.thewalters.org/detail/30289/figurine-of-a-child

- A partir de [6:25] on observe une série de tiges de crinoïdes (des « lys de mer ») fossiles. Par exemple pour la « vis de Russie » : http://www.digitaljournal.com/print/article/430394 et https://theepistlesofpaul.blogspot.com/2013/05/more-false-reports-of-300-or-400.html

- [7.05] les sphères de Klerksdorp sont des concrétions tout à fait naturelles bien connues : http://www.paranormal-encyclopedie.com/wiki/Articles/Sph%E8res_de_Klerksdorp

Etc... etc... Bref, affabulations et interprétations hasardeuses, et jamais aucune source n’est fournie !

Les pyramides de Bosnie.

Patrice Marty aborde le sujet des pyramides de Bosnie lors d’un live sur Btlv.
Intéressons-nous à ses ressentis « énergétiques » dans les différentes pyramides qu’il a visitées durant ses voyages [10].

- P.M : « La pyramide [de Bosnie] est très ancienne, c’est pour ça que le monde archéologique ne veut pas en parler. C’est qu’ils ont des datations sur la pyramide très anciennes, c’est juste incroyable, et voilà... [...] L’archéologie classique ne veut pas en entendre parler car cela remet en question toute l’archéologie et l’histoire qu’on connaît aujourd’hui ».

Un vibrant témoignage (en béton) :

- P.M : « Les blocs qui forment la pyramide du soleil [de Bosnie], ce sont des blocs en béton et dans ce béton il y a de la silice, et on la voit la silice, et c’est pour ça aussi que ça vibre énormément [...]. Y’a tout ça qui émane de la région ».

Montagne naturelle ? Édifice humain ? :

- P.M : « Je pense qu’on est face à des structures qui ont été pensées par des civilisations nettement supérieures à la nôtre. On a eu bon nombre de preuves, j’ai fait beaucoup d’émissions chez toi [il s’adresse à Bob Bellanca, le créateur de Btlv], où on a parlé de ces civilisations antédiluviennes ». [11]

En ce qui concerne ses interventions au sujet des Crop circles, des momies de Nazca et des OoParts, je vous laisse remplir sa réponse-type :

- « Heuu, alors [au choix A, B ou C], c’est tellement incroyable que c’est forcément en rapport avec les anciens astronautes ou une civilisation, heu, nettement supérieure à la nôtre ».

[A] : Les Crop circles.
[B] : Les momies de Nazca.
[C] : Les Ooparts.

Sérieusement, je propose aux médias sur internet qui invitent ce genre d’individus (#Btlv), d’aller consulter les articles qui traitent de ces sujets sur notre site internet. Cela leur évitera de remettre sur le tapis des absurdités maintes fois débunkées.
- Pyramides de Bosnie
- Les OoPArts
- Thierry Jamin et l’affaire des momies de Nazca

Mais aussi, l’incontournable « Crop Circles / Le Rapport Veca » de Gilles Munsch : https://www.decitre.fr/livre-pod/crop-circles-le-rapport-veca-9781471791475.html

J’allais oublier... Patrice Marty, grand partisan des anciens astronautes, s’intéresse aussi aux Pierres d’Ica. Voici une excellente vidéo de la chaîne YouTube Le Truc qui Cloche qui en parle (merci à Alexis Seydoux pour le lien) : https://youtu.be/R1OfGRI7Gzw ; voir aussi l’article très complet de l’Encyclopédie du paranormal : http://www.paranormal-encyclopedie.com/wiki/Articles/Pierres_d_Ica

Business, business ?

Sur son site [12], Patrice Marty vend des crânes de cristal « énergisés » par ses propres crânes... Les prix varient de 275 euros à 3700 euros le crâne. À titre indicatif, vous trouverez quasiment les mêmes sur le site d’Alibaba.com pour bien moins cher [13].

Crâne de cristal en vente sur Alibaba.com

Au sujet des crânes de cristal si chers (et chers) à Marty :

Thomas Laurent, archéologue, youtubeur et romancier [14], résume très bien la mécanique qu’utilisent celles et ceux qui pensent (ou veulent nous faire croire) que les crânes de cristal sont d’authentiques œuvres d’art mésoaméricaines précolombiennes : « […] On raconte que tel crâne a été découvert en contexte archéo... Mais quand on remonte aux sources d’époque, aucune trace de la découverte. Aucun crâne de cristal n’a été découvert en contexte archéologique à ma connaissance. Les récits de telles découvertes sont des constructions a posteriori, brodées autour de l’objet ». Commentaire posté par Thomas Laurent sur le groupe Facebook Archéologie et Zététique.

Les crânes de cristal, une escroquerie débunkée par la science :

Pour ce qui est du débunkage scientifique des crânes de cristal, une équipe, composée de Margaret Sax du British Museum de Londres et du Professeur Ian Freestone de l’Université de Cardiff, a examiné au microscope électronique les crânes détenus au British Museum et à la Smithsonian Institution à Washington. Le résultat est sans appel : ce sont tous des faux modernes. Journal of Archaeological Science 35 (2008) 2751–2760  :
https://d1b10bmlvqabco.cloudfront.net/attach/hevqnilpcq810n/hevqd548h3s5qy/hoac5nj1v34a/Sax_et._al..pdf

En France, le musée du Quai Branly a confié en 2008 son crâne de cristal au C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France qui applique des méthodes scientifiques à l’analyse des œuvres d’art). Après analyse, deux chercheurs du centre, Thomas Calligaro et Yvan Coquinot, en sont arrivés à la conclusion qu’il s’agit bien d’un faux moderne.

Bref. S’il y a des pigeo... pardon, des gens pour acheter les crânes « énergisés » par Patrice Marty hors de prix, tant mieux pour lui. Mais là où la moutarde me monte au nez, c’est quand je vois qu’il organise des sorties pour aller nager au milieu des dauphins et des baleines [15]. J’insiste sur aller nager au milieu des dauphins, ce qui n’a rien à voir avec le « whale-watching » ou le « dolphin-watch ». Lorsqu’elles sont bien menées, ces sessions d’observation des mammifères marins peuvent être un moyen d’éducation à l’environnement et de sensibilisation à la protection des cétacés. Barboter comme le propose Marty au milieu de ces mammifères marins sauvages nuit en revanche à leur bien-être [16]. Pour quelqu’un qui organise des « Salons du bien-être, Bio & Thérapies »... Ça la fout mal !

Je trouve ça choquant... Pas vous ?

Conclusion : 

Patrice Marty est l’incarnation de ce que l’on peut faire de pire chez les chercheurs de vérité. Ce qu’il propose est un vrai condensé de bullshit pseudo-archéologique, sans même le mérite de l’originalité puisqu’il se contente de piocher sur le net des histoires rabâchées par les pseudo-archéologues depuis des décennies.

La rhétorique ? Ce n’est pas une priorité pour lui. Ce qui compte avant tout, c’est de balancer des mots-clés dans ses phrases tels que : « anciens astronautes », « dogmatiques » (en parlant des disciplines qui utilisent la méthode scientifique ou la démarche d’investigation), « spiritualité », « Amour », « énergies »... Celles et ceux qui veulent se conforter dans leurs croyances ne garderont en mémoire que ces mots-clés en occultant tout le reste. Pourtant, « tout le reste », c’est du bullshit puissance 1000. Bref. Croyez en ce que vous voulez, mais attention ! Ne croyez pas n’importe qui n’importe comment !

Marties est sur YouTube, vive l’imagination ! #Retro-fakes.

Remerciements :

Un grand merci à C. Pône, Irna et Alexis Seydoux pour leur aide et leurs précieux conseils.