logo article ou rubrique
La coudée Égyptienne et le complot métrique
Article mis en ligne le 12 août 2019

par Gollum Illuminati

12 commentaires Voir les commentaires

Travailleurs, travailleuses, on vous spolie, on vous ment ! disait Arlette bien inspirée.

Les chercheurs de vérité en sont persuadés : le mètre n’est pas un étalon arbitraire établi au 18e siècle, mais une valeur universelle intemporelle utilisée depuis belle lurette par « les anciens » et que les contemporains du siècle des Lumières se sont contentés de copier/coller. Ainsi, lorsque les scientifiques J.B. Delambre et P. Méchain se lancent pour des années dans l’aventure herculéenne de mesurer un quart de méridien terrestre afin d’établir une définition pérenne de ce nouvel étalon, il ne s’agissait en fait que d’une vaste mascarade destinée à berner le peuple, qui serait sans doute trop perturbé d’apprendre qu’il existait en fait depuis des lustres un étalon de longueur efficace et précis, et qu’ils se sont donc pris la tête pendant des siècles avec des milliers de systèmes de mesures différents et variés, pour rien. Qu’ils sont sadiques ces scientifiques !

« Je constate avec étonnement que l’unité métrique universelle était déjà connue il y a plusieurs millénaires déjà. Le mètre qui en serait sorti ne serait il pas une simple copie d’étalons déjà existants, suite aux difficultés pour mener à bien cette mission titanesque ? » - Quentin Leplat, chercheur indépendant de vérités vraies

La coudée royale égyptienne construite à partir du mètre ?

En 1952, le médecin Charles Funck-Hellet publie dans La revue du Caire un article intitulé « La Coudée Royale Égyptienne ».

Il nous y explique que tous les égyptologues et lui-même sont d’accord, en se basant notamment sur les relevés des dimensions de la chambre haute de la grande pyramide, pour estimer la coudée royale du temps de Khéops entre 52,35cm et 52,4cm. Pourtant, il décide sans aucune justification si ce n’est que « c’est à peu près la même chose » d’utiliser précisément la valeur 52,36cm pour présenter ses démonstrations pseudo-mathématiques (la logique aurait été éventuellement de prendre la valeur moyenne de 52,375cm par exemple) :

Puis de partir dans des raisonnements numérologiques via des équivalences qui ne fonctionnent au contraire que si la coudée est parfaitement égale à 52,36cm ; son postulat de départ n’était donc pas anodin. Et de conclure dans un raisonnement on ne peut plus circulaire que π, φ, le mètre et la coudée sont liés, et que la coudée royale égyptienne aurait été créée à partir du mètre.

Le problème, c’est que tout cela ne repose que sur le bon vouloir de l’auteur de la démonstration. En effet, constater que pour une valeur donnée de C, A+B=C, n’est en aucun cas la démonstration que C a été créé via la formule A+B. Puisque que l’on peut poser autant d’autres formules valides que l’on veut, comme E+F=C, G+H=C. C peut donc être le fruit de A+B, E+F, G+H, etc ou bien d’aucune de ces formules.

Voici un exemple concret :

1 mètre x (π/6) ≈ 1 coudée, donc la coudée a été créée à partir du mètre et de la formule π/6
1 mètre x (φ²/5) ≈ 1 coudée, donc la coudée a été créée à partir du mètre et de la formule φ²/5
1 mètre x (π-φ²) ≈ 1 coudée, donc la coudée a été créée à partir du mètre et de la formule π-φ²
1 pied x (11π/20) ≈ 1 coudée, donc la coudée a été créée à partir du pied et de la formule 11π/20
1 pouce x (40φ/π) ≈ 1 coudée, donc la coudée a été créée à partir du pouce et de la formule 40φ/π

On peut fabriquer ainsi un nombre infini de pseudo-équivalences, et on ne peut donc absolument rien en conclure sans justifier a priori le calcul posé (et pas « inventer » des preuves a posteriori).

Charles Funck-Hellet part ensuite dans de grandes envolées géométriques pour tenter de rendre ses formules pertinentes. Le problème c’est qu’il n’existe absolument aucune source égyptienne corroborant ses affirmations, et que tout repose uniquement sur des démonstrations sorties de son imagination. Il s’agit ici d’un biais d’intentionnalité récurrent chez les pyramidomanes.

Il n’empêche que c’est depuis la théorie proposée par Charles Funck-Hellet que les chercheurs de vérité ont pris comme acquis le fait que la coudée égyptienne vaudrait très précisément 52,36cm, et que ce 52,36cm serait le résultat de la volonté des bâtisseurs d’établir la coudée à partir du mètre et de π (ou de φ, ou bien des 2 selon les écoles de pensée...).

Ainsi pour eux il n’y a pas le moindre doute, la coudée provient du mètre, puisque 1 mètre * (π/6) = 1 coudée.

En partant du même raisonnement biaisé et en se basant sur exactement les mêmes termes, on peut pourtant arriver à une conclusion totalement différente :

1 coudée * 6/π = 1 mètre

donc, le mètre a été construit à partir de la coudée. CQFD.

L’origine du mètre

Et la création « officielle » du mètre dans tout ça ? Sommes-nous sûrs et certains qu’il n’a pas pu exister à l’époque des Égyptiens ? Si tel avait été le cas, on peut alors se demander pourquoi ceux-ci ne l’auraient pas tout simplement utilisé, au lieu de lui préférer une déclinaison approximative car basée sur un calcul à base de nombres irrationnels infinis (π/6 = 0.5235987755982989……). Pas vraiment ce qu’il y a de plus pratique...

Au 17ème siècle, le scientifique anglais John Wilkins, qui en avait sans doute marre de se taper des milliers d’étalons différents, propose de réfléchir à une unité de mesure commune à tous et facilement reproductible. Il choisit de se référer à la longueur que devrait faire un pendule pour produire des oscillations d’exactement une seconde (définie à ce moment-là comme la fraction de 1/86 400 du jour solaire terrestre moyen). Il en déduisit une mesure d’environ 993,7 mm. Après la révolution française, une commission fut constituée pour définir une bonne fois pour toute une nouvelle unité de longueur qui remplacerait toutes les autres. La détermination via pendule étant beaucoup trop soumise à des variables extérieures produisant des résultats peu fiables, il fut décidé de poser le mètre comme étant « la dix millionième partie du quart du méridien terrestre » (à l’époque un méridien était défini comme faisant le tour de la Terre ; aujourd’hui c’est la moitié), la Terre étant censée conserver les mêmes dimensions au fil du temps, de quoi assurer en théorie une mesure fiable et reproductible.

La tâche titanesque de mesurer la longueur d’un méridien fut confiée aux astronomes Jean-Baptiste Delambre et Pierre Méchain, qui détermineront par triangulation la distance entre Dunkerque et Montjuïc, près de Barcelone (soit ¼ de méridien). Ce qui leur prit 6 années. Tous leurs travaux sont soigneusement documentés et il est possible de retracer leur parcours et leurs calculs dans les moindres détails. Malgré toute sa rigueur, Méchain commit une toute petite erreur de mesure qui allait changer le cours de l’humanité.

À cause de cette erreur, nos méridiens mesurent 20 003,932 km, au lieu des 20 000 km théoriques ! Ainsi, le mètre que nous utilisons ne mesure pas 1 mètre, mais 1.0001966 mètre.

Ainsi, pour que les Égyptiens aient utilisé le même mètre que nous plus de 4200 ans avant son invention, il aurait fallu que ceux-ci aient l’idée de partir sur exactement la même définition (10 000 000e partie d’un quart de méridien), avec le même système de représentation terrestre, puis commettent exactement les mêmes erreurs de calcul. Ce qui est tout de même particulièrement peu probable… et tout ça pour ne même pas l’utiliser.

D’ailleurs pourquoi « coudée » ?

Mais au fait, pourquoi les archéologues ont-ils donné le nom de « coudée » à la mesure égyptienne ? Ont-ils utilisé le même genre de méthode que Jacques Grimault, à savoir : constater que la mesure correspond en gros à la longueur d’un avant bras et conclure sans autre forme de réflexion qu’il s’agissait là sans aucun doute possible de la volonté des Égyptiens eux-mêmes ? Mais d’ailleurs, c’est quoi le mot pour « coudée » en hiéroglyphes ? Ca se prononce « mḥ », et ça s’écrit comme ceci :

En haut : une perceuse électrique ? en bas : un siège de vaisseau spatial ?

Et on retrouve souvent le mot simplifié en ceci :

Mais que peut bien représenter ce symbole obscur ?

Ça semble quand même assez explicite, non ? D’autant plus que ce n’est pas comme si on n’avait pas retrouvé les instruments avec tout plein de détails dessus :

Un clavier d’ordinateur quantique antique ?
Comment ça "palme" ? Les Égyptiens avaient les doigts palmés ? Des Atlantes ! CQFD

Mais non ce serait bien trop évident et logique. N’oublions pas que nous avons affaire à une civilisation hyper avancée utilisant la pensée de l’alchimie hermétique. Dans le hiéroglyphe de la coudée il faut bien évidement lire le message qui y est caché et accessible uniquement aux initiés :

Bon sang mais c’est bien sûr !

En plus, la prononciation « mḥ », si on l’additionne au mot français « être » (symbole de l’existence), cela nous donne « mètre » !

Conclusion

Les chercheurs de vérité ne prennent jamais le temps de s’intéresser en profondeur au contexte des faits qu’ils mettent en avant et qui leur servent de base d’étude, ce qui les conduit inlassablement à des interprétations biaisées. Nous l’avons vu, il n’y a absolument aucune raison sérieuse de penser qu’un mètre imaginé au 18e siècle a été employé par les Égyptiens de l’antiquité. La coudée égyptienne, comme ses équivalents romain ou français (oui car les Égyptiens ne furent pas les seuls à utiliser leurs bras pour établir des mesures), était une unité de mesure originairement basée sur les proportions du corps humain, comme ce fut le cas pour la très grande majorité des unités imaginées par les civilisations au cours des siècles, les exemples étant particulièrement nombreux (pieds, pouces, pas, paume, etc).

tout simplement

Sources et références

La revue du Caire - No.147-48
http://www.cealex.org/pfe/diffusion/PFEWeb/pfe_002/PFE_002_068_w.pdf

La bible et la métrologie ancienne
https://geobiologieblog.files.wordpress.com/2015/12/la-revue-du-caire-funk-hellet-12-26.pdf

Histoire du mètre
http://www.maths-et-tiques.fr/index.php/histoire-des-maths/geometrie/histoire-du-metre

Base du système métrique décimal, ou mesure de l’arc du méridien compris entre Dunkerque et Barcelone
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110604s.image.f1

Les corrélations illusoires
http://www.charlatans.info/correlations.shtml

Mesures de longueur
http://www.mesures.org/LongueurAF.htm